AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Dim 29 Juin - 16:51

The beautifull Mizukage





Le soleil pénétrant par la fenêtre de son appartement, étalé de ton son corps et a demi-nu, le jeune homme se réveilla tranquillement. La chaleur lui fit comprendre qu'il était l'heure de se lever, il s'exécuta à contre-cœur, lui qui aimait pourtant trainer au lit. Néanmoins, ce matin ce n'était pas possible, il fallait qu'Itsuki se ménage, surtout son appartement qui ressemblait à un taudis.

Cependant, l'envie de sortir de son appartement était beaucoup plus importante selon lui que de le ranger, il s'habilla donc et partis en dehors de son appartement qui ressemblait à une véritable poubelle. Dans tous les cas, il préférait se balader dans le village plutôt que de s'enfermer et de ne rien faire de ses journées.
Les rues, comme d'habitude étaient bombées de monde. De plus, un rayon de soleil illuminait la rue, ce qui rendait les gens particulièrement chaleureux. Voir les gens s'entendre, c'était à cela qu'on reconnait un Pays en paix. Ce terme de Paix en fait frémir beaucoup et ça se comprends, qui sait et qui peut se permettre d'affirmer que notre paix sera éternelle ? Personne, c'est de là que toute la complexité se forme, l'incertitude.

Tant d'incertitudes et si peu de réponses, la seule réponse qu'Itsuki se contente, c'est que lui comme d'autres ninjas se battent pour la paix, c'est suffisant pour lui, pour qu'il vive en protégeant autrui. Descendant ses escaliers avec une cigarette à la bouche, le jeune Yuki s'aventura dans la foule. Les rayons du soleil, ainsi que la chaleur illuminèrent le corps du jeune homme qui était habillé assez léger, laissant apparaître son tatouage de Phénix.

Beaucoup de gens le regardèrent et se demandèrent ce que pouvais bien signifier cet oiseau, seul le jeune homme savait. Cet oiseau représente la contradiction et le paradoxe de l'époque de la brume sanglante, un phénix est normalement un oiseau des flammes alors, pourquoi le tatouer sur quelqu'un maîtrisant la glace ? Pour faire une sorte de résistance au système passé.

Après quelques minutes de marche, Itsuki arriva enfin sur la Grande Place de Kiri, lieu magnifique. Mais ce lieu était embelli par une femme, forte et puissante. La Godaime Mizukage, Meï Terumi. Ninja qu'Itsuki apprécie au plus haut point, c'était quelqu'un qu'il respecte beaucoup et qui comme elle avait vécu les tortures de la Brume sanglante, elle qui maîtrisait deux Kekkei Genkai.

Elle était accompagnée d'un camarade, Chôjuro, épéiste et formidable ninja. Comme Itsuki, il était prêt à protéger la Mizukage, le Juunin s'approcha de la Mizukage, en effet, il voulait lui parler de quelque chose. Cela faisait plusieurs jours qu'il y pensait, le maintient de la paix était quelque chose d'essentiel et celui-ci voulait la préserver. Il voudrait donc faire part de cette volonté, en demande à être ambassadeur de Kiri.

"Bonjour Mizukage-sama, Chôjuro. Belle journée n'est-ce pas ? Godaime, excusez-moi de vous déranger, mais j'aimerais bien vous parler de quelque chose, pour le bien du village, pour le bien des générations actuelles et futures."

Code by AMIANTE

avatar
Itsuki Maki
水 Rang B 水

水 Rang B 水


Messages : 258
Date d'inscription : 06/03/2014
Localisation IRP : Pays du thé
Présence /7 : /7 (Vacances uniquement)
Nbre Rps acceptés : 2 (+2 HRP)

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 990
Affaires obtenues:
Expérience:
345/3200  (345/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Lun 30 Juin - 14:32

La brume de Morphée


« Although many craved a future of peace and prosperity for Kirigakure in silence, I can hear what you say and I keep your words in my heart. »



Meï & Itsuki




Dans un calme olympien, le village caché de la brume quitta le sommeil pour entamer une nouvelle journée. Cette dernière n’allait pas s’annoncer être très ensoleillée, mais la fine brume peu épaisse suffisait à contenter les besoins des villageois. Ils n’aimaient pas se déplacer dans les rues avec un champ de vision restreint, et ce, même s’ils s’y étaient habitués depuis leur naissance. La journée s’avérait banale, un peu froide, et silencieuse. On aurait dit que le temps s’était ralenti, que le pêcheur prenait un peu plus son temps pour sélectionner ses cannes, ou que la poissonnière ouvrait son magasin sans trop d’entrain.  A sept du matin, le sommeil les emportait encore dans des pensées légères et endormies ; leurs yeux clignaient lourdement, et les paupières étaient lourdes. Ils en étaient presque hypnotisés.

Du côté de la haute autorité, le spectacle lent n'avait pas fui les lieux, mais il y subsistait une ambiance plus lumineuse et active. Les membres du conseil ne cachaient pas les cernes tracées sous leurs yeux fatigués des réunions tardives : l’opulence administrative était l’arme idéale pour les achever dès les premières lueurs du jour. Ils n’avaient plus rien de l’outrecuidance que procurait la fierté d’appartenir aux instances les plus fortes. Ils étaient comme tous les habitants du village : en phase ardue d'éveil. Ils se saluaient, les bras chargés de feuillets, et avançaient presque mécaniquement d'une salle à l'autre. L'aube était bien cruel.

La nitescence la plus lumineuse était celle qui dominait la haute tour du Mizukage, et plus précisément son bureau. Déjà active depuis une dizaine de minutes, la dirigeante du village laissait le goût exquis du thé s’imprégner dans ses papilles gustatives, tout en triant les myriades de paperasse présentes. Ce n’était pas la motivation qui lui manquait, mais le sommeil. Depuis quelques temps déjà, Terumi  Meï se couchait à des heures où elle devrait déjà être dans les bras protecteurs de Morphée. Elle avait souvenance d’une charge de travail moindre, avant la quatrième grande guerre, où elle n’entretenait pas encore énormément de relations avec le restant du monde. Le sang, pourtant lavé sur le sol coupable de Kiri,  s’était caillé dans les esprits du voisinage. La réputation de Kiri ne s’était pas tant améliorée que cela. Toutefois, depuis quelques mois, les choses avaient changé depuis que le pays de l’eau avait directement contribué à cette nouvelle ère de paix. Il n’y avait aucun lieu d’abiotique, et la diplomatie était le moyen privilégié pour mener les négociations. Quoi qu’il en soit, la belle auburn avait depuis un moment obtenu le satisfecit pour son travail mené avec sérieux.  Jamais, elle n’avait pris ce poste à la légère et elle accomplissait son rôle de bon cœur.

