AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La misère est la même partout [Ft. Nana']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Mar 1 Juil - 14:35

Nami no Kuni, île-contrée non loin du Pays du Feu.

Je ne connaissais pas grand-chose à ce monde, en dehors des marécages et plages de la nation de l'Eau. Alors lorsque la mission me fut confiée, je restais perplexe. Dans le vague. Prise d'un infime doute. Étouffé rapidement par la confiance que je portais en ma personne. Je ne connais que très mal, les terres en dehors de mon archipel natal. J'ai pu vagabonder au Pays du Feu et du Vent, aux détours d'une chasse. Mais ça n'allait pas plus loin.

Mais une a reçu un ordre, et une va s'en acquitter. Comme elle l'a toujours fait. Tengri en soit témoin.

Il avait fallu quelques jours de voyage avant d'arriver. Une ne s'était pas faite remarquer, elle serait une bien piètre kunoichi si ça avait été le cas. Elle ne portait aucun apparaît de sa condition, pas de masque, pas de bandeau. Uniquement la Wo Dao, fidèle compagne accrochée à son dos. Dissimulée à l'exception de sa garde magnifique, par une cape de voyage sombre. Je n'en avais pas besoin, au fond. Mon don héréditaire me préservait des intempéries quels qu'ils soient.

Et lorsque j'étais sur place ? Je constatais des lieux qui auraient pu être en état plus déplorable. De ce qu'on m'avait dit, il n'y a pas si longtemps, un riche homme d'affaire avait eu la main mise sur la contrée et l'avait trainé dans la ruine. Malgré les quelques mendiants à la mine blafarde et un ou deux enfants des rues, l'endroit me semblait en relative bonne santé. Les étals étaient remplis de nourriture et marchandises, les jeunes gens étaient affairés à leurs occupations, et nombre d'ouvriers se pressaient dans les rues.

La situation ne semblait pas si catastrophique.

Je me détournais des allées principales pour m'insinuer dans celles plus tortueuses, reculées. Sombres et sales. Je ne regardais pas autour de moi. Je ne connaissais que trop bien ce genre de rues. Partout elles étaient les mêmes, avec leurs relents de pourriture et leurs miasmes de décomposition. Et toutes abritaient le même genre d'habitants. Des êtres sales, mal rasés, avec le mal gravé sur leurs traits.

L'individu qui bloquait mon passage était de cette trempe. Musclé, massif. Un chien de garde aux dents jaunies. Il souriait, d'un sourire désagréable.

- Bah tiens, qu'est-ce qu'on a là ... Une p'tite demoiselle bien mignonne ... Elle fout quoi par ici, la donzelle ?

Je sentais des mouvements, derrière moi. Et derrière lui. Négligente que je suis, me voilà piégée ... Pourtant, je souriais. Agréablement. Comme à mon habitude. Il serait triste de s'en départir en de telles circonstances, ne pensez-vous pas ?

- Je ne suis qu'une agréable étrangère, cherchant la sérénité sur son chemin.

On gloussait, mais ça me laissait de marbre, mon sourire figé sur mes traits.

- Comme c'est mignon ... Dommage, j'pense pas que tu souriras beaucoup après c'qu'on te réserve ....

- Les sourires changent le monde. Le rendent plus beau, le rendent meilleur.

Les rires redoublent d'intensité. Ils s'amusent. Je m'amuse. Tout le monde s'amuse. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possible et imaginable.

- Ouais, ouais. Fais moi l'plaisir de poser ton couteau au sol. Ca serait bête que tu te blesses avec.

Je glousse agréablement, avant de pencher la tête sur le coté.

- Lorsque la Wo Dao est sortie, elle ne peut être rengainée qu'après avoir abreuvé sa soif. Nous ne souhaitons pas en arriver là, voulons-nous ?

Le parfum de menace qui teinte mes paroles n'est pas passé inaperçu. Et les agresseurs refermaient leur étreinte sur moi.

Oh.

_________________


Dernière édition par Ringshen Chao le Lun 7 Juil - 14:04, édité 1 fois

avatar
Ringshen Chao
水 Ninja des forces spéciales 水

水 Ninja des forces spéciales 水


Messages : 20
Date d'inscription : 22/06/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 545
Affaires obtenues:
Expérience:
95/6500  (95/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Mar 1 Juil - 16:16



Super Nana à la rescousse !






Tss, qu'elle plaie ! Devoir se rendre dans un pays mineur pour aider aux reconstructions. Franchement, ils n'avaient pas quelqu'un d'autre sous le bras ? Je n'avais pas que ça à faire, nom de dieu ! Bon, si, c'était un peu mon travail, mais quand même ! Me forcer à prendre un bate... NAVIRE et être entourée de mer ! Moi qui ne prenait mon pied, si je peux me permettre cette expression uniquement sur la terre ferme, j'étais mal barrée. Au moins, je n'avais pas le mal de mer, c'était déjà ça...

