AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

[Mission B]Chasse et repas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: [Mission B]Chasse et repas ! Lun 21 Juil - 18:10




Chasse et Repas !





Feat : Moi-même




Un soleil de plomb.... Aaahhhh... Que faisais-je déjà, en plein désert, à marcher sous ce soleil de plomb, suffocant, une transpiration répugnante coulant de long de mon dos, souillant mon corps de rêve, alors que ce matin même j'étais assise, nue, à faire dorer ma peau parfaite au bord de la petite piscine qui se trouvait à l'arrière du domaine familial. Une chaleur extrême venait mordre mon échine, j'avais l'impression de suffoquer alors que j’avançais dans un décor moribond où seule la taille des dunes ou leur forme variaient. Il s'agissait là d'un monde du silence, d'un monde de mort où le temps semble se figer, condamnant l'esprit le plus simple à mourir tout en pensant être prisonnier de la rivière du temps.

Comme à mon habitude, surtout en mission, je portais la même tenue de combat, mon haut noir brodé d'or, et mes parties d'armures sous lesquelles suintait une sueur désagréable. Le regard vide, je portais mes yeux vers l'horizon, me demandant encore combien de temps allions-nous devoir supporter ce défilement de pâtés de sable géant avant d'atteindre l'objectif qui avait été fixé. Nous ? Oui, non seulement on me collait une mission désagréable, dans un climat pénible, et au pire moment, mais en plus, on m'enchaînait à un boulet de première, un jeune chuunin qui devait faire une mission avec un gradé pour étrenner son nouveau rang fraîchement acquis. Quelle plaie.... En plus de souffrir le martyr et l'ingratitude des hautes instances, il fallait que fasse la nounou pour un ado pré-pubère avec trois poils au pubis, ce qui le rendait, en plus, inapte à me divertir d'une quelconque façon qui soit. Quel ennui...

Ah, mais je râlais, je râlais, et au final, quelle était cette fichue tâche qui nous avait été confiée à moi et au nabot ? Aaahh... Oui. Qu'était-ce donc déjà ? J'étais tellement frustrée de ne pouvoir profiter de cette belle journée au village que j'en avais déjà oublié notre ordre de mission. D'un grognement, je me retournais vers le mioche qui me suivait, posant un regard inquisiteur sur l'horrible frange gluante de sueur de cheveux bruns, qui collait sur son front, son nez en forme de pomme terre germée, et ses lèvres trop épaisses pour le visage fin et long qu'il avait. Je m'arrêtais subitement, me plantant face à lui, à son grand étonnement, et d'une voix grave, pleine d'assurance, lui demandait :

"- Bon petit, on va faire un test ! Quel est notre ordre de mission ?
- Vous avez oublié madame ?
- Ne m'appelle pas madame le marmot, et répond à la question.
- Bah, on nous a appelés car un étrange animal, source de petits séismes quand il se déplace, sème la terreur dans les campements de nomades autour de la grande oasis du désert, c'est tout.
- Très bien, tu auras un bon point !
- Moi je pense surtout que ça fait cinq minutes à peine qu'on a quitté le village, et que rien qu'à voir votre visage, vous en avez déjà marre, et avez oublié l'ordre de mission.
- Arrêtes d'être stupide voyons gamin, et marche.
"

J'avais en effet oublié, et cela ne faisait que cinq maigres minutes que nous avions quittés le village, et j'en avais déjà assez marre pour pouvoir prendre mes jambes à mon cou et planter là cet ado boutonneux pour retourner piquer une tête avec mes sœurs qui elles, avaient la chance de ne point avoir eu de stupides missions assignées en une telle journée.

Montrant mon dos au petiot, je reportais mon attention sur l'immense étendue sablonneuse qui se dressait en face de moi, tout en maugréant, alors que les remparts se dessinaient non loin derrière nous. Une seule chose piquait mon intérêt dans cette stupide mission qui m'avait été assignée par cette face de craie de Kazekage, l'animal en question était peut-être une espèce non répertoriée, ou rare, ou étrange... Qui disait cela, pouvait signifier met inconnu, ou nouveau. Je sentais mes papilles gustatives me démanger, et salivais déjà d'avance à la possibilité de dévorer la chaire d'un animal, d'une créature qui n'avait jamais encore était goûtée.

