AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

[Mission B]Un petit interrogatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: [Mission B]Un petit interrogatoire Sam 2 Aoû - 16:41




Interroger, tout un art





Feat : Une victime





Où avais-je été encore envoyée par tous les dieux... Pourquoi donnait-on toujours des missions ingrates et indignes à une jeune femme comme moi ? Je me demandais des fois si la roulure de craie qu'on se tapait comme Kazekage avec ces airs de fantômes niais ne s'était pas trop souvent cogné la tête contre un mur... Ou si tout simplement, si le fait d'être mort durant quelques instants avec la vieille schnok le ressuscite, n'avait pas grillé les quatre neurones qu'il avait. En effet, du haut de mes vingt et un an, je portais bien peu en estime ce gamin qui nous gouvernait. Nul gentleman, ne daignerait envoyer une dame réaliser des tâches aussi peu intéressantes. J'avais besoin d'exotisme, d'hommes séduisants (ou femmes) à traquer, de combats où je pourrais démontrer mes talents. Mais en lieu et place de cela, je me retrouvais dans un trou puant qui me rappelais vaguement la ferme d'un vieillard vicieux, avec sa grosse pâte ridée dans le pantalon, et son clébard pot de colle.

En effet, dans ce pays reculé où j'avais dû partir, s'étendaient de primes abords des champs de rizières putrides à perte de vue. Pour certains, le spectacle des reflets émeraude et cristallins qu'émettaient les petits étangs cernés de forêts de bambous aurait pu être un vrai présent de la nature. Moi je retenais surtout les nuages de moustiques, la vase collante, et l'odeur de feuilles pourries. M'accompagnaient dans cette singulière mission dont j'avais comme d'habitude, oublié l'objectif tant elle me barbait, deux ninja du même rang que moi. Les deux portaient une longue cape noire surmontée d'une cagoule, et d'un masque de singe, ce qui m'empêchait de détailler leur visage. Ils étaient surnommés les frères Bonobo, du fait de leur accoutrement, mais surtout car, ils avaient des cervelles de macaque.

"- Hé Ouistiti, on doit faire quoi déjà dans ce trou puant ?
- simple enquête gros cul, des gens disparaissent et bla bla et bla. On a un indic qui nous a donné un plan d’égouts prêt du village caché du son, toutefois il paraît qu'il s'y trouve un système de sceau demandant un passe, et cet abruti est mort avant d'avoir pu le donner.
- Ouais il est mort le con ! On va devoir se contenter de le soutirer à un mec qui traîne par là bas ! On a un profil déjà du type idéal !
- Sympa... et toi face de cul de babouin, ressors-moi encore que j'ai un gros cul, et je te fais bouffer ce qui te sert de bijoux de familles.
- Oui M'dame gros cul !
- JE VAIS LE TUER CE CON !"



Cela faisait des jours entiers qu'on marchait. Chaque soir, ces deux singes défiaient mon autorité en venant m'espionner de trop prêt dans toutes mes actions. Ils refusaient même de manger les bons petits plats que j'avais préparés... Ils étaient vraiment inhumains. Certes je m'étais contentée d'un serpent à la broche, mais le ragoût de scorpions blanc que je leur avais mitonné le soir d'avant avait l'air bien bon pourtant. Les hommes étaient décidément des créatures bien ingrates. Mais au final, dans cette bien sordide affaire, j'allais trouver mon lot de plaisir. Cette stupide mission prenait ainsi un tout autre visage, celui de l'aventure, du désir, de la passion et de la flamme inextinguible d'une âme baignée dans le lucre.