Grattant un peu plus vivement sa plume sur les feuilles,  la Mizukage se sentait de plus en plus éveillée par la tonicité apportée par son thé. Ce n’était pas aussi fort que de la caféine, mais cette boisson avait le don de rendre sa journée un peu plus claire, et loin de l’esprit d’un petit somme. Il serait d’autant plus malséant que de paraître épuisée, alors qu’elle devrait recevoir Chôjuro et sa petite équipe.

Terminant sa rédaction promise au village du sable, la jeune femme se releva avec grâce. Ce début de matinée qui éveillait peu à peu les habitations avait quelque chose d’adoucissant. Et pour mieux tempérer son bureau, elle entrouvrit légèrement l’une des vitres de la pièce pour y laisser entrer un peu d’air frais. La brume de Kiri, bien que fine, était toujours présente, mais offrait toujours ce spectacle plaisant et surnaturel qui la mettait de bonne humeur. Le paysage duveteux ne cessait d’offrir cet effet de lenteur et de douceur, et il était sans doute temps de s’y plonger.

Trois petits coups retinrent son attention, faisant tourner sa tête auburn vers la direction opposée des fenêtres. Son autorisation donnée d’une voix forte, la porte s’ouvrit doucement dans le calme et dévoila un invité qui était prêt à entamer leur journée. Ne souhaitant pas se perdre dans de longues palabres, il se contenta de livrer l’information d’une manière la plus directe qui soit. La réaction de la Mizukage ne tarda pas à se faire attendre et, munie de son couvre-chef, elle fut prête à affronter les extérieurs. Tout commençait peu à peu s’accélérer, et la brume serait bientôt chassée au fil des heures. Fin sourire étiré du coin de ses lèvres, elle ne cacha pas sa satisfaction que de revoir ceux qu’elle appréciait beaucoup.

Le ninja messager la suivit sans rien ajouter quoi que ce soit, et la guida en lui ouvrant les multiples portes de la tour. A cette heure-ci, les couloirs avaient commencé à se remplir d’employés administratifs, un peu moins pressés que d’habitude et qui ne manquaient pas de couvrir leur Kage de salutations dithyrambiques.  Son arrivée dans les extérieurs fut, cependant, pas aussi remarquée ; les habitants éveillés étaient encore en petit nombre. Ce n’était finalement pas si mal, puisque cela facilitait son passage discret dans les rues. Et puis, ce brouillard lui permettait d’être facilement dissimulée dans un rayon de cinquante mètres.

La grande place centrale de Kiri était un lieu connu pour la beauté aquatique que les paysagistes engagés avaient remarquablement façonné. L’eau, affinité principale de la majorité des Kirijin, était surreprésentée par la présence d’une multitude de petites fontaines qui faisaient le tour de la place ovale. Les sculptures délicates de sirènes mythiques recrachaient l’eau par un orifice formé au niveau de la bouche. Le décor était ni plus ni moins l’héritage des grands mythes du pays de l’eau. Au centre de cet endroit, une plus grande et impressionnante fontaine dominait, et c’était généralement un des décors qui connaissait le plus de louanges dans le tourisme de ces contrées.  

Continuant de se mouvoir avec une certaine prestance, Meï arriva à la hauteur de trois ninja qu’elle salua avec un enthousiasme qui lui était toujours fidèle.  Depuis la fin de la guerre, Chôjuro n’avait pas cessé de vouloir l’aider dans sa quête à la diplomatie. Il considérait, tout comme elle, qu’il était temps de s’ouvrir et de ne plus rejeter les autres nations comme antan.

« Bonjour à vous. Je vois que vous êtes prêts, c’est parfait. Je crois qu’Ichiru vous a confié l’itinéraire précis que vous devrez emprunter pour parvenir jusqu’au pays du vent ?

- Oui, Mizukage-Sama. Nous avons ici toutes les formalités nécessaires, il ne manque plus que votre lettre. » affirma le quarantenaire du groupe.

La jeune femme ne se fit pas attendre : elle tendit l’enveloppe scellée qui était destinée au Kazekage. Puis, elle adressa un dernier sourire à Chôjuro, avant de lui dire qu’elle avait confiance en lui, comme toujours. Ce garçon était devenu si sûr de lui, depuis qu’il avait prouvé de quoi il était capable contre les  Zetsu blancs. Il ne l’avait jamais déçue, et il méritait bien les lauriers de la victoire.

Alors que l’équipe s’apprêtait à s’en aller, une autre voix s’éleva, plus mature que celle de l’épéiste d’Hiramekarei. Meï prit le temps de se retourner, apercevant un homme qu’elle connaissait.  Apparemment, il désirait lui parler de quelque chose, mais elle n’était pas certaine de saisir la raison pour laquelle il venait d’amorcer un sujet qui s’avérait aussi sérieux. Et qui plus est, en début de matinée dans une place publique. Quoi qu’il en soit, elle n’était absolument pas du genre à faire la sourde oreille. Elle lui rendit son salut, et lui répondit.

« Si cela ne peut pas attendre, je t’écoute. »

Les autres ninja n’étaient pas encore partis, eux aussi curieux de vouloir entendre ce que Maki souhaitait dire.



© Lilany

_________________





Les femmes ne sont pas toujours douces.


Dernière édition par Terumi Meï le Lun 30 Juin - 16:53, édité 2 fois

avatar
Terumi Meï
水 Administratrice 水

水 Administratrice 水


Messages : 210
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 22
Localisation IRP : Mizu no Kuni.
Présence /7 : 4/10 en ce moment
Nbre Rps acceptés : 0

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 985
Affaires obtenues:
Expérience:
270/6500  (270/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Lun 30 Juin - 15:37

The beautifull Mizukage






La jeune femme se retourna avec une grâce de danseuse, cette femme qui réussit à redresser le village de Kiri, qui réussit à laver les erreurs passées. Cette femme n'était autre que la Mizukage, Meï Terumi, vêtue comme à son habitude de sa robe bleue qui allait très bien avec sa couleur de cheveux. Le blond fixa la jeune femme et continua l'argumentation qui poussa le jeune homme à stopper la Terumi.

"J'aimerais m'impliquer directement dans les décisions du village, j'aimerais devenir membre du conseil."