Après une marche interminable, le soleil commençait à se coucher au loin, faisant apparaître une robe aux éclats orangés dans son sillage, nimbé de mauve et d'un bleu profond. Il nous avait fallu toute la sainte journée à marcher à un rythme accéléré pour voir enfin se dessiner à l'horizon une vague forme d'oasis, de grands palmiers se dressant fièrement au-dessus d'une dune de sable qui semblait pourtant se trouver encore à une éternité d'ici, et ainsi, il fallut encore presqu'une heure à trottiner dans le sable, dans des relents de sueur épouvantable en provenance de ce gamin crasseux, pour arriver finalement à destination, prêt d'un immense point d'eau aux allures de charme exotique. Le clair de lune se reflétait en une douce lueur argentée à la surface de l'eau, tandis qu'une légère brise venait briser le silence nocturne, tel le râle d'un mort.

Affamé que nous étions, je proposais de partir en quête de nourriture (ayant dévoré les quelques en-cas que nous avions apportés en chemin), tandis que lui, préparait le feu de camp pour la nuit. Après tout, le désert était connu pour ses journées torrides comme moi, et ses nuits glaciales comme les fesses de Four. Encore, je parlais d'elle, il fallait dire que ma chère sœur était une source infinie de comparaison avec les choses les plus froides, coincées ou ennuyantes du monde.

Un sifflement me fit revenir à mes esprits, tandis qu'une couleuvre des dunes se glissait en dardant sa langue fourchue vers moi. L'ambre des yeux de l'animal luisait d'un éclat sournois dans les ténèbres, un orangé cruel, mauvais. D'un geste rapide, je prenais un kunai dans mon décolleté et le jetais sur l'animal. Un sifflement sonore après, l'animal était mort, la tête clouée au sol. Malgré sa nature peu ragoutante, le serpent était un met de choix, avec un goût étrange, mais délicieux.

Je me rappelais la dernière fois où j'avais cuisiné de la chaire de couleuvre, les invités étaient restés sans voix devant une telle merveille ! Malheureusement pour eux, j'eusse appris qu'ils furent tous malades le lendemain, les pauvres avaient dû attraper un vilain mal. D'un geste délicat, je ramassais l'arme de jet qui émit un bruit de succion en sortant de la tête de l'animal, et prenais délicatement la carcasse dans ma main gauche. Si il y en avait un, il y en aurait probablement d'autres dans les parages.... De quoi faire un bon ragoût de couleuvre, ne restait qu'à trouver des condiments pour accompagner le tout, et en étant au bord d'une oasis, cela n'aurait pu être une tâche plus aisée...

En effet, en regardant attentivement, je réussis à dégoter d'épais buissons, serrés l'un contre l'autre, autour d'un immense palmier. A la lueur d'une torche, je pus constater qu'ils étaient garnis de petites baies d'apparence très comestible. Sans même me poser de questions, je posais les cadavres de couleuvres que j'avais tués en chemin, et ramassais le plus de petites baies possible, ainsi que diverses petites racines qui auront probablement un très bon goût.

Revenue au camp, je m'attelais prêt du feu en sortant un sac fait en panse d'ours, idéal pour faire du ragoût de par sa résistance, a condition de le tenir assez haut au dessus du feu. Un peu d'eau, du seul, les baies, et des rondelles de serpent, rien de plus simple ! Pour ma part, j'en fis rôtir un car j'adorais simplement le bon goût de la viande rôtie. Me regardant me baffrer goulûment de la chaire de l'animale, en émettant des sons qui semblaient le mettre mal à l'aise, il se pencha sur le plat cuisiné avec amour, et mangea à même la panse d'ours. Suite à ce frugal repas, nous nous couchâmes tout deux, attendant ainsi des signes possibles de la créature.