Une flamme, une chandelle, un clair de lune délicat qui baignait un lagon éclatant d'une parure de diamants. Le reflet magique d'un ciel libéré, d'une beauté inégalée. Dans cette obscurité de charbon seulement troublée par une pâle lueur argentée, je laissais mon corps, nu, danser au rythme d'une danse effrénée, celle de la luxure. Montant tel le cavalier son fidèle destrier, je chevauchais allégrement un bel étalon, qui se trouvait être la première étape de notre mission... Notre proie. En effet, lorsque nous fûmes arrivés aux alentours du village caché du Son, j'avais réussi à convaincre les deux primates, peu malins, d'aller repérer la cible. Ainsi, je pourrais moi-même m'en charger, et l'interroger à ma manière. Je m'attendais à devoir sacrifier mon corps à un obèse puant la sueur. Mais au final, cet homme avait un charme tel que j'avais sentie une chaleur indomptable monter en moi lorsque j'eusse croisée son regard pour la première fois. C'est pourquoi, cette mission prenait pour moi une tournure des plus agréables. Tandis que je plongeais mon regard dans le sien, il posait avec acharnement ses mains sur ma poitrine. Profitant de la chose, je me penchais sur lui, murmurant sensuellement à son oreille :

"- Dis-moi... Ô bel homme. Un apollon tel que toi doit être haut gradé, un grand marchand n'est-il pas ?
- Ooohh... Et non, raté, tu veux vraiment savoir ?
- Oui mon étalon.
- Je suis esclavagiste. Peu reluisant, mais ça rapporte gros.
- Oui... Seul le pouvoir, la puissance compte... Peu importe les moyens. Marchandise humaine je présume ?
- Oui. On se fait des couilles en or ma belle, on est basé dans les sous-sol du village, sous des ruines. On est une cinquantaine à bosser ensemble.
- Tu me laisserais entrer voir ?
- Non, impossible, il nous est interdit de communiquer l'entrée exacte, et comment y entrer.
- Allez... Juste pour moi, et je te promet d'autres nuits pleines d'extase …
- Guuuh... Je peux juste te dire que je fais partie des gardiens, chargés de protéger les entrées.
- Ooh. Alors, pour moi... Me donnerais-tu le mot de passe pour entrer ?
- Le mot de passe ?
- Oui....
"

Prenant ses mains entre les miennes, délicatement, je rapprochais mon front du sien, affichant un sourire délicat, presque... Angélique. Une once d'effroi commença à suinter de son expression lorsqu'il vit un changement soudain dans ma façon de le regarder... De lui parler. Rétrécissant mes yeux en fermant légèrement les paupières, affichant un visage froid, glacial, et m'adressant à lui d'une voix pleine de menaces... Il semblait décontenancé. Et, sans prévenir, je pressais de toutes mes forces ses poignets. Deux craquements sinistres brisèrent le silence nocturne, suivi d'un jappement de douleur grotesque. Un sourire mauvais défigura ma face, mauvais, étrange, malsain. Une lueur rouge commençait à briller dans mes yeux, tandis que je rapprochais mes lèvres de ses oreilles :

"
- Allez... Dis-moi. Cela me ferait de la peine d'abîmer un bel homme...

- Non ! Non ! Non !
- Ennuyant... Ramenez-vous les singes, on passe au plan B.
"

Surgissant des buissons à toute allure, tandis que je me relevais, encore nue, peu gênée de l'être face à eux, ils s'approchèrent de moi. Chacun tenaient dans leur main une malle sur lesquelles était gravé en fil d'argent, par ma sœur Three... Kit du petit enquêteur. Plaisanterie de mauvais goût qui aurait pu en faire rire plus d'un au départ (dont ces deux macaques)... Mais qui faisait disparaître instantanément tout sourire une fois qu'on en dévoilait le contenu. Offerte par Three lorsque je lui apprit ce qu'allait être ma mission, je n'avais jamais pensé devoir m'en servir. Je fis claquer mes doigts. Tout deux se ruèrent sur l'homme à terre, afin de le maintenir au sol. J'ouvrais alors la première malle, qui contenait diverses pinces et petites cisailles. Regardant le petit écriteau figurant sous la première, je pus lire « pince ongulaire », de l'écriture fine et penchée de ma sœur.

