AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

[Terminé] Du Feu au Vent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: [Terminé] Du Feu au Vent Dim 21 Sep - 17:35


Du Feu au Vent


alone

De l’hiver il ne reste rien si ce n’est ce lièvre blanc qui n’eut pas le temps de devenir brun. Les bois avaient par endroit récupéré leur couvre-chef de jade et seuls quelques arbres isolés gardaient obstinément leurs branches nues. La proximité du désert expliquait – elle la fin précoce de la saison du froid ? « En partie seulement », pensait Shado Yuki.

Le Burakumin  observait les alentours d’un œil alerte, guettant le moindre mouvement. La traversée de la forêt de Hi no Kuni n’était pas une simple promenade de santé. Enfin, avant l’alliance entre Konoha et Suna. En effet, les deux villages cachés avaient multiplié les patrouilles pour sécuriser les routes commerciales. Néanmoins, la 4e Grande Guerre Shinobi avait eu de nombreuses conséquences et parmi elles, la mort de nombreux ninjas. Les patrouilles étaient alors devenues moins nombreuses, presque anecdotiques, les deux nations s’étant apparemment enterrées dans leur prétendue paix. Comme si cela allait rendre des brigands bons samaritains !

La paix était toujours source de questions chez Shado depuis cette maudite guerre.  Suna était en quelque sorte son espoir de trouver des réponses. Ceux qu’il appelait les hérétiques avaient fait circuler de nombreuses rumeurs par-delà  Kaze no Kuni. Certains murmuraient même qu’un groupuscule de terroristes c’était formé, qu’ils préparaient un coup d’état. C’était beaucoup trop fantaisiste à son gout. Sabaku no Gaara était un Kazekage très apprécié dans son village. Malgré tout, le Yuki n’écartait pas la possibilité d’une révolte, peut être improbable mais jamais impossible.

On disait aussi que l’Hokage chercherait à étendre son territoire. Il n’en savait que penser, la rumeur l’ayant véritablement surpris. C’était tout bonnement stupéfiant ! Celle qui avait été la plus active dans le maintien de l’Alliance voudrait conquérir de nouvelles terres ?! Elle prenait le risque de s’attirer la colère des 4 autres nations non ? Toujours est – il que cela justifiait très bien le questionnement des hérétiques.

L’herbe avait progressivement jauni, puis disparut, laissant place à de la terre dure et rocailleuse. Les arbres avaient perdu leur haute taille et étaient devenus arbustes. Après avoir posé sa main sur l’écorce rugueuse du dernier arbre de la forêt, gravant dans sa mémoire la sensation que lui procurait son toucher, gravant l’odeur de résine qui emplissait ses narines, il s’élança dans le désert de Suna. Il n’avait jamais vu une si grande étendue de sable, et automatiquement Shado comprit quelque chose de primordiale. Il ne sentait plus l’eau présente habituellement dans l’air. La chaleur du soleil était tout simplement trop importante. Et pour lui, manieur du Suiton, c’était tout bonnement effrayant. Comme s’il avait été dépouillé d’une partie de lui …


Désormais, l’eau que contenait son corps était précieuse : pas question d’utiliser une seule de ses techniques Suiton, sauf en cas d’extrême force majeure. En théorie, ses compétences au sabre devraient suffire, notamment face à des brigands. C’est que ça risquait d’être un peu plus compliqué face à un ninja compétant … Cela le motivait d’autant plus pour atteindre le village caché de Suna. Il tenait absolument à apprendre à maîtriser sa nature Fuuton. Et le Pays du Vent recelait de nombreux spécialistes, en témoignait son nom.

Le Burakumin balaya du regard le désert, jusqu’à repérer un totem en forme de tanuki. Il y en avait beaucoup, disséminés un peu partout dans Kaze no Kuni. Ils agissaient comme point de repère, pour désigner la route à suivre afin de rejoindre Suna. Des totems d’autres formes désignaient la route à prendre pour rejoindre les Quatre Oasis, uniques regroupements sûrs d’êtres humains excepté le village caché. Mais cela n’était guère important pour lui.

C’était un convoi marchand qui lui avait indiqué le chemin à emprunter pour ne pas mourir de faim et de soif. Il faisait le trajet vers Konoha. L’un des commerçants lui fit part de la légende de Shukaku, le démon Tanuki. L’être régnait sans partage sur cette contrée auparavant luxuriante. Néanmoins, nombreux de ses sujets désirèrent se rebeller contre sa tyrannie, s’alliant pour le combattre. Le combat qui s’enchaîna fut incroyablement éprouvant, d’un côté comme de l’autre. Mais Shukaku triompha : Après avoir éliminé les traitres, il décida de récupérer toute la puissance qu’il avait perdue durant son combat, et entreprit d’aspirer une grande partie de l’énergie naturelle présente autour de lui, transformant ce qui était une région forestière en immensité désertique. Il ne laissa que cinq oasis qui seraient protégé de l’avancée du sable tant que ses habitants – les seuls à ne pas l’avoir trahis –, lui resteraient fidèles. Les familles des traitres furent englouties par le désert et on dit que leurs âmes vagabondent à travers Kaze no Kuni pour des raisons bien obscures…

