AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour] Dim 6 Juil - 11:35



« Mon katana fait partie de mon être,

aucune lame ne me résistera! »



Carte d'identité


× Nom(s) :Ten'shi
× Prénom(s) : Kuro
× Surnom(s) : /

× Âge : 20ans
× Sexe : Masculin

× Situation (marié/célibataire/etc): Célibataire.

× Village d'origine : Kumo
× Grade : Bras-Droit du Raikage.
× Rang : A/S

× Spécialité(s) : Taijutsu / Ninjutsu / Nintaijutsu / Kenjutsu / Kekkai Genkei
× Affinité(s) : Raiton/Suiton/ Ranton / Raiton Noir ( Si possible.)
× Roronoa Zoro - One Piece :




Description Physique


Par où commencer ? Certains me décriront à la perfection, mais faire un listing entier de soi-même et plutôt compliqué. Alors je dirais que tout ceci n’est que le fruit de l’image que je me fais de ma propre personne.

Contrairement à de nombreux membres vieillissant de mon clan, je ne portais pas encore le poids des années sur mon visage. Ma petite vingtaine d’année apportait un souffle de jeunesse sur ma petite famille. Ceci dit j’avais énormément de trait physique qui me rattaché à celle-ci. Tout comme mon père, j’étais un jeune homme grand et plutôt musclé, un trait physique naturel que je portais fièrement. Ma peau comme de nombreux villageois de Kumo étaiy assez bronzée les jours d'été, même si bien évidemment mon bronzage faisait pâle comparer à celle de notre Raikage. La mâchoire carrée que j’avais prise encore une fois de mon père me donnait un air viril plutôt plaisant. Mais celle-ci donner également une impression un peu moins valorisante d’un jeune homme impitoyable. Il faut dire que je ressemblais beaucoup à mon paternel et un trait peu commun me rattachait une fois de plus au clan des Anges. Ma chevelure verte éclatante faisait de moi une personne au physique singulier. L’autre originalité de mon visage se situait aux niveaux des yeux. En effet j’avais dans mon enfance subis un assaut qui avait laissé des traces. A la manière du Ninja Copieur du village de la feuille, mon œil gauche arborait une cicatrice verticale. Une blessure qui m’avait rendu aveugle d’un œil, rendant mon ascension dans le monde des ninjas beaucoup plus délicate, car contrairement à mon homologue de Konoha je n’avais pas bénéficié d’un nouvel œil. Enfin mon nez, il n’avait rien de spéciale enfin pas pour tout le monde. En faites il n’était spéciale que pour moi, car il m’avait été légué par ma mère qui avait disparu depuis ma mise au monde. Ceci étant dit vous pourrez constater vous-même que je ne ressemble ni de près ni de loin à un ange comme le suggère mon nom de famille.

Le reste de mon corps est là pour en témoigner. D’assez grande taille environ un mètre quatre-vingt-cinq pour environ soixante-dix kilos. Autant vous dire que si je n’avais pas été sportif mon corps aurait été bien moins musclé. Sans paraître vantard j’étais plutôt imposant et ceci me servait parfois pour impressionner un adversaire lors d’un combat ou autre. Combat qui m’avait laissé une autre marque sur le corps. Après une lutte acharnée mon adversaire m’avait donné une cicatrice que je n’étais pas près d’oublier, celle-ci me traversait le corps de bas en haut formant une diagonale presque parfaite.

Celle-ci n’était que recouverte que partiellement par un Kimono vert que j’avais l’habitude de porter. Vert tout comme le pantalon qui allait avec, celui orné une ceinture d’un vert beaucoup plus claire. Le Kimono fermé était fermé par un long tissu fait des mains de ma mère, celui était d’un bordeaux plutôt clair lui aussi. Les chaussures en pointe, dont la couleur ne vous surprendra pas était elle aussi de couleur verte, ajoutez à ceci une boucle d’oreille en or, j’avais plus l’allure d’un pirate que celle d’un shinobi. Je possédais également trois lames dont les étuis respectivement noir, rouge et blanc tenaient grâce au tissu tenant le kimono. Ces lames avaient des particularités, elles venaient toutes d’autres temps mais étaient très réputé dans le village. Comme tout bon Katana qui se respecte, les miens avaient leurs propres noms. Le premier avait été nommé Shisui en hommage à son créateur du même nom, Wadô Hichimonji est le sabre le plus particulier que j’ai d’après les dires il aurait appartenu au plus grand samuraï qui est existé celle avait été récupéré pour une raison inconnu. La troisième lame avait lien familiale très fort il était transmis à chaque nouveau chef de clan, son nom été Yubashiri.  