Les décisions du village, une responsabilité incroyablement grande. Mais, elle n'était pas demandée à la légère, le jeune homme y avait réfléchi depuis longtemps, à vrai dire depuis sa nomination au grade de Juunin. L'envie de devenir plus important, d'être quelqu'un non pas d'indispensable, mais quelqu'un sur qui on pourrait compter en cas de crise. Néanmoins, la Mizukage va surement demander au Maki de faire ses preuves, chose qu'il était prêt à faire sans hésitation, montrer qu'elle ne regretterait pas de l'avoir choisi.

Le Juunin était comme hypnotisé par la femme, sa beauté en ferait plaisir plus d'uns, la Terumi avait un visage doux, mais ce qui faisait frissonner le cœur du jeune homme, c'était ses yeux. Elle avait des yeux d'une splendeur indescriptible, vert émeraude, selon Itsuki s'était de là que partait toute la beauté et tout le charisme qu'elle avait, le regard. Un autre élément qui distinguée la Mizukage, c'était ses cheveux, ils étaient d'une couleur peu commune et incroyablement longs.

Cependant, l'élément qui fit qu'Itsuki la portée en admiration aujourd'hui, c'était que comme le béjaune, elle avait connu la période de la Brume Sanglante. Période d'instabilité dans le village de Kiri, période où les clans étaient annihilés, période où la haine envers le Yondaime était née dans le cœur d'Itsuki.

Pour certains, la haine était indispensable pour être un vrai ninja, que seulement avec cette haine, on pourrait devenir aussi fort, que c'était une motivation pour se battre. Mais, est-ce réellement une motivation ? Pour le Maki, il était clair que non, en revanche se battre pour la paix était essentiel surtout si nous ne voulons pas replonger dans l'enfer de la Quatrième Grande Guerre ninja.

Code by AMIANTE

avatar
Itsuki Maki
水 Rang B 水

水 Rang B 水


Messages : 258
Date d'inscription : 06/03/2014
Localisation IRP : Pays du thé
Présence /7 : /7 (Vacances uniquement)
Nbre Rps acceptés : 2 (+2 HRP)

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 990
Affaires obtenues:
Expérience:
345/3200  (345/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mar 8 Juil - 12:21

Une vocation séduisante


« Although many craved a future of peace and prosperity for Kirigakure in silence, I can hear what you say and I keep your words in my heart. »



Meï & Itsuki




Alors que les brumes matinales commençaient à s’effilocher lentement, quelques civils étaient perceptibles au loin. Cette matinée caligineuse allait finalement laisser place à un peu plus d’éclaircissement, d’ici quelques heures. Un peu plus enthousiaste vis-à-vis de cet atmosphère, Meï quitta cette vue du ciel, son attention étant désormais  rivée vers le nouveau visiteur. Chôjuro devait certainement connaître cette personne, tout aussi bien que ses camarades. La Mizukage, en revanche, ne le connaissait absolument pas en dehors de sa fonction de Shinobi. Néanmoins, elle allait faire preuve de mansuétude On pouvait lire la curiosité dans le regard azur de cet homme, aux allures de jeunesse. Il ne faisait effectivement pas son âge, et pourtant il était aussi fort que n’importe quel Jônin de base.

Ses traits fins et caractérisés par une pâleur nordique lui conféraient un petit air candide. Un visage mignon, qui devrait plaire aux jeunes demoiselles, en somme. Chaque pays avait ses propres caractéristiques de beauté. A Konoha, c’était sans nul doute le charme ténébreux et sombre des Uchiha, et à Suna, on devait certainement mettre en valeur les hommes aux jolies petites cernes autour des yeux. Quant à Kiri, on parlait plus souvent du regard océan des belles personnes, ainsi qu’une peau éburnéenne, plus blanche que l’ivoire. Toutefois, c’était évidemment sans compter les dents de requin de la plupart des Kirijin; Meï n’avait jamais tellement songé à offrir un baiser à un homme qui pourrait avoir une telle dentition.

Ce que ce beau jeune homme venait lui demander dépassait un peu ce à quoi la Mizukage s’attendait. Elle aurait plutôt songé à une affectation à une des missions fraîchement arrivées, ou à l’obtention d’un petit congé justifié. Mais en vérité, cela s’avérait un peu plus recherché que cela. La demoiselle fut séduite par le ton direct employé par son interlocuteur, pour lui formuler sa demande. Il n’était pas passé par les quatre chemins, pour lui expliquer ce qu’il désirait tant. Cela prouvait qu’il était déterminé et motivé par son rêve, et cela brisait un peu le cœur de l’auburn que de ne pas pouvoir aboutir à sa requête. Elle ne serait certainement pas la seule à avancer que Maki était indubitablement encore trop jeune pour trouver sa place au beau milieu des penseurs quarantenaires et quinquagénaires. Une position au sein du conseil ne permettait pas d’accueillir n’importe qui, au risque de mener les choses jusqu’à des élucubrations. Mystérieusement, Meï était la seule exception du village à être conduite à un si haut poste en ayant simplement la trentaine d’années. Néanmoins, on ne pouvait pas se servir d’une exception pour en construire d’autres sans trop de réflexion.

«  Membre du conseil ? Qu’est-ce qui te motive tant dans cette idée ? »

L’idée de paix, certainement. Il ne pouvait y avoir que cette raison : depuis la fin de la guerre, la plupart des gens désirait simplement que l’utopie de la paix devienne une réalité durable. Ce n’était pas simplement des belles paroles pleines d’éloquence en provenance de personnes disertes, mais un espoir que tous partageaient.

Se tournant vers Chôjuro, elle lui  fit signe qu’il pouvait partir en compagnie de son équipe. La conversation qui suivrait ne les concernait pas, donc ils pouvaient débuter leur mission diplomatique. Ne se le faisant pas répéter deux fois, ils s’éclipsèrent furtivement avec vivacité, ne manquant jamais de leur vélocité.

 Apercevant un petit banc de marbre à proximité de la fontaine centrale, elle s’y dirigea en invitant Maki à la suivre. Ils pourraient mieux poursuivre leur caquetage dans une certaine intimité. La Mizukage ne pouvait qu’encourager ses Ninja à continuer sur cette voie sereine, celle qui les pousserait à faire de leur mieux pour façonner un avenir meilleur. Toutefois, mieux valait ne pas précipiter l’avancée des choses. Elle savait pertinemment ce qu’il devait ressentir, en lui formulant cette demande un peu maladroite et directe. Elle aussi, avait tant rêvé pouvoir sortir Kiri de l’ancien cauchemar, quand elle n’était qu’une simple Jônin. Seulement, un poste ne se réclamait pas, il se méritait.