Et surtout, je ne supportais plus le goût du poisson. Poisson matin, poisson midi, poisson soir ! C'était à devenir dingue. Limite, si des dorsales commençaient à pousser dans mon dos, cela ne m’étonnerais pas. Bon, il n'y avait pas que des mauvais côtés, j'étais de mauvaise foi là ! Après tout, l'un des marins m'avait appris les bases de la pêche. C'était dur quand même, de pas bouger pendant des heures et des heures en guettant le poisson ! Et là, mes techniques Doton servaient à rien. Peut-être devrais-je inventer un sonar, mais pour l'eau ? Enfin, je sait même pas si je peux utiliser le Suiton. Il faudrait que j'essaye avec une feuille de chakra plus tard.

Chose dommage, aucun évènement significatif montra le bout de son nez pendant la traversée. Pas un seul petit pirate. Remarque, on n'aurais pas été dans la merde, mon ninjutsu étant inutile en pleine mer. Pas plus mal en fin de compte. Enfin arrivée à bon port, je put constatée l'étendue de la pauvreté de ce lieux... ou pas ! Il ne fallait pas oublié que j'étais aveugle. Et lâcher comme ça en pleine nature, ça n'allait pas aider. Au moins, j'avais des instructions en braille dans ma sacoche...

Donc, apparemment, je devais aider à la reconstruction du Pont Naruto, qui avait beaucoup souffert. Pff, quel nom pourris ! Enfin, pas le choix. Me fiant aux indications de mes notes et des passants à qui je demandais de l'aide, j'entendis, au détour d'un angle quelques mots :

- Lorsque la Wo Dao est sortie, elle ne peut être rengainée qu'après avoir abreuvé sa soif. Nous ne souhaitons pas en arriver là, voulons-nous ?

Putain. Revenant sur mes pas, j'atteignais ce qui devait être une petite ruelle, si j'en croyais la façon étroite dont les individus étaient serrés. Un, deux, trois, quatre... cinq. Il y avait cinq personnes. Et sans doute une victime. Par le timbre de voix, ce devait être une femme.

- Hey, les décérébrés ! Ou vous laissez tranquille ma petite amie, ou j'vous envoie ad patres à l’hôpital, vous en dites quoi ?

Petite amie ? Bah ouais ! C'était le premier truc qui m'étais venu à l'esprit. Autant éviter les effusions de sangs. J'espérais que les quatre salaupiaud laissent ainsi tranquille cette fille. Enfin, c'était sans doute trop demandé...

- Toi aussi tu cherche l'aventure, mignonne ? Viens, je vais te réconforter...

Crachat. Je lui avais craché dessus, avec un air arrogant sur le visage. Ces types n'étaient sans doute pas des shinobis. À quatre contre un, je devrais pouvoir les écraser. Me mettant en position de combat typiquement Suna-jin, j'attendais. Attente, Écoute, Compréhension, Agissement. Quatre maîtres mots qui m'avaient guidés toute ma vie. Et qui le feraient encore aujourd'hui.

Un mouvement. Je le sentais par la terre. Grotesque de lenteur, il n'était rien face à celui de shinobis expérimentés. L'homme fonçait vers moi, sans doute dans l'optique de me donner un coup de poing. Il ne m'effleura même pas. Glissant à ses côtés tout en fermant le poing, ce dernier s'enfonça dans son ventre. Trois fois. Trois coups de poings qui arrachaient autant de cris de douleur à mon ennemi. Bien, plus que trois. Le second, ce fut un coup de pied circulaire qui le cueillit. Vue le choc de ma sandale, ce devait être le menton. Encore deux. Droite, gauche. Ils essayaient une attaque en combinaison, quels idiots. Cela me facilitait encore plus la tâche. Me baissant au dernier moment, les deux entrèrent en collision avant de tomber à terre, sonnés.

Un kunai dans la main, je glissais quelques mots à l'attention des quatre malandrins :

- On ne maltraite jamais les femmes. Compris ?

... Ce qui était inutile. Les quatre débiles ayant déjà fuis. J'espérais que cela leur serve de leçon. Me rabattant vers la dernière personne présente, je prononçais alors :

- Vous allez bien, mademoiselle ?



Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Ven 4 Juil - 20:19

Je ne souhaitais pas en arriver là.

Mais c'était un vilain mensonge. Je souhaitais en arriver là. La paix, la négociation, la diplomatie, toutes ces stupides choses que la politique vous fait croire nécessaires, vitales ? Foutaises. Rien de plus que du purin. Il n'existait qu'une seule vérité en ce monde, celle qui dictait que l'accomplissement de nos destinées ne se faisaient qu'à la force de notre bras armé. Et moi qui pensait que ce serait ennuyant à en crever. Quelques centimètres d'acier gris étaient sortis. Les geôliers refermaient le cercle mortel. Et j'étais prête pour une dernière danse, minable.