Evidemment, la légende ne fait pas part de ce qui advint de Shukaku, qui fut pendant un temps contenu dans une jarre, puis le Bijuu du Kazekage. Le folklore de la Nation du Vent était malgré tout très intéressant, et Shado avait toujours apprécié les contes, depuis que sa mère lui racontait les histoires du Clan Yuki…

Le Hyoton était une de ses priorités. Il devait le maitriser ; pourtant tous ses tests s’étaient révélés infructueux. Néanmoins, il était sûr de posséder le Kekkei Genkai bien qu’il ne soit pas de « sang pur ». Il avait en effet toujours ressenti une espèce de bien être lorsqu’il était au contact de la neige. Il sentait qu’elle faisait partie de lui, d’une certaine façon. C’était un sentiment bien difficile à décrire.
Une tempête de sable s’annonçait, et il était bien loin du dernier totem. Il ne connaissait malheureusement pas assez bien la carte du ciel de cette région, et il ne pouvait faire que deux choses : revenir sur ses pas jusqu’à trouver le totem précédent, et risquer de s’éloigner de Suna – il en était vraiment proche - ou continuer sa route jusqu’au prochain totem, mais courir le risque de ne pas l’atteindre à temps et de se perdre, ne pouvant pas ses servir de ses traces de pas. Il lui était impossible de rester sur place, car il serait alors totalement désorienté.

Les rouages du cerveau de Shado s’actionnaient à grande vitesse, pesant le pour et le contre de chacun des choix possibles. Mais le Burakumin n’avait guère l’expérience des habitants du désert, et la tempête arriva beaucoup plutôt que prévu, si bien qu’il n’eut guère le temps de prendre une décision. Il n’avait plus qu’à rester sur place, maintenant. S’asseyant en tailleur, sortant le sabre de son fourreau pour le planter dans le sol afin de bouger le moins possible, il attendit la fin de la violence à laquelle se livraient les vents du désert.

Lorsqu’il ouvrit les yeux qu’il avait fermé le temps de la tempête, Shado Yuki constata deux choses. La première, c’est qu’il ne savait plus ni où était le nord ni où était le sud : le paysage avait totalement changé. La seconde, c’est qu’il était encerclé par un groupe de brigands qui apparemment l’avait poursuivi sans qu’il ne les remarque. Des ninjas ? Il espérait bien que non.

Le Burakumin était vraiment très mal.  

Douze adversaires prêts à combattre et probablement à tuer. Shado se saisit en un éclair de son katana, sa seule arme dans le désert. Il pointa de la lame l’adversaire le plus éloigné et dit froidement :

- Tu es mort.

Le Burakumin plia les genoux sans attendre la réaction de son interlocuteur et s’élança vers sa cible. Un des brigands s’arma d’un poignard et tenta de l’arrêter. Le Yuki l’évita d’un pas de pivot, continua sa route quelques instants … avant de changer brusquement de direction pour embrocher un ennemi trop imprudent et d’effectuer un demi-tour pour planter la lame de son katana dans la tête de celui qu’il avait évité. Les voleurs du désert avaient négligé toute défense, à l’excepté de sa prétendue cible. Ce fut un jeu d’enfant de tuer deux ennemis qui ne se sentaient pas en danger. Cela amorça le véritable combat.

Les brigands se jetèrent presque tous sur Shado. Celui-ci fléchit les jambes et entama dans un premier temps une série de coupes circulaires pour éloigner ceux qui étaient trop proches. Lorsque l’on affrontait ainsi de nombreux adversaires, la stratégie la plus payante était de les empêcher de frapper de toutes parts : Tourner sur soi-même était la défense la plus performante, en attendant une ouverture.

Elle se présenta lorsque l’un des voleurs, bien plus costaud que les autres, lui fonça dessus, les mains à l’horizontal, de façon à pouvoir l’écraser même s’il le transperçait. Lorsqu’il fut assez proche de lui, le Burakumin s’accroupit et dirigea son épaule vers les jambes de son ennemi qui perdit l’équilibre et bascula. Shado le projeta alors vers la droite en se servant de sa vitesse. Au lieu de sa cible, ce fut ses alliés qui furent écrasés. Une danse meurtrière s’en suivit.

Petit à petit, un liquide rouge carmin teinta le kimono bleu du Yuki. Des taches de sang couvrirent son visage et la lame de son katana. Les bédouins s’écroulèrent bien vite, terrassés par l’art de combattre du Burakumin. Il n’en resta bientôt plus que deux : Un grand dadais et celui que Shado avait condamné à mourir.