Saisissant l'outil, je me penchais sur le gros orteil du pied gauche de l'homme Après avoir réfléchis quelques secondes à comment m'en servir, j'attrapais du bout de la pince le blanc de l'ongle, soulevant lentement l'appendice qui craqua légèrement … Puis tirais d'un coup sec, l'arrachant complètement. Au hurlement de l'homme se joint mon rire. J'avais l'impression d'être dans un autre monde. Je n'entendais pas sa douleur qui aurait pu me toucher. J'étais obnubilée par ce nouveau jeu qui s'offrait à moi. Avec un sourire carnassier, je finis le travail sur la totalité de son pied avant de reposer ma question... A laquelle il répondit par la négative. Contrariée, je saisis une plus grosse pince qui se trouvait à côté la précédente. Elle portait le nom de « Ball crusher ». Comprenant d'instinct son utilité, j'ordonnais à un des deux laquais de luis écarter légèrement les jambes.

Voyant ce qui allait l'attendre, cette petite victime tenta de se débattre avec virulence. Mais c'était vain. Les deux Bonobo étaient connus pour leur force physique aberrante, il n'avait aucune chance d'échapper à leur étreinte. Un petit craquement plus tard, semblable à un oignon qu'on pressait, suivit d'un hurlement strident, je reformulais ma demande. Il répondit de nouveau par la négative. Encore plus frustrée, je jetais mon dévolu sur la seconde mallette, et y découvris avec stupeur diverses fioles. L'une contenait du jus de piment rouge, une autre du sable, une troisième de l'eau de javel, et il y avait aussi une cuillère. Ce kit s’appelait le kit oculaire. J'ouvris d'abord le flacon d'eau de javel, que je déversais dans l'oeil droit du gaillard, et continua, avec le sable, frottant allégrement sa paupière, avant de finir avec le piment. Un filet de sang s'écoulant de l'oeil, il vit avec horreur arriver l'ultime instrument, la cuillère qui allait servir à décrocher l'organe de son orbite. C'est là que finalement, il craqua.

"- Je vais parler ! Le passe c'est « Le hibou hulule, le serpent siffle, mais le maraudeur rit ! ». Arrêtez pitié !
- Ca y est ! On a tout ce qu'il faut frangin. Cet abrutit a dit tout ce qu'on devait savoir ! On peut rentrer à Suna !
- Ta gueule crétin !
- Vous êtes de Suna ?
- Tuez-le.
"

Sans crier garde, le plus idiot des deux fit éclater la boîte crânienne du malheureux sous sa main, l'écrasant de toute sa force avec son gantelet métallique. Après avoir prit soin de jeter le cadavre dans l'étang, et de m'être rhabiller, l'un des deux singes partit annoncer aux autorités compétentes d'Oto ce qu'il se passait. Ceci, afin de remplir notre mission, et qu'ils interviennent, il était hors de question que je m'amuse à combattre cinquante mercenaires ou autre trafiquants à trois. On ne connaissait ni leur niveau, ni leurs compétences, il était plus sage de ne pas se mouiller de laisser Oto s'en occuper. C'est sur cette pensée, que nous rentrâmes tout trois au village.


© Lilany

avatar
Kuromiwa Dunya
風 Rang B 風

風 Rang B 風


Messages : 25
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 1000
Affaires obtenues:
Expérience:
1060/3200  (1060/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission B]Un petit interrogatoire Jeu 21 Aoû - 22:21

Correction


    Désolée du retard !