« Tu sais, être ninja te permet déjà de contribuer à beaucoup de choses dans Kiri. Tu as encore une belle marge de progression, et du potentiel à exploiter mais pas dans le milieu politique. Du moins, pas encore.  C’est un univers très différent. »

L’auburn avait mis un certain temps à s’habituer à ses nouvelles fonctions, le lendemain de son élection. On trouvait cela tellement glorieux que de pouvoir porter le couvre-chef du Kage, mais ce n’était qu’un ornement. La tâche était plaisante certes, mais parfois très difficile. On ne pouvait pas prendre de décisions à la légère, et on devait penser aux autres avant de penser à soi. Des qualités étaient requises dans le monde de la politique. Que l'on soit ninja ou civil, on pouvait accéder à ces branches en ayant les compétences requises, mais ce n’était pas pour rien que la plupart des politiciens étaient âgés : l’expérience était la clé.

Maki était sûrement un homme mature, mais la maturité ne faisait pas tout. Certains étaient bâtis pour le combat, et d’autres pas. Quant à ceux qui étaient capables d’allier les deux, ils étaient simplement des individus très polyvalents, mais un peu moins fréquents dans cette société. Meï ne doutait pas que le Jônin, qui avait presque sa tranche d’âge, puisse être capable d’une telle chose mais pour aujourd’hui, il n’y avait pas encore de place vacante qui lui serait adaptée.


© Lilany

_________________





Les femmes ne sont pas toujours douces.

avatar
Terumi Meï
水 Administratrice 水

水 Administratrice 水


Messages : 210
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 22
Localisation IRP : Mizu no Kuni.
Présence /7 : 4/10 en ce moment
Nbre Rps acceptés : 0

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 985
Affaires obtenues:
Expérience:
270/6500  (270/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mar 8 Juil - 13:11

The beautifull Mizukage






La Mizukage fut surprise de la requête d'Itsuki, mais elle était encline à écouter le jeune homme, elle était très réceptive. Elle invita l'adonis à s'asseoir sur un banc pour poursuivre la conversation qui devenait, de plus, en plus sérieuse. Il était vrai que pour Itsuki, la paix était un moteur dans la décision de devenir membre du conseil, néanmoins, il n'y avait pas que ça. Il se sentait redevable envers la Mizukage, redevable pour ce qu'elle avait fait pendant la période de la brume sanglante et c'était légitime.

Devenir membre du conseil, permettrait à Itsuki d’aider la Mizukage dans les moments de crise pour ainsi s’acquitter de sa redevance. La Terumi fit comprendre à Itsuki qu’il était beaucoup trop jeune pour prétendre à être membre du conseil, cependant elle voulait entendre les motivations de celui-ci.

« Maître, ce qui me pousse à vous demandez d'intégrer le conseil, c'est en major partie à cause, ou plutôt grâce à vous. Pour ce que vous avez fait pendant la brume sanglante, si vous n'aviez pas remonté le village, je serais surement mort à l'heure qu'il est. Dans un premier temps, je me sens redevable de ce que vous avez fait, dans un second temps j'aimerais être un pilier du village. »

Il était vrai qu'en y songeant, le rôle du membre du conseil et de prendre des décisions mais également de les argumenter, en y réfléchissant le ninja n'en avait peut-être pas encore la carrure, prendre des décisions qui construiront le futur de Kiri. Baissant la tête, Itsuki prit conscience de l'absurdité de sa requête, la Mizukage ne choisira certainement pas un Juunin sans réelle expérience en politique et c'était légitime.

En revanche, l’expérience est quelque chose qui se gagne au fil des années, ce qui voulait dire que dans quelques temps Itsuki aura surement atteint le niveau, bien sûr, l’expérience ne se fera pas dans un an ou deux, non, sur au moins cinq ans. Le Juunin se mit à sourire en regardant la jeune femme, inconsciemment, Itsuki voulait devenir comme elle, fort, diplomate, courageuse et surtout, elle respectait ses ninjas.

Code by AMIANTE

avatar
Itsuki Maki
水 Rang B 水

水 Rang B 水


Messages : 258
Date d'inscription : 06/03/2014
Localisation IRP : Pays du thé
Présence /7 : /7 (Vacances uniquement)
Nbre Rps acceptés : 2 (+2 HRP)

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 990
Affaires obtenues:
Expérience:
345/3200  (345/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mar 8 Juil - 14:20

Souvenirs...


« Although many craved a future of peace and prosperity for Kirigakure in silence, I can hear what you say and I keep your words in my heart. »



Meï & Itsuki




Assise sur le marbre froid d’un des quatre bancs qui faisait le tour de la fontaine centrale, Meï profita d’une bonne bouffée d’air pour se sentir revivre. L’hiver était là, avec ses beaux courants d’air frais qui passaient, ainsi que la fine neige poudreuse qui retombait innocemment sur les épaules des villageois. C’était aussi la période durant laquelle on préparait les remèdes aux grippes, aux bronchites, et aux angines. Mais tout Ninja se respectant était capable de faire face à ces épidémies hivernales.

La main gauche de la jeune femme caressa doucement l’accoudoir du banc, en forme de tête de dauphin. Le décor aquatique ne cessait jamais d’offrir une vue hypnotique sur le reste de la grande place. Ses ongles teintés de bleu parcourait inaudiblement le bec de l’animal sculpté, alors que la paume de sa main profitait de la froideur glacée de sa texture. Les arbres s’agitèrent doucement sous le passage du vent de l’ouest, et les branches démunies de feuilles se heurtèrent entre elles dans un petit bruit discret. Les lumières des demeures à proximité s’allumèrent un peu plus, préparant le réveil des habitants encore un peu endormis. Ceux qui avaient osé sortir le nez dans les extérieurs adressèrent une brève salutation polie à la Mizukage, avant d’entamer leur labeur.

Le fleuriste passa devant nos deux personnages, fleurs à la tige flexueuse entre les bras. Meï aussi, ne tarderait pas à reprendre du service, et ce ne serait pas une partie de folâtrerie que de travailler à l’intérieur d’une même salle durant des heures.