- Tu es doué, débuta-t-il, mais je ne t’ai jamais vu sur le Bingo Book. Tu n’es d’aucun village caché, n’est-ce pas ?

- Exact. Toi, par contre, tu es un Nukennin.

C’était bel et bien une affirmation. Shado l’avait deviné à l’instant même où il lui avait adressé la parole ... Sa posture de combat et ses réactions lorsqu’il l’avait « menacé ». Shado fit tourner son katana dans sa main. Le Nukennin sortit une machette. Des étincelles apparurent au contact des lames. Qui tiendrait le choc le plus longtemps ?

L’ex – ninja fit glisser la lame de Shado vers le bas et amorça un uppercut. Le Burakumin se courba vers l’arrière et enfonça son pied dans le torse de son adversaire, l’éjectant plus loin. Après quelques acrobaties, le brigand se releva et réengagea le combat à la lame. La finesse de Shado contre la force brute du Nukennin. Le Yuki put blesser son ennemi à plusieurs reprises. L’affrontement dura quelques secondes encore, jusqu'à ce qu’il ne laisse une ouverture dans sa garde. Pourtant le brigand ne s’y engagea pas, préférant rompre le contact. Shado arqua le sourcil.

- Bien pensé. Mais tu as l’air d’être un combattant émérite et je préfère éviter de m’engouffre stupidement dans un piège si « classique ».

Shado acquiesça. Le grand dadais écarquilla les yeux, la bouche grande ouverte.  Il avait en face de lui de vrais combattants, expérimentés.

Le Nukennin s’éloigna et rangea sa machette. Il joignit ses mains en un mudra et entama une série de signes.

- DOTON – La Vague de Boue !

Le Burakumin serra les dents. Il ne pouvait utiliser de jutsu, et le ninja, qui semblait le prendre pour un Samouraï, le savait très bien. Aussi esquiva-t-il les assauts successifs de son ennemi. Il entama une ronde circulaire autour de lui, cherchant une faille dans laquelle s’engouffrer. Son adversaire variait les techniques Doton et bientôt le champ de bataille perdit sa couleur dorée pour passer au brun. Néanmoins Shado était endurant et agile, aussi esquiva-t-il la majorité des techniques. Il en reçut néanmoins certaines partiellement.

De son côté, le brigand semblait se fatiguer bien qu’il conservait un certain rythme. Petit à petit ses jutsu devinrent moins puissants. Malgré tout il était encore impossible de s’approcher de lui pour lui porter un coup fatal. Il fallait le surprendre. Shado ferma les yeux. C’était un risque à prendre, et il ne pourrait tourner autour de lui éternellement.

- SUITON – Bombe Aqueuse !

Le Nukennin en écarquilla les yeux. Il réagit un peu tardivement mais parvint tout de même à esquiver le jutsu. Pas le katana qui vint s’enfoncer jusqu’à la garde de son abdomen.

- On dirait bien que la partie est finie pour moi …

Shado retira son arme et laissa le corps de son adversaire glisser au sol. Puis il se retourna vers le dernier survivant.

- La route de Suna.

Le grand dadais se saisit d’un kunai. Lorsqu’il vit le regard noir du Burakumin, il avala sa salive difficilement.

- Tu sais, j’ai un pouvoir qui me permet de te retrouver. Donc si tu me mens …

Le voleur n’y vu que du feu. Il le guida jusqu’au totem, le dernier qu’il lui fallait atteindre.

- Enterre tes camarades et change ta vie. Il n’est pas bon d’avoir été l’allié d’un Nukennin, si peu renommé soit-il.

Le brigand acquiesça d’un signe de tête, bouche bée. Puis Shado continua sa route sans un regard en arrière. La fatigue était très intense,  et il ressentait parfaitement les blessures que lui avait infligées son ennemi ninja. Enfin, il avait réussi à le cacher à l’autre imbécile. L’utilisation d’une technique Suiton en plein désert relevé bien du suicide, comme il l’avait imaginé.

Il était déshydraté, mais satisfait. Les portes de Suna s’ouvraient à lui. Il ne restait plus qu’à passer les gardes de la « Muraille Naturelle » et il pourrait trouver un hôtel où dormir et surtout … de l’eau.


Mot de la fin : Enfin terminé !

© Snow White | Nala

_________________
Lame de Glace - En attente d'un Kit graphique

avatar
Shado Yuki
Rang B

Rang B


Messages : 30
Date d'inscription : 15/08/2014
Age : 18
Localisation IRP : Pays du Vent
Présence /7 : /3 (Me, S, D) et /7 (Vacances)
Nbre Rps acceptés : 0

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 100
Affaires obtenues:
Expérience:
0/3200  (0/3200)

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Du Feu au Vent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Comme souffle le vent [pv Margaret] Terminé
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Pays du Vent :: Désert sinistre-