[644 mots]


Description psychologique


Ah que dire sur ma personnalité ? Certains me jugeront trop respectueux pour être vrai, d’autres me trouveront superficiel ! Les avis divergeront surement, mais je pense que la plupart penseront que je suis froid mais aussi méfiant, ils diront de moi que je suis insociable et une minorité me craindra, ces personnes se trompent totalement !

Attention, je ne suis pas en train de dire que je suis une bonne personne. Or je sais que mes valeurs et mes principes me paraissent respectable. Tout d’abord je pense que mon enfance et la relation parentale que j’ai pu avoir étant petit sont les principales raisons de ma personnalité ! Je suis de ceux qui pensent que le respect est une chose fondamentale dans la société, je trouve important de respecter ceux qui tentent par tous les moyens de faire le bien autour d’eux. Mais pas seulement, je considère qu’un ennemi dont la bravoure se manifeste à chaque attaque, qui se bat de toute son âme, ceux-là méritent le respect quelques soit leur niveau ! Les jeunes qui respectent les anciens et vis-versa. Voici mon principal trait de caractère et je pense qu’il m’a été grandement inspiré par celui des samouraïs des anciens temps.

Parmi les mots qui pourrait me qualifier : Méfiant ne serait pas une erreur en soi. Il est vrai que j’ai pour habitude de ne pas faire confiance à l’ivrogne du coin ou bien à un inconnu quel qu’il soit. La confiance ça ce gagne ! Personne ne peut prétendre avoir ma confiance tant que ces mots ne sont pas sortis de ma bouche. Ceux-là peuvent se compter sur les doigts d’une seule main et ils savent que ma loyauté envers eux est infaillible ! Au premier abord mon regard est plutôt froid, je pense que c’est une forme de déstabilisation de ma part, nous ne sommes jamais à l’abri des mauvaises surprises. J’en ai fait les frais plus d’une fois et puis même si cela ne marche pas toujours, je préfère que l’on me voit comme quelqu’un de discret et avec qui il vaut se méfier avant d’essayer d’attaquer !

Je cache bien des facettes aux yeux des gens, beaucoup échappes à ces personnes qui ne regarde pas plus loin que le bout de leur nez. Je m’implique fortement auprès des plus malheureux et surtout des enfants sans personne pour les guider. Ces enfants qui n’ont rien demandés à personne, la guerre, les combats, les missions dangereuses, tout cela a contribué à leur malheur. J’aime m’occuper d’eux et être une sorte de grand frère car rien ne remplace l’amour parental, je suis bien placé pour le savoir. Mon dévouement envers eux et immense et il occupe une grande place dans ma vie. A croire que je suis un petit saint… Pas vraiment enfaite mais quelques étapes de ma vie m’ont appris qu’il faut partager un peu de son bonheur à ceux qui en ont besoin. Malgré ça, je suis convaincu que je ne pourrais assumer une équipe de jeune ninja. Etre un bon frère ne veux pas dire être un bon prof’ ! Et je pense que c’est une bonne chose pour eux que je n’exerce pas cette fonction.

En revanche, il paraîtrait que j’ai un bon sens de la camaraderie. J’espère être un bon chef d’équipe, bien sûr avec des shinobis confirmée, j’estime avoir pris de bonne décisions leurs de mission délicate et j’ai toujours privilégié la sécurité de mes camarades. Au diable les remontrances du Raikage, je préfère abandonner la mission qu’abandonné un camarade, ceci doit être une forme de respect. Je pourrais mourir pour assurer leur survie et je le ferais de bon cœur. J’aime être un meneur même si mon ambition dans la vie à ses limites, j’œuvre pour le bien de ce que j’aime un point c’est tout. Je n’ai pas l’étoffe de grand chef et je n’ai pas l’ambition de devenir le chef du village un jour. Je n’aime pas l’idée d’être assis toute la journée à faire de la paperasse, j’adore cette liberté que je peux avoir tous les jours.