Maki n’avait pas l’air de vouloir abandonner son désir, argumentant du mieux que possible pour prouver à sa cheffe qu’elle était une de ses grandes motivations. Cela était vraiment flatteur de sa part, et Meï, dans sa sensibilité, ne put que s’en émouvoir. Ce n’était pas du tout un faix que de gérer tout un village, mais un réel honneur. Voir ses Shinobi se donner du mal pour accomplir leur nindo, et être au cœur de leur objectif avait de quoi réellement lui faire des louanges. Elle était fière de Maki, tout comme elle l’était pour ses autres compagnons. Tout ce qu’elle pouvait faire pour le remercier de sa confiance,  de sa spontanéité, et de sa volonté de fer  était de l’encourager jusqu’au bout et de lui faire confiance à son tour. Il venait de lui avouer une chose plus que sympathique, en choisissant les meilleurs mots capables de lui montrer avec puissance ce qu’il ressentait. Cependant, la Mizukage n’avait pas été seule face à ce combat contre l’ancien régime. On ne peut vaincre un horrible passé tout seul, puisqu’il fallait savoir se faire aider, et accepter les autres.

« J’en suis flattée. Mais n’oublie pas que je n’ai pas fait cela toute seule ;  nos anciens et défunts camarades nous ont permis d’en être là aujourd’hui. Nous sommes déjà des piliers du village, et cela, rien qu’en accomplissant notre devoir. » dit-elle avec sourire.

On pouvait penser que seule la haute hiérarchie agissait et mettait en place les décisions, mais en réalité, ce sommet hiérarchique n’était rien sans la base qui la construisait. Tout le monde avait un rôle à jouer, qu’il soit réputé aux yeux des autres ou non. Quoi qu’il en soit, la requête du Maki n’avait rien de stupide. Pourquoi baissait-il le regard ? Qui ne tente rien n’a rien. Il n’avait rien eu  à perdre en lui déposant sa candidature, et bien au contraire, elle n’oublierait jamais de le recommander s’il venait à être la personne idéale pour un poste à l’administration.

A Kiri, il fallait montrer de l’audace pour pouvoir s’affirmer. La trentenaire se souvenait encore de son ami Ao. Un homme audacieux, qui n’hésitait jamais à livrer ses pensées à voix haute. Il l’énervait un peu trop souvent derrière ses mauvais sous-entendus, mais ce même courage l’avait mené à avoir eu l’honneur de protéger le chef de son village. Il l’avait accompagnée lors du grand conseil des cinq kage, et il était mort en héros.  Meï lâcha le Jônin du regard, observant les jeunes pensées et violas qui poussaient près des fontaines. Ces fleurs hivernales lui rappelaient mystérieusement cet homme au Byakugan. Sa présence lui manquait, mais elle faisait de son possible pour ne pas le montrer. Il n’aurait sûrement jamais voulu qu’elle soit triste à cause de lui, et comme toujours, il aurait lâché une réplique sur les jeunes de nos jours.

« Relève la tête. Continue d’accomplir des missions, gagne en reconnaissance si tu le souhaites, et tu atteindras certainement ton but. Les choses doivent être plus simples maintenant, et je compte poursuivre tous nos efforts pour qu’on puisse définitivement tourner la page sur le passé. »

Meï entendait les paroles pleines d’espoir de chaque civil, ressentait la détermination de tous, et devinait le rêve de chacun.  Continuant de caresser le doux marbre du banc, elle finit par se tourner de nouveau vers les yeux turquoise de l’homme qui se tenait face à elle. Elle connaissait plus ou moins son passé, ayant épluché tous les dossiers qui lui passaient par la main. A vrai dire, en tant que dirigeante, elle était obligée d’en savoir un minimum sur son peuple. Lui aussi, avait beaucoup souffert, et la source de sa vocation soudaine devait provenir de là. Il ne devait pas abandonner ses envies, mais devait tout de même prendre un certain recul.

« En tout cas,  ne monopolise  pas ta haine sur le Yondaime Mizukage. Il n’y était pour rien. »


© Lilany

_________________





Les femmes ne sont pas toujours douces.

avatar
Terumi Meï
水 Administratrice 水

水 Administratrice 水


Messages : 210
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 22
Localisation IRP : Mizu no Kuni.
Présence /7 : 4/10 en ce moment
Nbre Rps acceptés : 0

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 985
Affaires obtenues:
Expérience:
270/6500  (270/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mer 9 Juil - 19:47

Are you kidding me ?






La Mizukage, cette femme était capable d'encourager des gens en leur parlant, elle ne les démoralisait pas, au contraire, elle croyait en eux et elle savait que ce qu'ils pourront atteindre un jour leurs objectifs. C'était de là que l'on reconnaissait un véritable dirigeant et Meï Terumi en était une, c'était une vraie dirigeante, une vraie cheffe, quelqu'un sur qui on pouvait compter en cas de doute, comme aujourd'hui.

Elle comprit, ou se souvenu qu'Itsuki avait vécu la brume sanglante et elle appuyait sur un point assez sensible pour le Juunin. Elle lui avait dit de ne pas focaliser sa haine sur le Yondaime Mizukage, qu'il n'y était pour rien. Le jeune homme ne comprenait pas, depuis le début, depuis qu'il était petit, jusqu'à encore maintenant, il se serait trompé. Il avait passé une partie de sa vie à haïr quelqu'un pour « rien ».

Vivre pour une cause qui était fausse, c'était quelque chose d'horrible, penser quelque chose et vouloir la mort de quelqu'un alors qui n'y serait pour rien, mais le pire, c'était les gens qui étaient morts pendant cette période et mort dans un mensonge. Itsuki n'arrivait pas à penser ce qu'il venait d'entendre, mais quel intérêt aurait la Mizukage à mentir ? Surement aucun, l'adonis devait se résigner et écouter la Mizukage.

« Vou… Vous voulez dire qu’il ne voulait pas ce qui s’était passée, que ce n’était pas de sa faute ? »

Le jeune homme se leva et regarda la jeune femme.

« Ce n'est pas possible, Mizukage-sama, vous voulez dire que des gens sont morts et que ce n'était pas de la faute du Yondaime ? Vous voulez dire qu'ils sont morts en haïssant quelqu'un qui n'était pas à l'origine du génocide ? Vous voulez dire que j'ai passé une partie de ma vie à haïr quelqu'un en faisant fausse route ?! Vous voulez dire que si mon clan est mort, ce n'est pas de la faute à Yagura ! Comment pourrais-je le croire ? »

C’était une première pour le jeune homme, s’énervait contre celle qu’il admirait, néanmoins, ce n’était pas parce qu’il l’admirait qu’il n’avait pas le droit de réagir. Pour lui, c’était comme si on lui avait mentis depuis son enfance.