    Pour passer directement aux choses sérieuses :

    Tu ne dévies pas de ton style d’écriture habituel, fidèle à tes manières de faire avancer Five. Ce n’est pas lassant, tu choisis bien les mots qui permettent de nous projeter dans le personnage et nous retient du début à la fin.
     Tes entrées prennent le temps de se faire, ce n’est ni trop rapide, et ni trop lent : le juste milieu. Comme d’habitude, tu nous montres un petit résumé de la mission, ce qui nous permet de nous plonger dedans avec une note d’humour sympathique. Tu as tendance à employer beaucoup d’hommes dans tes missions, et à les positionner de manière à ce qu’ils soient « inférieurs » par rapport à ta Kunoïchi. Tu as besoin de cela, on dirait, pour ressortir le côté femme fatale de la blondine, mais peut-être que tu pourrais tenter une autre recette un jour ? Bon, cela dit, on a droit à un peu plus d’audace chez cet accompagnateur, par rapport à tes nombreux hommes timides et soumis. C’est déjà ça.


    La forme et la présentation de ton RP sont convenables, et au niveau de tes dialogues je n’ai rien à dire dans la structure. Tu intègres les éléments importants au discours direct, et le restant indirectement.  
    Ce même dialogue se retrouve dans plusieurs parties, mais ne prend pas trop d’ampleur par rapport à ta narration. Je te reprocherai juste tes erreurs étourdies qui se succèdent (et qui auraient pu être corrigées par une simple relecture) : « - simple enquête gros cul, des gens disparaissent et bla bla et bla. On a un indic qui nous a donné un plan d’égouts prêt du village caché du son, ».
    Autrement, les fautes se font assez discrètes si on lit ta mission sans trop se lancer à la chasse aux fautes.

    La qualité de ton récit est d’ailleurs bien satisfaisante, de par ton vocabulaire varié et SURTOUT, ton effort notable pour réduire tes phrases. C’est déjà un point négatif en moins, et je te conseille de poursuivre sur cette voie ! Je n’ai pas eu à relire trop de fois une phrase pour savoir vers où tu menais le bateau de ton histoire.  Cela donne un meilleur goût à tes descriptions, et elles donnent beaucoup l’envie de lire, et met bien l’accent sur ton talent d’écrivain (ta capacité à bien nous représenter les choses).

     Ta mission est donc validée, bien que certains éléments m’embêtent quant à la consigne donnée.  Le début est satisfaisant. J’aime particulièrement la manière dont Five a pu se procurer les informations, par la séduction mêlée par un sadisme bien sexuel. Tu t’attardes bien sur les scènes de cette torture, pour nous montrer à quel point la Sunajin n’était pas prête d’éteindre sa flamme de cruauté. C’est réussi. C’est certainement ma scène préférée de toute ta mission, mais malheureusement, ce n’était pas la plus importante à décrire au maximum.

    Il y a un manque d’équilibre : ton début de mission est très bien décrit en longueur et en qualité, mais la fin est trop rapide. Je sais que tu as eu du mal avec cette mission, mais je m’attendais réellement à une enquête de la part de Five. Elle devait résoudre le mystère, et cela pouvait traîner en jours. Les indices devaient lui permettre de creuser davantage, et d’enfiler son costume de Sherlock Holmes.  J’aurais peut-être dû apporter des précisions à la consigne, mais il me semblait pourtant clair que vous deviez mener cela du début jusqu’à la résolution du problème, et non pas partiellement. x)

    Pour la qualité de tes RPs, je t’aurais mis le rang A compte tenu de tes efforts. Cependant, les soucis de ta mission te font baisser d’un cran, donc ce sera le rang B.Tu auras donc : 280 ryos et 70 + 170 XP soit 240 Xp.


avatar
Correction



Messages : 16
Date d'inscription : 29/06/2014
Age : 85
Localisation IRP : Académie française
Présence /7 : Présent pour vous corriger !
Nbre Rps acceptés : Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

[Mission B]Un petit interrogatoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Mission C.] — Petit, petit diamant, viens voir maman ! ♥
» Mission d'assassina = petit problème technique dans l'organisation [PV Lisbeth]
» Traque, sauvetage, interrogatoire. [Mission rang B]
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Autres Pays :: Oto no Kuni-