[681 mots]





Histoire


- Il fut un temps anciens où l’homme n’avait aucune connaissance des arts ninjas, depuis la nuit des temps, l’humanité cherche à se détruire et à l’aube de l’air shinobi, il existait un art bien plus beau et noble que ceux d’aujourd’hui. Les sabres, ils ont forgés notre histoire et l’ont façonnée par le sang, à cette époque sauvage, les hommes faisaient preuves d’un profond respect envers leurs adversaires et une mort par une lame digne de ce nom était un grand honneur. Dans cette sombre époque dont peu d’écrit raconte les exploits qui s’y sont produit. Mais quelques-uns contaient l’histoire d’une de ces lames : Wadô Hichimonji et Yubashiri ! La première avait appartenu à un samouraï légendaire, peu connu des shinobis. La légende de celui-ci c’était faite grâce à la maîtrise parfaite de son arme et l’harmonie qu’il partageait avec celle imposait un respect jamais revu à ce jour. Yubashiri, une lame encore moins connu, celle-ci avait fondée l’histoire de mon clan. Forgée par le fondateur du clan lui-même elle était là depuis aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Elle avait fait la gloire de ma famille il y’a de cela des décennies, bien qu’à ce jour elle ne soit plus aussi glorieuse que par le passé. J’avais hérité de cette arme et je m’efforçais de la maîtriser et devenir le meilleur bretteur de tous les temps. Mon histoire à moi commençais il y’a une vingtaine d’année au sein du village de Kumo. Ce récit n’est pas des plus agréables, la souffrance et la douleur avaient commencées dès le jour de ma naissance. La naissance d’un démon dans le clan des Anges !

- Ma vie commençait un soir d’hiver, le croissant de lune illuminait avec difficulté le ciel parsemé de nuages. La neige tombait sous forme de fin flocon, s’écrasant sur le sol avec délicatesse, elle recouvrait le paysage du pays de la foudre d’une couche de plus en plus épaisse. La froideur de l’extérieur ne se ressentait pas dans le foyer des Ten’shi. Les murs de bois épais et la chaleur du feu dans la cheminée réchauffaient l’atmosphère tendue à l’intérieur de la maison. C’était un jour spécial pour toute la famille ! Le chef allait enfin donner naissance à un successeur, la pression était intense car l’enfant se montrait précoce et la peur de le perdre dès la naissance était présente dans toutes les têtes. . De plus les enfants se faisaient de plus en plus rares au sein du clan des Anges, les membres ayant combattu toute leurs vie pour le village beaucoup n’ont pu former une famille, mon père avait eu beaucoup de chance. Ce jour-là l’accouchement dura des heures, des heures interminables, chaque minutes semblait être une heure, les cries que poussaient la mère était insupportable. Tant de souffrances émanaient de sa voix ! Les femmes présentes pour l’aider semblaient inquiètes sur l’état de santé de la jeune mère alors qu’enfin elles apercevaient la tête du bambin sortir. La suite fut rapide, mais la femme perdait ses forces tout aussi vite. Le bébé montrait enfin le bout de son nez, ses pleures se faisaient vite entendre, alors que sa jeune maman venait elle de cesser tous ses cries… Très vite le nourrisson fut évacué de la pièce et rapidement confié à d’autre dame. Prise de panique les femmes entraient de nouveau dans la pièce d’accouchement, puis plus aucun bruit. La porte s’ouvrit de nouveau, lentement cette fois, la sage-femme sortie le visage couvert par ses mains. Les larmes coulaient le long de celle-ci et le chef compris très vite qu’il venait d’accueillir un nouveau membre mais qu’un nôtre nous avait quitté. Et comme vous l’avez surement compris j’étais cet enfant et de par ma naissance je venais de tuer ma mère.

- C’est un moment de ma vie à retenir pour bien la comprendre, cette période avait forgée mon éducation et le chemin que j’avais parcouru jusqu’ici. Etant le seul fils de mon père, on pouvait s’entendre à ce que celui-ci éprouve un amour inconditionnel pour son seul héritier. Mais les choses étaient bien différentes de mes attentes… Car le meneur de mon clan jouissait d’une relation fusionnelle avec celle qui m’avait mis au monde… Et elle qui était son amour éternel venait de périr par ma faute. Cela m’a valu une enfance difficile, l’absence d’une présence maternelle et la haine d’un père aveuglé par ses sentiments. Heureusement une femme devint en quelques sortes mon ange gardien. Cette femme qui avait vue de ses yeux ma mère mourir et qui comme une véritable amie respecta sa promesse de prendre soin du seul fils qu’elle avait eue. Elle consacrait sa vie à mon éducation et elle s’efforçait de combler le manque du mieux possible. Peu à peu j’apprenais à l’apprécier et elle devint vite très importante à mes yeux. Mon père lui voyait son influence sur moi d’un mauvais œil et très vite il se mit à la détester autant qu’il me détestait. Nous étions sous surveillance perpétuelle et à la première occasion mon père la fit assassiner ! Agé d’à peine cinq ans je venais de perdre la seul personne à qui je tenais. A cet instant je venais de devenir le démon que mon père avait vu le jour de ma naissance. Les années qui suivirent, je devenais un garçon des bas-fonds de Kumo.