Code by AMIANTE

avatar
Itsuki Maki
水 Rang B 水

水 Rang B 水


Messages : 258
Date d'inscription : 06/03/2014
Localisation IRP : Pays du thé
Présence /7 : /7 (Vacances uniquement)
Nbre Rps acceptés : 2 (+2 HRP)

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 990
Affaires obtenues:
Expérience:
345/3200  (345/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Sam 12 Juil - 21:20






Présente sans le vouloir ~




La noiraude de la foudre était mal a l'aise, elle c'était endormie non loin de la fontaine et elle entendait une conversation qui ne lui était pas du tout destiné. Elle avait mit un moment a retrouver l'origine des voix qu'elle connaissait pourtant. Quand elle reconnue la première, celle de la Mizukage, elle avait été tout simplement incapable d'éviter d'écouter. Si elle fuyait maintenant, ils allaient se rendre compte qu'elle avait écouter, hors elle s'avait parfaitement que c'était tout sauf agréable d’être épié. J'ai pas fait exprès je suis désolé... J'étais la avant vous a la base...
Au départ, elle voulait juste attendre que la fin de la discussion. Mais quand Itsuki Maki, Juunin également de son pays commença a monter le ton, elle osa regarder de l'autre côté de la fontaine pour les observer. Elle n'avait jamais eu l’occasion de discuter avec ni l'un ni l'autre. Préférant éviter les trop hauts gradés afin d'éviter de se ridiculiser. Mais elle admirait la Mizukage, elle avait réussi a supprimer le règne de terreur du Yondaime Mizukage et c'était justement sur ce sujet que le juunin était en colére brusquement. Il est vrai qu'ils avaient tous souffert de la période de la brume sanglante, mais elle venait d'apprendre a ses dépends que le clan du juunin avait été exterminé par le prédécesseur de Mei Terumi. Elle grimaça, elle avait souffert aussi, mais beaucoup que d'autres elle en était consciente, mais rien de justifiait la colére qu'il exprimait contre la mauvaise personne.

Suivant son instinct plus que sa raison. Elle sauta au dessus de la fontaine pour sa placer devant celle qui avait réaliser son rêve et celui qui était sur ces traces avec un rang pour élever que le sien. Brusquement, alors que tous les deux observaient la Chuunin aux yeux rouges, elle se mit a rougir et perdit toute la motivation qu'elle avait de l'autre côté de la fontaine. Puis alors que son chakra électrique se manifesta un peu contre gré...

Euh... Bonjour, Mizukage Sama, Itsuki sama...


Elle déglutit, son teint blanchâtre avait une couleur de tomate et ses cheveux de nuit... étaient dresser sur sa tête par l’électricité statique. Elle grogna et plaqua ses mains pour limité les dégâts. Rien a faire, dés qu'elle était mal a l'aise, elle se mettait a faire n'importe quoi, se tournant en ridicule. Mais elle ne se sauva point, bien décidé a montrer son caractère pour une fois.

J'ai malheureusement contre mon gré, entendu une grande partie de votre discussion, hors je comptais l'ignorer pour faire preuve de courtoisie, mais je ne peux tout simplement pas vous laissez votre colère frapper injustement la Mizukage, Itsuki Sama. Je ne peux comprendre votre douleur, car jamais je ne ressentirais une peine aussi grande que la votre. Mais pendant cette période où je suis née, j'ai eu au moins aussi peur que vous si vous avez ressentit un tel sentiment, et tout aussi en colère face a l'injustice que je pouvais observer de mes yeux d'enfant.


Jamais la noiraude avait autant parler, on aurait dit qu'une fois lancé, plus rien ne pouvait l’arrêter. Née pendant cette période sombre, elle sentait qu'il était acceptable qu'elle donne son point de vue parce qu'elle l'avait vécue. Elle était incapable de dire comment ils allaient réagir, mais sur le coup peu lui en importait. Elle voulait s'exprimer, et elle s'en donnait pour une fois le droit.

Pendant la dernière guerre, la rumeur, en grande partie a mes yeux, prouvée que le Yondaime Mizukage avait été contrôlé par un ninja très puissant a été expliquer. Il est difficile de pardonner a celui qu'on pensait être le responsable, mais si cette rumeur est réellement vrai. Notre colère ne doit pas pour autant être supprimer, face aux douleurs que nous avons tous vécu, mais elle doit être correctement diriger contre le véritable coupable, et non contre sa marionnette...  


Son discourt enfin fini, elle se rendit compte qu'elle n'avait peut être pas été très polie de s'incruster ainsi dans la discussion, gênée, elle baissa les yeux pour observer ses pieds et marmonna quelques mots pour terminé.

Je suis désolée si je n'ai pas respecter ma place. Mais je n'ai tout simplement pas pu m'en empêcher...


Encore une chose qu'elle devait ajouter a sa liste des choses a changer, respecter sa place et ses aînés...

© Lilany - Pour Deamon

avatar
Deamon Shiina
水 Rang C 水

水 Rang C 水


Messages : 33
Date d'inscription : 21/06/2014
Age : 22
Localisation IRP : Sur un toit en train de faire la sieste ~

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 645
Affaires obtenues:
Expérience:
0/1900  (0/1900)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mar 15 Juil - 10:19

La vérité éclate.


« Although many craved a future of peace and prosperity for Kirigakure in silence, I can hear what you say and I keep your words in my heart. »



Meï & Itsuki & Shiina




Faire acte du changement étaient les mots que la grande dame à la chevelure de sapin avait un jour prononcé devant son ami Ao. Elle se souvenait encore des traits aigris du visage de ce brave homme, qui avait tant risqué sa vie pour elle. Il avait tout fait pour se conformer au nouveau régime, et il avait lui-même avoué que seule la paix avait sa place dans ce monde. Mais il était formellement amusant de se rappeler qu’il conservait toutefois certaines vieilles coutumes en tête, comme la dureté de l’éducation des jeunes Shinobi. Oh oui, ce n’était pas ses gouailleries qui manquaient lorsqu’il était en présence de Chôjuro, mais il avait été un homme bon et honnête. Il n’était pas le seul à avoir été confronté à quelques soucis d’adaptation, mais au final, seul le vrai résultat comptait. Seulement, l’arrivée au pouvoir du Godaime Mizukage avait provoqué un étrange effet chez la population.