Une s'en moquait bien. Une adore valser, le tact de la chair transpercée par le fer.

Mais une n'y goûterait pas, pour l'instant tout du moins.

Une voix s'était élevée, une voix féminine. Elle invectivait les brutes qui me cernaient, agressive. Et comment me nommait-elle ? Sa petite amie ? Je haussais un parfait sourcil. Je n'en avais eue qu'une, de compagne. Naoko qu'elle se nommait. Et de son sort, il vaut mieux ne pas en parler. Laissons les morts à leur monde, ils n'ont plus aucune emprise sur le notre. Qu'importe. Donc, ma nouvelle "compagne" dont je ne connaissais rien, un petit bout de femme aux cheveux courts et aux habillements verts, s'avançait vers nous pleine de fierté. Et elle cracha sur le premier individu qui s'adressait à elle.

Ce n'était pas délicat, une demoiselle se devait toujours de l'être. Mais elle avait du cran. Et beaucoup de fierté déplacée, à n'en pas douter. Je n'étais pas si différente, avant. Mais ça, c'était une autre époque. Une époque avec des vapeurs écarlates. Mais je n'avais pas le temps de penser à de vains regrets, la scène devant moi méritait spectatrice. Elle esquivait, frappait, parait telle une tigresse. Et en quelques secondes, elle avait dispersé mes agresseurs.

Oh.

Et pour finir ? Une réplique pleine de classe. Je souriais, pas parce que cela m'avait plu, mais parce que c'était naturel. Elle se tournait vers moi, me demandait si j'allais bien. D'une petite pression, je rangeais le peu de fer sorti, et lui adressais un sourire plaisant.

- Une n'aurait pu aller mieux, chère amie.

Même si des amies, je n'en avais aucune. Je m'approchais de mon pas silencieux, franchissant la distance nous séparant. De mon unique pupille écarlate, je la détaillais longuement, à la limite de l'impolitesse. Espérons qu'elle ne m'en tienne rigueur, il serait tellement regrettable que nous ne puissions faire plus ample connaissance ... Me voilà face à elle, elle avait dû ressentir le changement de température. Quelques degrés en plus sur le thermomètre.

- Dis moi ... Pas que cela la dérange, mais une aimerait savoir depuis quand elle a aussi adorable compagne ...

Je gloussais agréablement, alors que je me levais sur la pointe des pieds. Ma sauveuse était bien grande pour moi, et c'était le minimum afin de pouvoir effleurer sa joue de mes lèvres.

- Voilà pour ma belle compagne et héroïne ... Elle ne sait vraiment, vraiment pas ce qu'elle aurait fait, si elle n'avait été là ...

Sinistre ironie.

_________________


Dernière édition par Ringshen Chao le Ven 4 Juil - 22:00, édité 1 fois

avatar
Ringshen Chao
水 Ninja des forces spéciales 水

水 Ninja des forces spéciales 水


Messages : 20
Date d'inscription : 22/06/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 545
Affaires obtenues:
Expérience:
95/6500  (95/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Ven 4 Juil - 21:20


   


   

   
Une rencontre fort amusante !


   

   - Une n'aurait pu aller mieux, chère amie.

Amie hein ? Amusant. Cette femme me considérait-elle comme une amie ? Peut-être pas, nous venions de nous rencontrez à l'instant après tout. Fou serait celui qui qualifierais d'amie une personne qu'il aurait rencontrée cinq secondes auparavant. En tout cas, avec sa façon de parler, j'étais réellement curieuse de faire plus amples connaissances.

Alors que je me questionnais sur la façon d’entamer une conversation, elle vint d'elle-même. De quelques pas agiles qui ne mentaient pas sur son aisance et sa carrière, elle se retrouvait devant moi. Bien que je ne pouvais point la voir, elle devait sans doute être en train de me dévisager sous toutes les coutures. Doute qui fut confirmé quand elle prit de nouveau la parole :



- Dis moi ... Pas que cela me dérange, mais j'aimerai savoir depuis quand j'ai une aussi adorable compagne ...


Elle gloussait de rire. Sa réplique m'avait amusée et, si je n'avais pas rie, c'était parce que j'étais intriguée. Lorsqu'un individu s'apprête à faire quelque chose d'audacieux ou d’inhabituel, sa respiration s’accélérait, même de manière infime. Quelque chose que j'avais apprise à utiliser voilà bien des années. Et oui, elle préparait quelque chose. En effet, je sentis ses lèvres délicates effleurées ma joue. Un baiser ? Comme c'était amusant. Cela ne m'avais pas vraiment déplus, j'étais simplement amusée.