- Trainant dans les rues du village, je commençais à fréquenter les orphelins du village et très rapidement les habitants du village me prenaient pour l’un d’entre eux. La rue me rendait plus fort et mes camarades me rendaient la vie plus belle ! Kumo n’avait aucun secret pour nous et contrairement à ce qu’on pourrait penser, les villageois nous appréciaient et prenaient soin de nous. Chaque jour ces personnes faisaient beaucoup pour les pauvres enfants, de la nourriture, des vêtements chauds, les enfants et les anciens cohabitaient en harmonie totale. Mais malgré mon jeune âge, je me rendais vite compte que je ne faisais pas partie de ce monde. Mes amis des rues devinrent rapidement jaloux devant le confort que j’avais et dont je ne profitais pas. Un père, une maison, une famille, je possédais tout ce dont ils avaient besoin. Cette situation me tourmentais, je réfléchissais à la meilleur façon de leurs venir en aide. Un soir après une journée mouvementée avec mes amis et alors que la lune avait inhalée la lumière du soleil je tentais quelque chose. Les orphelins du village, mes amis étaient une petite dizaine, après avoir essuyé leurs critiques je décidais de leur montrer à quel point j’étais déterminé à les aider. Je les emmenais dans le quartier des Ten’shi ! Mais je redoutais la haine que mon père avait envers moi, c’était trop tard je ne pouvais faire demi-tour, alors d’un pas sûr j’avancer avec eux.

« Tu rentres encore tard Kuro ! » Le ton de mon père ne laisser rien présager de bon. Les vieux hommes de mon clan nous regardaient avec mépris et l’atmosphère qui régnait ici était pesante !

« Père, je… j’ai…Quelques choses à vous demander… Mais amis ils n’ont nulle part où dormir alors j’ai pensé que peut-être… »

« Tu as pensé que j’accueillerai à bras ouvert ces moins que rien ?! Imbécile que tu es ! Il n’y a pas de place pour les faibles ici ! Ces déchets n’ont qu’à crever au fond d’un ravin ! Et toi ne recommence plus jamais ça tu m’as bien compris ?! »

- Il ne finissait pas sur ces menaces, sa main vain frappé mon visage avec rage, je tombais assis sur le sol, les larmes commençait à dégouliner sur mes jeunes joues. Cela ressemblait à une vengeance personnelle plus qu’à une correction d’un père à son fils. Roué de coup je restais là sans bouger le visage empli de haine, comme si j’avais accepté mon sort ! Stupéfait, les enfants voyaient cette humiliation sous leurs yeux et je fus surpris de leur réaction. Le plus costaud d’entre eux, une dizaine d’année à peine, s’emparait d’une pierre et vain frapper l’arrière de la tête de mon père qui trébuchait sur le côté. Les autres se précipitaient et lui sautèrent dessus pour le frapper le plus possible. « C’est toi qui ne referas jamais ça à notre ami enfoiré !!!» S’écria la premier frappeur ! Mon père sans honte, eu recours à la technique de substitution pour s’échapper de tous ses gamins qui le frappait. Celui-ci furieux fit une chose à laquelle je n’étais pas préparé ! « Tuez-les tous sans exception ! Regarde bien Kuro ! Des gens vont mourir part ta faute une nouvelle fois ! »J’étais allongé sur le sol alors que ces mots résonnaient dans ma tête comme un écho ! Les enfants se mirent à courir, ils ne purent aller très loin et sous mes yeux ils les abattaient les uns après les autres sous mes yeux horrifiés ! Les images étaient bien trop dures pour moi, je m’évanouissais, laissant comme dernière vision le corps gisant des orphelins…