Après une nuit bien trop courte au clair de lune, nous fûmes tirés du sommeil par un grondement sourd. Quelque chose d'immense semblait se déplacer sous terre. Plus çà allait, plus le bruit se faisait pesant, puissant, présent. Me relevant le plus rapidement possible, et saisissant mon arme au cas où la créature se révélerait agressive, je pus constater que j'étais le seul à m'être levée et préparée au combat, mon compagnon d'infortune semblant gésir au sol, au bord de l'agonie, le visage rouge, les membres agités. D'un regard curieux, je portais mon attention sur lui alors que les secousses se faisaient de plus en plus brutales, et lui demandais :

"- Et alors gamin, qu'attends-tu donc pour te relever ? La chose approche.
- J'ai mal au ventre !!!! Je crois que c'est ce que vous avez cuisiné qui me fait mal... Qu'avez vous mit dans le repas ?
- Rien que des bonnes choses pourtant, des racines de ronces, quelques feuilles de palmiers écrasées en purée pour parfumer, de la viande de couleuvre des sables, et des petites baies là que j'ai trouvé sur les buissons du coin.
- Quelle couleur les baies ?
- Noire, pourquoi ?
- DE LA BELLADONE !!!! *vomi*
- Ah ? Je ne savais pas, c'est si mauvais que cela ?
"

Il n’eut pas le temps de répondre qu'un craquement sinistre retentit, des rochers volaient et s'écrasèrent dans un tintamarre assourdissant, tandis qu'une chose affreuse, répugnante, surgissaient en une colonne de graisse jaunâtre tremblotante, couverte d'un étrange mucus blanc. Une immense gueule béante dégoulinante d'une bave verdâtre se dressait haut dans le ciel, émettant un puissant rugissement sonore. Le monstre, dénué d'yeux, dandinait de la tête, cherchant à comprendre ce qui émettait des petits bruits qu'il ne connaissait pas.

Il s'agissait d'un ver des sables, un spécimen particulièrement colossal qui semblait mesurer dans les vingt mètres de hauteur. Cette bête était connue pour ne posséder le sens de la vue, mais avait une sensibilité extrême et repérait ses proies grâce aux vibrations qu'elles émettaient. Un sourire carnassier se dessina sur mon visage. Il s'agissait d'une première, jamais un ver des sables ne s'était risqué à apparaître si prêt des hommes, étant d'ordinaire craintifs, ces créatures évitaient de surgir de terre, ce qui faisait que personne encore n'avait réussit à en tuer un, et encore moins... à en manger un. Ce serait un plat de premier choix ! Et vu la taille du monstre, il y avait de quoi nourrir toute une famille au ver des sables pendant plus d'un mois !

Avec un rugissement assourdissant, le démon plongea sa tête droit vers moi, dans la ferme intention de m'avaler. Sot animal qu'il était, il s'attaquait là à son propre prédateur. Sans même bouger, je tendis mon épée gigantesque face à moi, et laissais la bête bestiole l'enfoncer dans son palais gluant. Le hurlement de douleur qui s'en suivit était strident, dérangeant, une complainte plaintive peu appropriée à un animal aussi monstrueux. D'un geste sec je retirais la lame de la bouche de la bestiole, et avec un bond, je pris appui sur le corps de l'animal pour sauter encore plus haut, et retomber d'un seul coup, lame vers le bas, sur le crâne du monstre qui s'affaissa au sol, mort.

Le chuunin qui m’accompagnait se releva tant bien que mal malgré la souffrance qui le rongeait, pour regarder la scène qui s'en suivit, choqué. En effet, ne pouvant attendre que Two me cuisine un morceau du monstre, je venais de presqu'éventrer la chose, plongeant mes mains à même la chair sanglante, y mordant à pleines dents afin d'avoir un aperçu du goût que cela avait. La bouche dégoulinante de sang, j'émis un petit jouissement de plaisir. Bien que forte et peu ragoutante crue, cette viande avait un goût brut et puissant, délicat et exotique !!! Il ne restait qu'a ramener le marmot, et le monstre avec l'aide des vagabonds qui arrivaient, que je réquisitionnais pour m'aider, au village !