- Voilà pour ma belle compagne et héroïne ... Je ne sais vraiment, vraiment pas ce que j'aurai fait, si elle n'avait été là ...

Sa voix était teinte d'une légère ironie. Quelqu'un d'autre se serait sans doute fait avoir, mais pas moi. Encore un des avantages à être aveugle, on ne prêtais jamais attention aux apparences. On creusait toujours plus pour se faire un avis. Et le bruit d'un métal se rengainant, comme une sorte de sabre ne pouvait que confirmer mes pensées. Elle était ninja, elle aussi.
   
- Pour ta première question, je dirais à peu près dix secondes. J'aimerais en dire autant, mais malheureusement, étant aveugle  je n'ai pas le loisir d'admirer ton visage. Et puis, il fallait bien que je trouve un truc pour que les gorilles laissent tomber.  


   Oui. Je lui avais dit texto mon infirmité. C'était comme ça, un réflexe. Ça me permettait d'évaluer si la personne en face de moi me traiterait comme une faible femme; Après tout,; c'était bien connu, les aveugles n'avaient pas leur place sur le champ de bataille. Un préjugé que je m'amusais, comme aujourd'hui à briser net. Et encore, je n'avais même pas eu besoin d'utiliser mes techniques ninjas, du Taijutsu basique avait suffit.  

 
- Pour ta seconde question, je dirais que tu les aurais envoyés dans les pommes, ou quelque chose dans ce genre. Ta démarche et le bruit d'un sabre rengainé ne peuvent mentir. Je suppose que tu es une ninja, pas vrai ?  


  Pas question de me laisser avoir. Je tenais à lui montrer que j'avais vue claire dans son jeux. Enfin, voir était un bien pathétique jeu de mot, pas vrai ? J'aimais beaucoup me moquer de ma cécité, pour montrer aux autres que je n'en avais cure. Après tout, pour moi, être aveugle était aussi normal que de respirer. D'ailleurs, je ne sait même pas si j'accepterais de recouvrer la vue si l'opportunité m'était donnée.  

 
- Je m'appelle Hikaru, Jonin de Suna. Et toi ? Que dirais-tu d'aller boire un verre ou quelque chose de ce genre, pour que nous puissions faire plus amples connaissances.  


  Je n'avais absolument pas l'habitude de boire, n'aimant pas réellement l'alcool. Mais bon, j'étais prête à faire une exception pour une fois. Après tout, cette personne m'intriguait et je voulais réellement en savoir plus sur elle. Peut-être pourrions-nous devenir proche après tout ? Ça, seul l'avenir nous le dirait.  
   

© Lilany


Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Ven 4 Juil - 21:56

La grande demoiselle était plus intéressante qu'aux premiers abords. Non seulement était-elle une justicière des bas-quartiers, mais elle semblait aveugle. Je plongeais mon regard longuement dans ses pupilles. L'était-elle réellement ? Je ne pouvais en être sûre. Est-ce que cela avait une quelconque importance ? Pas réellement. Elle pouvait être manchot, cul de jatte ou muette, que cela ne changerait rien sur le jugement que je portais sur sa personne. Cela ressemblait à un piège, néanmoins. Peut-être s'attendait-elle à ce que je baisse ma garde, en apprenant son handicap visuel ? Elle n'aurait pas dû mettre hors d'état de nuire les malandrins qui m'avaient cernée, alors.

Non, elle me disait la vérité. C'était ce qu'il y avait de plus logique, dans cette situation.

A ma seconde question, elle répliquait que sans elle, ces hommes auraient fini dans un même état, voir pis. Si elle n'était pas aveugle, elle aurait vu le sabre pendant à mon dos. Et si elle l'est, ce qui semble probable, elle aurait entendu le silence dans mon pas et l'acier contre le bois laqué. Il était inutile de lui mentir sur ce point. Sur les autres ? Cela dépendrait d'elle, et de la situation. Elle me donnait son prénom, son grade. Elle me proposait un verre dans un quelconque établissement, pour faire plus ample connaissance.

Je gloussais doucement. Entrons dans le jeu.

- Aveugle ? Quel dommage ... Elle ne pourra voir le désir qui brûle dans mes pupilles jades ...

Je souriais, mutine.

- Et en effet, une ne peut rien lui cacher, à mon aimable sauveuse. Je suis une kunoichi, et une qui fait preuve de peu de clémence.

Cela pourrait sonner comme avertissement, alors que c'était juste un fait.

- Une est enchantée de rencontrer Hikaru. On la nomme Chao, dans sa contrée. Juunin du Pays de l'Eau, en mission au Pays de la Vague où nous nous trouvons toutes deux.

Je ne mentais pas, pas réellement. Officiellement, j'étais Juunin. Mais ça, c'était officiellement.