- Je me réveillais difficilement le lendemain matin, mon père à mes côtés, il me fixa, le visage impassible, comme s’il ne c’était absolument rien passé ! Je pris alors conscience de quelque chose, je ne pouvais rien changé à mon destin ! Cette nuit m’avait changée, j’étais le démon du clan des Anges et j’avais accepté ce destin qui s’offrait à moi ! Je pris alors la décision de devenir si fort que personne ne pourrait discuter mes décisions. J’avais mon destin en main, mon regard croisait celui de mon père, je lui fis ressentir ma rage ! Son visage changeait d’expression, il esquissait un léger sourire comme s’il avait attendu ce jour depuis des lustres. Il sortit de la pièce sans un mot… A presque huit ans j’avais bien du mal à comprendre les réactions de cet homme qui ne semblait pas être mon père ! Les larmes coulèrent le long de mes joues sans interruption… Des larmes de tristesse ? Non évidemment c’est de la haine qui coulait à flot le long de mon visage enfantin. Je me levais sans la moindre difficulté puis je sortis de cette pièce sinistre, d’un pas déterminé je le rattrapais rapidement, il s’arrêta, puis il se retourna vers moi, cette fois ce fut de la surprise que je pouvais lire sur son visage. « Apprends-moi à tuer ! Je…Je veux devenir plus fort… Beaucoup plus fort!» Il repartit encore sans un mot, mais il m’exprimait sa satisfaction pour la premier fois d’un geste de la main qui me demandait de le suivre. Ce fut la première étape de ma montée en puissance !

- Ce fut à ce moment que mon amour pour l’art de lame arriva, pour une fois mon père rempli pleinement sa promesse. Il me confia mon premier sabre : Shisui ! Fait part un expert forgeron de renommé elle était une très bonne arme. Facile à manier, légère avec une bonne pris en main. J’étais fière d’afficher mon nouveau compagnon et je le montrais à tout le monde. Les premiers entrainements fur difficile mais j’étais très rigoureux et chaque soir après les enseignements de mon paternelle je continuais à parfaire ma maîtrise du katana. J’avais du potentiel c’était indéniable et très vite je progressais. Mes gestes commençaient à devenir plus vif et plus précis, les entrainements eux me semblaient au contraire plus facile. Je battais aisément le peu de jeune que mon clan possédait. Voyant un avenir radieux pour moi l’un des anciens du clan m’invita à effectuer une balade avec lui. Je le suivais par respect, mais des questions me traversaient l’esprit, pourquoi m’emmenait-il dans les montagnes sans aucune parole en chemin ? Et d’ailleurs où allions-nous ? Arrivé aux deux tiers de la montagne le vieil homme s’arrêta devant l’entrée d’une grotte. «  Içi tu trouveras les deux sabres les plus puissants de ce pays ! Entre y mais prend garde à ne pas te perdre, seul l’Héritier du clan pourra les recevoir, ressort avec eux où ne ressort pas ! » Ses paroles étaient étrange mais la curiosité pris le dessus et je rentrais dans cet endroit parsemé d’obscurité. La température à l’intérieur était froide et désagréable, l’humidité de cette grotte était telle que d’innombrable goutte d’eau se fracassaient sur le sol. Je m’aventurais dans ce lieu et très vite je tombais sur les premières difficultés et je commençais à comprendre les paroles du vieil homme. Deux entrées s’offraient à moi, sans aucune réflexion je pris le chemin de gauche, après tout l’homme avait peut-être raison et si j’étais bel et bien l’héritier de mon clan je trouverai le chemin naturellement. Plus j’avançais plus les chemins se multipliaient et le route était longue, des heures que je parcourais cette endroit peu accueillant. Mais tout ceci n’allait pas être pour rien, j’approchais du but sans vraiment m’en rendre compte.