La majorité avait pris leur nouveau gouvernant pour une illumination, mais avait totalement rejeté son prédécesseur.  A première vue, cette constatation paraissait logique, puisque Yagura avait mené son peuple à l’horreur absolu et à un quotidien sanglant. Cependant, les gens avaient tendance à rapidement se trouver un bouc émissaire, sans vraiment creuser la vérité. Il faut dire que cette même vérité avait longtemps été enfouie entre les mains des hautes instances, et il avait fallu que Meï enfile son écharpe audacieuse pour révéler les faits aux autres Kage. Kirigakure commençait également peu à peu à y voir clair, au fil du temps.

Au nom de cette paix, et de cette cohésion internationale, certains secrets méritaient d’être dévoilés. Ainsi, il n’y aurait plus rien de fallacieux, plus rien d’opportun au moindre doute. Itsuki Maki n’avait peut-être pas encore eu vent de ce qui était arrivé au Yondaime, alors aujourd’hui était sûrement le bon moment pour le lui corroborer.  Au fond, la jeune femme s’en voulait un peu que cet homme ait bien tissé cette haine d’origine familiale, et elle comptait faire en sorte qu’il puisse tourner la page. Bien évidemment, elle ne réagit pas de manière récriminatrice lorsqu’il ne manqua pas de déblatérer sur  Yagura, mais elle se contenta d’afficher furtivement un soupçon de tristesse, dans son regard et son sourire. Ce n’était pas des informations facilement digérables, et il lui faudrait un certain temps pour s’y adapter, mais l’auburn avait confiance en lui. Elle était loin de fabuler, lorsqu’elle disait que Maki avait du potentiel. Mais comme tout homme, il avait le droit  de se plonger lui-même dans un état de déréliction total, où il pourrait prendre du recul.

Meï comprenait sa colère et sa frustration, et elle pouvait presque ressentir son désarroi. Pendant de longues années, on avait de cesse dû vivre dans un stress incessant, dans la peur, et dans une méfiance omniprésente.  Elle avait lu le rapport qui concernait les parents du descendant des Maki, et il était vrai que leur passé n’avait pas du tout été garni de roses ou de tulipes. En fait, c’était plutôt une vie emplie d’épines et de ronces. La Mizukage comptait lui répondre de manière subtile, pour le calmer un tout petit peu, mais le destin en décida autrement. Parfaitement dissimulée jusque-là, l’arrivée inopinée et subreptice d’une Kunoïchi suscita un certaine surprise chez la trentenaire.

La nouvelle venue était une jeune fille, aux cheveux sombres mais encrés d’une bonne touche de bleu marine. Ses pupilles rouges avaient toujours intrigué certaines personnes, qui pensaient qu’elle possédait un Dôjutsu. Néanmoins, il n’en était rien, et on pouvait simplement supposer que c’était un trait albinos de naissance. Naturellement dotée d’une timidité inextinguible, et d’un calme admirable, elle n’était vraiment pas le genre d’individu à entamer la conversation facilement.

En général, c’étaient les autres qui devaient l’aborder. Or, elle avait aujourd’hui changé la donne des choses puisqu’il semblait que la conversation n’avait pas échappé à ses oreilles et qu’elle s’était sentie concernée. Ce n’était pas si stupéfiant, alors la Mizukage la laissa s’exprimer. Elle acquiesçait à presque toutes ses paroles, heureuse qu’une jeune fille comme elle puisse faire preuve d’une belle ouverture d’esprit. Elle avait quasiment tout compris, et on ne pouvait qu’appuyer ses arguments. Au fur et à mesure de ses paroles, on put remarquer que les traces de rougeur avaient disparu du visage de Deamon Shiina. Son tempérament un peu réservé ne lui permettait pas de pouvoir s’adresser aux haut-gradés avec un excédent de confiance, mais Meï trouvait cela tout simplement adorable. Elle appréciait cette Chûnin qui venait régulièrement lui demander des missions, et qui les accomplissait proprement.

Quoi qu’il en soit, elle faisait preuve d’une grande maturité en osant déclarer qu’on ne pouvait pas sceller à tout jamais ce sentiment de colère, mais qu’on devait mieux la contrôler vers le véritable ennemi. D’un côté, elle n’avait pas tort. Il était impossible de refouler un passé douloureux, donc on ne pouvait pas se séparer de ce sentiment. De l’autre côté, elle connaissait une information que Maki ignorait. La rumeur avait pourtant un caractère bien véridique.

Toujours assise sur le banc, les mains de l’auburn se baladaient toujours sur la surface froide du marbre de l’accoudoir du banc. Elle sourit à Shiina, lorsque celle-ci baissa la tête en signe de culpabilité. Elle, qui n’était pas ordinairement loquace, venait pourtant de marquer de nombreux points dans son petit discours. Comment lui en vouloir ?

« Ne t’en fais pas, tu as raison. Maki, tout ce qu’elle dit est vrai, dit-elle en se tournant vers lui. La rumeur a été confirmée depuis quelques années, mais on a dû garder l’information secrète en regard des autres villages. A l’époque, nous n’entretenions aucune relation diplomatique avec eux, donc il était naturel de garder ce fait passé dans la plus grande confidence. Mais oui, Yagura a été manipulé par Akatsuki :  le Sharingan d’Uchiha Obito l’a plongé dans un genjutsu. Il n’a plus été le même depuis, et c’est à partir de là que tous les rituels barbares ont été mis en place. »

Triste vérité que de le savoir seulement maintenant, mais mieux vaut tard que jamais, comme le disait un certain dicton.

Levant un peu la tête, elle fut satisfaite de voir que le ciel se dégageait un peu plus. On pouvait supposer que le soleil viendrait peut-être leur dire bonjour dans la journée, et que le reste de la brume s’évanouirait pour le reste de celle-ci.  Le paysage avait perdu de sa légère obscurité, et on était vraiment face à la splendeur matinale. Sans qu’elle ne s’en rende compte, les échos des conversations se faisaient de plus en plus entendre, mais ce n’était pas désagréable comme bruit de fond. Cela symbolisait une certaine présence de vie dans ce village caché si fantastique.

« Je suis désolée que tu entendes toute la vérité, aujourd’hui. Je peux même comprendre que tu te sentes trahi par ce secret. »


© Lilany

_________________





Les femmes ne sont pas toujours douces.

avatar
Terumi Meï
水 Administratrice 水

水 Administratrice 水


Messages : 210
Date d'inscription : 11/04/2014
Age : 22
Localisation IRP : Mizu no Kuni.
Présence /7 : 4/10 en ce moment
Nbre Rps acceptés : 0

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 985
Affaires obtenues:
Expérience:
270/6500  (270/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Mar 15 Juil - 17:57

The Hatred....