- Boire un verre ? Pourquoi pas. C'est une activité que les couples pratiquent, n'est-ce pas ?

Je battais des cils, alors que je me saisissais aimablement de son bras, comme lesdits couples le feraient.

- Montre la voie, compagne.

_________________

avatar
Ringshen Chao
水 Ninja des forces spéciales 水

水 Ninja des forces spéciales 水


Messages : 20
Date d'inscription : 22/06/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 545
Affaires obtenues:
Expérience:
95/6500  (95/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Sam 5 Juil - 10:49


 


 

 
Chat et souris !


 

  - - Aveugle ? Quel dommage ... Elle ne pourra voir le désir qui brûle dans mes pupilles jades ...

Amusant ! Vraiment amusant ! C'était juste une impression ou cette demoiselle me faisait carrément du rentre-dedans ! Et bien, on pouvais dire que la subtilité devait être un mot qui ne faisait pas partie de son vocabulaire. C'était presque le jeu du chat et de la sourie. Restait à savoir qui était la proie et qui était la sourie. En tout cas, bien que dangereux, cela serait fort amusant de rentrer dedans je pense ! À cette remarque donc, je me contentais de lui faire un sourire charmeur, pour lui signaler que j'avais comprit son petit jeu et que ça ne me déplaisait pas tant que ça. Et, alors que je lui faisais une boutade sur le fait qu'elle pouvais se débarrasser de ses agresseurs toute celle, elle renchérit, loin d'être désagréable :


- Et en effet, une ne peut rien lui cacher, à mon aimable sauveuse. Je suis une kunoichi, et une qui fait preuve de peu de clémence. - Une est enchantée de rencontrer Hikaru. On la nomme Chao, dans sa contrée. Juunin du Pays de l'Eau, en mission au Pays de la Vague où nous nous trouvons toutes deux.

Finalement, j'avais bien fait d’intervenir. Cette kunoichi aurait donc été capable de les liquider de sang-froid. Et bien, v'la t'y pas qu'elle devait aimer le danger celle-là. Décidément, cette conversation devenait de plus en plus amusante ! Cette ninja me plaisait de plus en plus décidément ! Elle n'avait pas sa langue dans la poche, une qualité que j’appréciais particulièrement.

Chao donc. C'était un nom assez atypique, je n'avais jamais connue de personne nommée comme ça auparavant. Et elle était Jonin de Kiri, si j'en croyait ce qu'elle disait. Et elle était en mission, tout comme moi ! Que de points communs. Ça m'avais presque tirée un sourire. Presque.

Et, alors qu'elle se saisissait de mon bras, comme un jeune couple, elle dit quelques mots en plus :


- - Boire un verre ? Pourquoi pas. C'est une activité que les couples pratiquent, n'est-ce pas ? - Montre la voie, compagne.


Et bien, je ne pensait que ma petite blagounette irait jusque-là ! Soit elle était vraiment sérieuse, soit elle avait un assez intéressant sens de l'humour. Dans les deux-cas, pourquoi pas après tout ! Homme, femme... je n'en avais que faire ! Et, alors que je partais dans un petit rire amical, je lui souffla quelques mots discrètement, histoire de rentrer dans son jeux...

- Je voit le genre ! Après ce sera une petite promenade pour finir la soirée dans un love hôtel, c'est bien ça? Je paye à boire et toi l’hôtel, qu'en dis-tu ?  


  Et moi qui faisait la réflexion que ce qu'elle me disait n'était pas très fin. C'était l'hôpital qui se fichait de la charité ! J'avais uséedu tact d'un rhinocéros en colère. Tandis que nous commencions à marcher, je sortit de ma sacoche un papier, avec des inscriptions qui devaient êtres étranges pour ma "compagne".



- C'est du braille. Apparemment, il y aurait un bar, près du port, nommé shinobière. Tu pourrais me signaler quand nous arriverons devant s'il te plait ?


 Alors que nous marchions tranquillement dans les rues du village, on entendais les travaux, signe que la ville reprenait peu à peu des couleurs. Entre Konoha et Nami, je commençais à être habitués à avoir les tympans qui saignaient à cause des grandes machines, utilisées pour les reconstructions.   

- Dis-moi Chao, tu as quel âge ? Moi, j'ai vingt-cinq ans ! 


 JBah oui. C'était logique de demander l'âge de la personne qui nous serrait le bras tout de même; On ne savait jamais, ça pouvait très bien être une petite gamine comme une femme de mon age. C'était un des désavantages à être aveugle d'ailleurs. Il y en avait bien sur plein d'autres, mais ce n'était pas le sujet pour l'instant.   
 

© Lilany


Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Lun 7 Juil - 14:00

Il se pouvait qu'elle soit vraiment aveugle.