-Je m’étais toujours demandé pourquoi aucun édifice n’avait été construit en l’honneur de mon clan. Chaque clan ou presque possédaient quelques choses, un temple, une statue, un quartier arborant leur insigne ou encore une forêt et bien d’autres choses ! Mais vraisemblablement je ne connaissais pas grand-chose sur les origines et l’histoire de ma famille. Alors ce fut avec stupeur qu’au bout du chemin, au plus profond de la montagne, je découvris un temple magnifique creusé dans la pierre épaisse. Ce n’était rien d’extraordinaire mais ce fut un sentiment étrange qui m’animait au moment de cette découverte. Il y possédait une seul pièce plutôt spacieuse, au milieu du mur du fond le symbole des Ten’shi, devant celui une sorte d’estrade en pierre avec quatre marches. Au milieu de celle-ci il y avait une armure de samouraï enfilée sur une statue de pierre, et enfin deux sabres dans leur étui. J’avais trouvé ce pourquoi j’étais venu, je m’inclinais devant cette statue et je pris les deux lames qui me revenais. Les deux portaient un nom gravé sur le fer, je ressentais une force incroyable en elles. La première je l’avais déjà vu, elle appartenait à mon père qui l’avait déposé là peu de temps avant mon arrivé, se sabre se nommait Yubashiri. Mais alors me vint une question, si mon père connaissait cet endroit pourquoi n’avait-il pas pris l’autre ? Celle-ci semblait bien plus résistante et bien plus tranchante, au milieu de la lame était inscrit Wadô Hichimonji, des choses étranges avaient surement dû arriver. Les questions seraient posées en temps et en heures, mais d’abord il ne fallait pas bouder la joie que je ressentais et au contraire la laisser prendre le dessus !

-Le chemin du retour pris encore un bon moment, mais tant bien que mal je ressortais de là, la nuit tombais mais le soleil n’avait pas complétement disparu. Le vieil homme se tenais là assis devant l’entrée, il m’avait attendu tout ce temps, sans rien faire, mon retour lui fit procura une joie intense et nous retournions au village avec une grande fierté. Mais sur la route, je ne pus m’empêcher de poser les questions qui tourmentaient mes pensées. Mon père n’était-il pas digne de porter ce katana ? Pourquoi me revenait-elle ? Le vieil homme me raconta alors cette histoire. « Tu connais ton père mieux que moi mon garçon, tu sais à quel point cette homme est cruelle ! Lors de sa naissance nous savions déjà qu’il n’en serait pas digne, il avait une petite sœur et un petit frère, ton père était l’aîné de la famille le titre de chef du clan lui revenais donc. Mais ce garçon n’avait aucune limite, il ne pensait qu’à lui et il devint jaloux de son frère et sa sœur, ils étaient différent de lui, ils avaient bon cœur… Des enfants très gentil, tout le monde les adorés, ton grand père mourut jeune, ton père avait à peine 16ans. Il devint le chef de ce clan et mais il était de plus en plus sombre et méchant, jaloux, impulsif et cruelle ! Et c’est ça qui l’a fait dérapé ! Il tua son frère et sa sœur le soupçonnant de comploté contre lui pour prendre la tête du clan. Nous avons évité d’ébruité cela et nous avons fait passé sa pour un accident. Nous avons passé un marché avec lui, il ne pourrait prendre possession de Wadô Hichimonji sinon il serait dénoncé pour ses meurtres aux hauts-placées du village. C’est une bien triste histoire, tu ne dois pas en parlé Kuro tu dois me le promettre…. »

-Durant les deux années qui suivirent je découvrais un nouveau type de combat ou plutôt un nouveau style de Kenjutsu. La maîtrise du Sentôryû, il consistait à maîtriser trois sabres à la fois, le rendent beaucoup plus complexe mais aussi beaucoup plus puissant que tous les autres. Mon instructeur n’était plus le même mon père fut remplacé par le vieil qui m’avait conduit aux sabres. Il était un formidable formateur, bien plus compétant que le précédent et aussi bien plus méticuleux, mes progrès se montraient de plus en plus important et mes compétences évoluer rapidement. J’aimais ce perfectionnisme dont faisait preuve mon nouveau professeur, nous pouvions passer des heures et des heures à répéter le même mouvement jusqu’à ce qu’il soit parfait. Dans le même temps, alors que j’avais une dizaine d’années mon clan décida qu’il était l’heure pour moi de commencer ma formation de ninja. Les cours à l’académie plus les cours à la maison faisait de moi un acharné du travail, j’y consacrais tout mon temps et toutes mes forces. Je rêvais de pouvoir protéger tout le monde, il fallait que je devienne beaucoup plus fort ! Les cours de l’académie se passait très bien, je n’étais pas vraiment le plus populaire mais il n’y avait aucun problème à déplorer. Des liens se créaient au fur et à mesure et je commençais à voir un solide noyau d’ami au sein de ma promotion. Mon équipe s’était formée naturellement, je partageais le plus claire de mon temps avec eux. Tatsuma et Mikki, mes deux meilleurs amis, ils se montraient toujours à leur avantage et nous partagions un respect mutuel incroyable, j’admirais Tatsuma et je souhaitais devenir aussi talentueux que lui. Très vite nous devenions des Genins du village de Kumo pour notre plus grand bonheur.