© Lilany

avatar
Kuromiwa Dunya
風 Rang B 風

風 Rang B 風


Messages : 25
Date d'inscription : 01/07/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 1000
Affaires obtenues:
Expérience:
1060/3200  (1060/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Mission B]Chasse et repas ! Mar 29 Juil - 19:45

CORRECTION

Bon, pour commencer, je valide ta mission. Elle est dans l’ensemble bien respectée, et voyons d’ailleurs de plus près ce qu’elle donne.

Comme toujours, tes introductions nous plongent toujours véritablement bien dans le contexte. Tu donnes des couleurs, des ressentis et des odeurs à ton environnement (la sueur qui revient souvent). Dunya est, pour la énième fois, lassée de sa tâche, et elle se coltine encore et toujours une personne qui ne lui plait pas. La candeur du jeune homme est d’ailleurs brisé par la position provocatrice de la jeune femme. C’est amusant de les voir interagir, entre la puérilité désopilante de la belle femme, et le sérieux de l’ado. En fait, le plus jeune est certainement le plus mature du duo.

Durant le récit, tu ne nous ennuies pas, et tu ne nous perds pas. On garde le nord sur notre boussole, et tu sais faire avancer la scène brillamment. On passe naturellement d’un coucher du soleil  à la nuit, et les étapes du « quotidien » des deux est raconté posément. Le scénario traîne en longueur, ce qui te permet de ne pas aborder la mission trop rapidement, mais du coup, tu commets un petit souci d’équilibre. Si tu as pris la décision de traîner un peu avant l’arrivée du ver géant, il aurait fallu aussi faire traîner un peu plus son combat contre Five. Ici, le combat est clairement trop rapide.
J’ai simplement l’impression qu’après avoir soigné ta venue jusqu’à l’oasis, tu as voulu boucler le topic le plus rapidement possible. La menace a pourtant été classée rang B, donc au même rang que ton perso, et on a l’impression qu’elle s’en débarrasse comme s’il s’agissait d’un simple animal. C’est justement parce que la chose est énorme et dangereuse que l’on y envoie un Jônin, certes, mais il aurait fallu mettre un peu plus de challenge. Du coup, je suis un peu déçue de cet aspect. On accompagne Dunya tout au long de son voyage, pour finalement repartir au bout de deux minutes d’apparition… Mouais. De plus, Five était toute seule puisqu’elle avait empoisonné son acolyte. De ce fait, la difficulté aurait été un peu plus évidente sans l’aide de ce pré-pubère.

Pour revenir un peu à des notes plus positives, je noterais le soin apporté à la description des alentours, et des touches d’humour qui reviennent assez fréquemment. Ta jeune kunoïchi dégoûte toujours autant dans son indécence, que dans sa cuisine, et ses décisions très farfelues. On la reconnait toujours, et on ne peut qu’étirer un sourire en lisant ce genre de  choses.

Fais toutefois attention à tes fautes :
« la chaire de l'animale » => La chair
«  j'étais le seul » => LA seule.
« Ne m'appelle pas madame le marmot, et répond à la question. » => RépondS
«  Arrêtes d'être stupide » => Arrête.

Sinon, dans l’ensemble, il n’y a pas vraiment d’horreur mais pense tout de même à te relire. Après, il y a toujours des phrases qui demeurent loooongues, et qui peuvent être coupées (comme déjà dit dans mes anciennes corrections).

Ce sera donc un rang B+, et donc des gains de rang B :

170 Xp (RP)  + 70 Xp (mission) + 280 ryos.

avatar
Correction



Messages : 16
Date d'inscription : 29/06/2014
Age : 85
Localisation IRP : Académie française
Présence /7 : Présent pour vous corriger !
Nbre Rps acceptés : Aucun.

Revenir en haut Aller en bas

[Mission B]Chasse et repas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [ Mission ] La chasse est ouvert ▬ ft: Estelle
» [MISSION] Les rebelles de la forêt : La chasse est ouverte !
» Un bien beau repas satisfaisant [Rp terminé]
» La chasse à la couronne ou comment une journée tranquille peut se transphormer en panique totale [PV Crémalia Sarwen, Eden Wills, Molly Penderwick]
» [Mission: Chasse Aux Voleurs] Une Equipe Hors Du Commun ~ La Louve & Le Samouraï ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Pays du Vent :: Désert sinistre-