Elle n'avait réagi qu'avec un magnifique sourire, à ma première réplique. Pas de perplexité, de surprise, ou autre expression montrant le décalage entre mes dires et la réalité de la chose. Ou elle était très douée, ce qui n'était pas exclure. Et si c'était le cas, il serait très dur de la mettre à jour ... Et je le savais par expérience. Oh ça oui ... Je me grattais le cache-oeil, de façon distraite. Le frottement fit un infime bruit, et je ne doutais pas qu'elle l'entendrait. Ce n'était pas anodin, oh ça nan. Accrochée à son bras, j'affichais un petit sourire en coin, quand elle me souffla sa réplique au creux de l'oreille.

La délicatesse n'était pas au rendez-vous. Mais qu'importe, nous ne nous reverrions jamais, et il était très peu probable que nous en arrivâmes là.

- Nul doute que cela lui plairait, à ma petite aveugle.

Je gloussais doucement, alors que nous débutions notre marche. Couple atypique comme on n'en voyait rarement, Sable et Brume, Aveugle et Borgne, Écarlate et Verdâtre. Il ne fallait pas longtemps pour qu'elle réengage la conversation, à l'aide d'un étrange morceau de papier. Je plissais l’œil, constatant ... l'écriture ? Du braille disait-elle ? Je n'en avais jamais vu auparavant. Je ne m'y étais jamais intéressée, étant d'un naturel pragmatique. Je n'éprouvais aucune curiosité sur le sujet, me contentais de sourire de cette façon qui plait tant aux gens, même si c'était inutile eu égard à la cécité de ma compagne. Shinobière, le bar ? Ce jeu de mot me laissait ... Pas pantoise, il en fallait bien plus pour me laisser dans cet état. Disons que j'étais partagée entre l'envie de glousser par dépit et celle de pousser une petite exclamation dédaigneuse.

Un petit rire s'échappa de mes lèvres, agréable.

- Shinobière ? Le progrès fait si bien les choses ... Soit, ma grande compagne, je garde l’œil ... vigilant.

Regard malicieux, qu'elle ne peut de toutes façons par percevoir. C'était ... agaçant. Nombre de mes expressions corporelles que j'avais travaillée des années durant étaient inutiles en sa présence. Pourtant, par automatisme, elles s'exprimaient. Si naturelles que nul ne pourrait les croire artificielles. Nous vagabondions dans les rues, alors que la ville s'éveillait. Les travaux reprenaient, mais ce n'était pas de notre ressort.

Puis finalement, elle rompt à nouveau le silence. Mon âge ? Quel importance avait-il ? Je haussais les épaules. Autant jouer.

- Hmm hmm ... Et si ... Elle essayait de le deviner ..? Car si il y arrivait, il se pourrait ... qu'une lui fasse un présent, huhu.

Sourire en coin révélant ma parfaite dentition, alors que nous continuions notre balade dans les allées. Finalement, nous voilà sur les docks, avec ses odeurs de sel et de mer, son mistral rafraîchissant. Le Shinobière ? A quelques mètres de nous, nombre de marins et d'ouvriers s'y pressaient. Mais pas de shinobis. Je le saurai, si il y en avait.

- Nous y voilà, compagne. Une la laisse la guider, telle l'éduquée demoiselle qu'une est.

Petit sourire, en coin.

_________________

avatar
Ringshen Chao
水 Ninja des forces spéciales 水

水 Ninja des forces spéciales 水


Messages : 20
Date d'inscription : 22/06/2014

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 545
Affaires obtenues:
Expérience:
95/6500  (95/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Sam 12 Juil - 16:39


 


 

 
En fait, j'me taille. Bar + boulot + hypocrisie, j'aime pas ça !


 

 - -- Nul doute que cela lui plairait, à ma petite aveugle.

Petite ? Aveugle ? Ouais, non là cocotte, on allaient pas êtres copines toutes les deux. T'étais bien gentille, mais ce genre d'ironie, même pour rigoler on repassera hein. Je veux bien être gentille, mais faut pas pousser. Autant les blagues sympas, ça allait, autant ce genre de réflexion... juste non. Enfin bref, j'espérais qu'elle ai un poil plus de tact la prochaine fois qu'elle ouvrirait sa bouche, la ninja. C'était pas parce qu'on "s'amusait" que j'allais tout laisser passer, milles sabords comme dirait un célèbre capitaine ! Comment que je suis pas censé savoir ce genre ? Bah mon narrateur, il vous proute !


- - Shinobière ? Le progrès fait si bien les choses ... Soit, ma grande compagne, je garde l’œil ... vigilant.