-Les choses s’enchainèrent très vite, nous avions pour Senseï Yamamoto et à ma grande surprise cet homme était un expert dans le maniement du sabre. Une aubaine pour un garçon qui veut devenir la meilleure lame du village. Il devint très vite important dans ma progression, il m’aidait énormément. Les missions se passèrent sans embuche, elle n’était pas bien dangereuse, nous formions un quatuor de folie. Nous nous faisions rapidement connaître des autres équipes du village. Je continuais dans le même temps l’entrainement au Sentôryû, mes coups semblaient de plus en plus précis, de plus en plus rapide. Au bout d’une année ensemble, les dirigeants du village nous firent confiance en nous confiant une mission très importante. Elle consistait à récupérer une arme dérobée par un espion du village de Kusa. L’homme avait été récemment promu au rang de Juunin, il était donc bien plus puissant que nous. Mais nous avions des atouts à faire valoir, Yamamoto-Senseï était un fin stratège, Tatsuma maitrisait déjà une petit armada de jutsu de type Raiton, quant à Mikki elle était déjà une experte du Taijutsu pour son âge. Autant vous dire que pour vous faire remarquer au milieu de ses trois personnes, mais je n’avais pas à rougir de ma maîtrise du sabre. La mission de rang B, serait le plus compliqué que nous avions eu jusque-là, mais notre chef d’équipe avait d’ores et déjà son stratégie en tête. Nous allions débusquer la cible dans les montagnes du pays de la Foudre avant qu’il ne traverse la frontière avec le pays de Feu. Un endroit rempli de cachette et donc de lieu idéale pour une embuscade. Les renseignements étaient formels, il serait là-bas à la nuit tombée, nous n’aurions pas d’autres chances !

-Nous partions déterminé vers les hauteurs du Pays, il y avait peu de chemin, encore fallait-il pouvoir se repérer une fois là-bas, dans cette forêt de montagne je ne voyais pas comment nous pourrions le débusquer. Une fois là-bas nous appliquions le plan à la lettre chacun se positionnant à la place définit par Yamamoto. Les heures passaient mais toujours pas la moindre trace de notre fuyard, la nuit tombait, il fallait être patient. La lumière de la lune commençait à dominer celle du soleil, c’était l’heure ! Une silhouette fit son apparition, il était enfin là, l’excitation me gagnait, impatient d’en découdre je ne pouvais plus attendre. Le plan était en marche, notre senseï apparu devant lui, une petite dizaine de mètres les séparaient, la tension était palpable et l’atmosphère pesante ! « Izashi Mugen, ta route s’achève ici, prépare toi ta vie va prendre fin ici même ! » Yamamoto dégageait une sérénité à toutes épreuves, il dégainait lentement son sabre lentement pour finalement le pointer vers l’ennemie. Celui-ci esquissait un sourire terrifiant, son visage semblait être celui d’un démon assoiffé de sang et de mort. Je me rendais compte à cette instant que cet homme était bien plus puissant qu’un Chuunin récemment promu. Ca posture était droite, sans faille, rien n’émanait de lui à part l’impatience du combat ! « Viens donc je t’attends ! » La bataille était lancée, on ne pouvait plus reculer ! Les deux hommes s’entrechoquèrent, fer contre fer, il semblait fer jeu égale, je vis rapidement que ce n’était pas le cas. Yamamoto se montrait rapidement en difficulté à cause de la vitesse de l’ennemi, mais il avait tout prévu ! Parant chaque coup de l’adversaire tant bien que mal, il parvint à l’amener à l’endroit idéale pour la contre-attaque. Il esquiva une dernière fois la lame d’Izashi qui vint se planter dans la roche. « Mikki ! Tatsuma ! » S’écria le capitaine ! Mikki vint frapper l’espion avec un enchainement rapide inesquivable et l’envoya valdinguer quelques mètre plus loin ! Il n’avait pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait, Tatsuma était déjà en place ! « Raiton : Ikadzuchi no Utage !» « Kuro !» «Je sais… Sentôryû : Oni Giri !» La synchronisation était parfaite et mes lames vinrent terminer le travail ! « Qu’est-ce que… ! » Soudain un simple nuage de fumé remplaçait notre cible, avions nous était leurré si facilement ? « Et de un ! » A peine le temps de se remettre de cet échec qu’il était déjà trop tard… La stupeur et le désespoir commençaient à se lire sur nos visages quand nous nous sommes rendus compte que le fer du sabre de Mugen Izashi traversait le corps de Mikki, à cette instant nous savions qu’il était trop tard pour elle et sans le moindre remord il extirpait son katana de notre camarade qui tomba sans un bruit sur le sol. Le sang coulait à flot jusqu’à mes pieds tremblant… Les larmes montaient, je ne pouvais plus faire un pas. A cet instant je n’entendais plus rien, ne voyait plus rien ! Je ne pouvais que regarder le corps inerte de mon amie gisant sur le sol. Yamamoto réagissait rapidement en attaquant avec rage l’ennemi aux côtés de Tatsuma qui ne pouvait plus se contrôler ! Pendent que je restais là auprès de Mikki, d’un geste désespéré je tentais de la réanimer. « Imbécile ! Elle est morte ! Et ton tour va bientôt arriver ! » On pouvait lire une détresse intense de mon regard tant ce que je venais de voir m’horrifiais… Mes mains étaient couvertes de sang, les larmes coulaient le long de mes joues, j’étais encore une fois impuissant… « Cette fille était vraiment inutile ! Vous pourriez me remercier de vous avoir débarrassé de ce fardeau, vous n’êtes pas très gentils ! »





En Résumé


Votre personnage en dix lignes : vous devez synthétiser toute votre fiche, en y incluant les éléments les plus importants du background, et du comportement de votre personnage (le physique importe peu dans cette partie). Cette partie servira à renseigner vos partenaires RP sur la globalité de votre personnage, sans devoir lire l'intégralité de la fiche (donc en gagnant du temps). Pour les personnages inventés uniquement.



Vous ?


× Prénom : (facultatif)
× Pseudo:
x  Age:
× Comment avez-vous connu le forum ?:
× Comment trouvez-vous le forum ?:
× Pourquoi t'es-tu inscrit(e) ?:
× Autres :



_________________


Dernière édition par Ten'shi Kuro le Ven 1 Aoû - 23:00, édité 4 fois

avatar
Ten'shi Kuro



Messages : 2
Date d'inscription : 05/07/2014

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour] Mer 30 Juil - 10:45

Bonjour à toi o/.

Ayant vu, du moins il me semble, de légers changements sur ta fiche auparavant, je ne suis pas venue t'embêter plus tôt alors je le fais maintenant et je viens aux nouvelles. Où en es-tu dans ta fiche ? Tu n'as signalé d'aucune façon une absence ou un besoin de temps supplémentaire.

Je pense que d'ici une semaine, si nous n'avons pas de nouvelles j'archiverais directement ta fiche, voyant qu'elle date du 6/07, je pense que tu as eu bien assez de temps.

Au plaisir !


Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour] Jeu 31 Juil - 6:03

Salut. :)

Oui désolé ca prend du temps, j'ai pas pensé à demander un délai supplémentaire. ^^
Elle sera finie d'ici là, encore désolé de l'attente.

_________________

avatar
Ten'shi Kuro



Messages : 2
Date d'inscription : 05/07/2014

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour] Lun 1 Sep - 0:59

1 mois aujourd'hui, vas tu continuer cette présentation ?

avatar
Hasegawa Toshimetsu
土 Administrateur 土

土 Administrateur 土


Messages : 179
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 102
Localisation IRP : Tsuchi no Kuni
Présence /7 : 5
Nbre Rps acceptés : 1

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 390
Affaires obtenues:
Expérience:
1/4000  (1/4000)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour] Jeu 11 Sep - 14:24

J'archive

avatar
Hasegawa Toshimetsu
土 Administrateur 土

土 Administrateur 土


Messages : 179
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 102
Localisation IRP : Tsuchi no Kuni
Présence /7 : 5
Nbre Rps acceptés : 1

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 390
Affaires obtenues:
Expérience:
1/4000  (1/4000)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour]



Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas

Ten'shi Kuro [Description OK; Histoire en cour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [B/C/D cour d'histoire géographie] × Let's start.
» Présentation de Gollum ! (manque l'histoire)
» Cours privé d'histoire ou petit flirt avec le prof? (a) [Benjamin ft Evy]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Règlement et Univers :: Présentations & Fiches techniques :: Présentations :: Présentations refusées & abandonnées-