L’œil ? Est-ce que c'était encore un trait d'humour à la mord moi le nœud ou bien... attend, elle était pas borgne quand même ? Scrogneugneu, elle avait pas honte ?! Elle m'avais manipulée ? Mais pourquoi donc est-ce qu'elle avait fait ça ? Naaaan... c'était quand même pas pour savoir si j'étais vraiment aveugle tout de même ? Si c'était ça, clairement j'allais trouver un moyen de lui rendre la monnaie de sa pièce. Enfin, bon alors que je lui demandais son âge, elle répondit alors avec une voix amusée, peut-être forcée même :


- - Hmm hmm ... Et si ... Elle essayait de le deviner ..? Car si il y arrivait, il se pourrait ... qu'une lui fasse un présent, huhu.


Et elle pouvait pas arrêter de parler comme ça, sérieusement ? Ça me donnait mal à la tête. Tain', heureusement que tous les shinobis de Kiri n’étaient pas comme ça. Si notre relation avait plutôt bien débuté, elle était carrément en train de tourner au vinaigre. Quand j'y pense, quelle grande différence entre cette Jonin et Shiina, une très grande amie de Kiri, Chunnin avec qui j'avais combattue pendant la guerre. Comme quoi, avoir un grade élevé n'était pas forcément synonyme de maturité. Et de ce côté-là, la petite Chunnin explosait Chao haut la main ! Je m demande d'ailleurs ce qu'elle fait en ce moment. Bah, je le saurais bien un jour ou l'autre de toute façon.  

- J'aime pas les énigmes, et je suis tout à fait incapable de toruver étant donné que je n'y vois rien. Tu peut très bien avoir la vingtaine comme être une vielle de quarante piges.


 Non. La délicatesse ne faisait toujours pas partie de mon vocabulaire et ce ne serait sans doute jamais le cas ! C'est vrai, autant appeler un chat un chat quoi ! Pas la peine de grandes tirades ou des phrases pompeuses pour s'expliquer. Autant utiliser des mots que même un idiot comprendrait ! Et, alors que nous arrivions devant le bar, c'était la goutte d'eau. La petite phrase qui m'énerva au plus haut point. LA phrase qu'il ne fallait jamais me dire.


- Nous y voilà, compagne. Une la laisse la guider, telle l'éduquée demoiselle qu'une est.

Adieux, vaux, vaches cochons ! Moi, la guider ? Non mais elle se fichait vraiment de moi là ! Sérieusement.  C'était clair cette fois, je ne l'aimais pas, cette fille-là. Enfin, je n'allais quand même pas lui dire cash, on étaient en pleine rue après tout. Les gens n'avaient vraiment pas envie de voir deux pauvres filles se battre quand même. Enfin bref, il fallait bien que je trouve un moyen de m'éclipser tout en douceur.

Ding dong, ding dong !

La cloche ? Oui, c'était la cloche. Trois coups. Non, quatre. Parfait, j'avais désormais trouvé un moyen de partir sans paraître impolie. Feignant un joli sourire, qui devait être cramé à des kilomètres tellement je n'avais pas l'habitude de ce genre de feintes.

- Aïe, il est déjà cette heure-là ? Il faut que j'y aille, désolée. J'ai une mission à faire à charge de revanche !


Ce qui n’était pas vraiment un mensonge en, fait. Si j'étais là, c'était pas pour le tourisme après tout. Et puis, qu'est ce que je pourrais admirer hein ? Enfin bref, fallait bien que j'aide à la reconstruction du village. Comme quoi, le ninjutsu ne servait pas toujours à la guerre. Particulièrement le Doton, semblerait-il. Je me demandais tout de même ce que j'allais bien pouvoir faire. Et, tandis que je partais dans la direction adverse, je lui fit un dernier signe de main :

- Bye bye Chao ! Au plaisir de te revoir !  


Mensonge, mais peu importait désormais. Je traçais ma route, elle traçait la sienne. Peut-être se croiseraient-elles, je ne le savais pas. Mais pour l'instant, j'en avais cure et me dirigeait vers où le vent soufflait.   
 

© Lilany


Invité
Invité




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana'] Jeu 17 Juil - 19:47

CORRECTION

Je ne vais pas faire de corrections individuelles, mais tout regrouper dans une seule même partie. Globalement, le scénario de votre topic semble tout à fait banal, sans trop d’embûches. Vous avez utilisé un seul obstacle au début de votre rencontre, et cela est introduit d’une manière assez naturelle et crédible. Vos deux styles d’écriture sont si différents dans la forme, que nous obtenons deux points de vue tout à fait intéressant à chaque scène. D’un côté, on a le punch inévitable qui signe l’énergie débordante d’Hikaru, et d’un autre, une avancée plus lente et énigmatique de la part de Chao. Les deux styles se complètent ainsi, et la transition de la lecture d’un post à l’autre n’est pas désagréable. Le mélange est miscible, et cela passe crème.

Les posts d’Hikaru sont fidèles à elle, avec un point de vue interne qui la caractérise toujours, donc aucun souci de ce côté. Tu as bien mené l’introduction de ton personnage jusqu’à destination, avec toujours la pointe d’humour qui semble être ta signature. Tu n’as pas sauté d’événements importants, du début jusqu’au milieu. Mais peut-être que ta fin est un petit peu prompte. Je considère que la chute était voulue, puisque Hikaru « largue » totalement sa fausse petite amie, mais la conclusion aurait pu être  un chouïa moins rapide. Vu l’avancée du scénario, l’action est un peu trop accélérée d’un coup. Ou alors, cela aurait été acceptable si Chao avait répondu à la suite pour conclure à son tour. Elle aurait pu ralentir la vitesse du départ d’Hikaru, avec ses mots. C’est d’ailleurs dommage que l’on ne connaisse pas la réaction de la Kirijin après ce que lui a fait la jeune aveugle. Je suis assez curieuse pour vouloir le savoir, du moins (a).

Ce qui est rend votre Rp si amusant, c’est certainement le jeu dans lequel vous avez fourré vos personnages. Chacune nourrit le jeu de l’autre, mais d’une manière pas si similaire que cela. Hikaru ne perd pas de sa franchise, et n’a pas froid aux yeux (et elle s’impose dès le départ), et c’est pas pure ironie qu’elle participe de plus en plus à la conversation. Or, pour la borgne, les jeux de manière et de l’apparence forment sa propre stratégie. Au final, les deux persos rendent la chose intéressante puisque l’arme de Chao s’avère inefficace contre la Sunajin. Vous parvenez à créer un réel contraste, à la fois par ce qui compose votre topic RP que par ce qui compose vos personnages. Le RP est réellement banal, mais grâce à ces détails, vous donnez envie de connaître la suite.

Ensuite, je trouve le côté flou de Chao assez alléchant à la lecture. Côté narration, tu te débrouilles très bien, et tu n’as relativement aucun problème dans la langue. Tu sais manier ta syntaxe, ton vocabulaire avec brio, et il y a du plaisir à te lire. Là où cela peut coincer, c’est peut-être au niveau des dialogues. Je ne t’en tiendrai pas rigueur puisque cela fait partie de l’être même de ton personnage, mais je veux juste te faire remarquer que la manière dont s’exprime ta jeune fille peut être assez confuse pour tes partenaires RPs. Il leur faudra sans doute une relecture pour comprendre le sens de certaines de tes phrases, car tu n’as pas choisi une manière évidente de dialogue (bien que je la trouve personnellement intéressante).

Au niveau des fautes, elles sont rares chez Chao mais présentes chez toi, Hikaru. Tu as répété les erreurs que tu avais faites lors de ta mission avec l’ancienne Sakura.

Citation :
Enfin, je sait même pas si je peux utiliser le Suiton.
Citation :
Moi qui ne prenait mon pied

Dans ces deux phrases, ton verbe prend un S vu qu’on parle de toi.

Citation :
 je put constatée l'étendue de la pauvreté de ce lieux..

Ici, tu as été un peu étourdi. On a le « je put » qui est incorrect, le « constatée » qui aurait dû être à l’infinitif, et le pluriel de trop au dernier mot de ta phrase.

Il y en a d’autres disséminés dans tes autres posts, mais je ne vais pas te faire la liste puisque tu sais déjà corriger ce genre d’erreurs.

Quant à Chao, je te reprocherai, pour finir, la longueur beaucoup trop courte pour ton rang. Je ne conteste absolument pas la qualité présente dans tes écrits, mais il faut que la longueur suive à un certain degré. Si tu avais été de rang A, j’aurais peut-être passé outre la longueur, mais au rang S (pour te donner une estimation), il aurait fallu faire un peu plus de 700 mots en moyenne.  Ton deuxième, et surtout ton troisième post, sont par exemple largement en-dessous. C’est vraiment dommage, puisque j’aurais sans hésité noté ta rédaction de rang A, mais je ne peux pas. La quantité de  narration dans tes posts ne domine pas assez le nombre de dialogues.

Ce sera pour vous deux un rang B, avec mes compliments pour un scénario drôle et assez bien mené, ainsi qu’une belle mixture de contrastes ! o/

Gains :

Hikaru : 175 Xp
Chao : 95 Xp.


avatar
Correction



Messages : 16
Date d'inscription : 29/06/2014
Age : 85
Localisation IRP : Académie française
Présence /7 : Présent pour vous corriger !
Nbre Rps acceptés : Aucun.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La misère est la même partout [Ft. Nana']



Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas

La misère est la même partout [Ft. Nana']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Sans l'aide de la diaspora, Haïti sombrerait dans la misère
» Mystery Orphanage [La magie est partout !]
» Une vie de misère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Autres Pays :: Nami no Kuni-