J'ai malheureusement contre mon gré, entendu une grande partie de votre discussion, hors je comptais l'ignorer pour faire preuve de courtoisie, mais je ne peux tout simplement pas vous laissez votre colère frapper injustement la Mizukage, Itsuki Sama. Je ne peux comprendre votre douleur, car jamais je ne ressentirais une peine aussi grande que la votre. Mais pendant cette période où je suis née, j'ai eu au moins aussi peur que vous si vous avez ressentit un tel sentiment, et tout aussi en colère face a l'injustice que je pouvais observer de mes yeux d'enfant.

La colère éprouvait par le jeune homme n'était pas justifié et face à ces deux jeunes femmes le Juunin le comprit. Shiina était une Chûnin qui dégageait une aura de bienfaisance dans ses paroles, néanmoins, de simples paroles ne pourront jamais ou presque combler le vide présent dans le coeur d'Itsuki. Ce vide était tout simplement la famille, il n'avait connu sa famille que jusque l'âge de 10 ans et encore il savait ce qu'il risquait.

Néanmoins, la colère n'était pas jetée sur la Mizukage ou indirectement. Shiina avait tous simplement eut raison d'intervenir, l'adonis n'avait pas à se comporter comme ça devant la personne qu'il respectait le plus : la Mizukage. De plus, elle n'avait pas à subir la colère du jeune homme.

"Ne t'excuse pas Shiina, tu as bien fait d'intervenir, je n'aurais pas dû m'adresser comme je l'ai fait à la Mizukage."

Mais, la Terumi souleva un point qui surprit le jeune homme : le Yondaime avait été contrôlé, mais le pire c'était par Uchiha Obito, l'homme qui avait déclenché la Yondaime Sensou. Mais, celui-ci étant mort, le jeune homme n'avait plus aucune raison d'avoir un quelconque désir de vengeance, se tournant vers la Mizukage, il lui présentait ses excuses.

"Mizukage-sama, je suis profondément désolé pour ma conduite, je n'aurais pas dû m'exprimer comme ça, surtout sur vous. Vous qui m'avez dis la vérité, je n'ai fait que la réfuté.

La brume sanglante laissera surement des dégâts psychologique pour les victimes de cette atrocitée, mais ce n'était pas faire signe de maturité de rester sur ça. Si le jeune homme voulait atteindre ses objectifs il n'avait que d'autre choix de tirer un trait sur cette histoire. . Mais, le pire pour le béjaune c'était le sentiment de sa famille, eux étaient morts sans savoir la vérité sur le massacre, ils sont morts dans l'ignorance et c'était la chose la plus horrible qu'en il y repensé.

Scrutant les deux jeunes femmes, l'adonis comprit qu'il n'était pas seul, que derrière le village, il y avait d'autres personnes qui avaient souffert, des civils qui comptaient sur les ninjas pour les protéger et vu le résultat... Levant les yeux au ciel, il comprit ce qui était réellement important maintenant, préserver les générations futures à l'horreur de la guerre, mais ne pas faire comme-ci rien ne s'était passé.

Le devoir de mémoire était la chose essentielle pour ne pas oublier toutes les erreurs commises par le passé et donc éviter de les commettre encore une fois, pourtant les trois précédentes guerres étaient toujours présentes et rien n'avait pas empêché une quatrième guerre. Les Cinq nations avaient peut-être fait une erreur en refusant de donner les deux Jinchûriki restant à l'ennemi, mais il vaut mieux se battre pour ses convictions et vivre la réalité plutôt que d'être soumis à l'ennemi et vivre à travers un rêve illusoire.

Mais, la paix n'était-elle pas illusoire ? Va-t-elle durer dans le temps ? Personne ne peut l'affirmer avec certitude, tout ce que nous pûmes dire c'était que pour le moment nous étions en paix, mais pour combien de temps ? Tant de questions et si peu de réponse, le Juunin supposait qu'avec le temps, les réponses s'éclaircissaient.
Code by AMIANTE

avatar
Itsuki Maki
水 Rang B 水

水 Rang B 水


Messages : 258
Date d'inscription : 06/03/2014
Localisation IRP : Pays du thé
Présence /7 : /7 (Vacances uniquement)
Nbre Rps acceptés : 2 (+2 HRP)

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 990
Affaires obtenues:
Expérience:
345/3200  (345/3200)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki Jeu 24 Juil - 19:58






Les jeunes peuvent aussi apprendre aux plus anciens ~



La noiraude électrique poussa un petit soupir de soulagement quand elle remarqua que ces ainés ne lui en voulaient pas pour son intervention impolie. Pourtant elle était la première a détester ca. Il n'y avait rien de plus agaçant que quelqu'un s'invitant dans une conversation, surtout que celle ci portait sur un sujet aussi délicat. Mais la Mizukage avait sourie a son intervention, donnant une once de courage sur le moment a la demoiselle aux yeux rouges.

Celle ci avait confirmer la rumeur courant sur le Yondaime. La surprise ne modifia même pas les traits de la Chuunin, tellement qu'elle s'en doutait de son caractère véridique. Elle donna même le nom du responsable, qui arracha un soupir d'agacement cette fois. Obito Uchiwa. L'homme contre qui ils ont été en guerre, et qui était mort, suite au jugement qu'il avait subit. Ainsi ils avaient été vengés d'une certaine manière. Mais elle n'en ressentait aucune satisfaction, comme si être mort n'avait pas été une peine assez lourde pour les crimes qu'il avait commit.

Si Obito Uchiwa était le responsable, alors techniquement nous avons obtenu réparation... D'une certaine manière...


Elle avait fini dans un murmure, on pouvait voir facilement qu'elle n'était pas du tout convaincu. Comment lui en vouloir? Elle aurait largement préférer le voir croupir en prison pour les années qu'il devait encore vivre techniquement, afin de subir la colére des personnes dont il avait modifier la vie par son Sharingan. Mais bon, il était mort maintenant, ils pouvaient discuter de ca en long en large et en travers, les personnes tel que Itsuki n'avait plus de moyen de calmer la colère qui les animaient. Ils devaient apprendre a en faire une force pour protéger ceux qui restait. Shiina n'arrivait pas a imaginer a quel point ca devait d'être difficile. Faire comme si tout allait bien alors qu'on traînait des douleurs qui pouvaient nous détruire.

Tous maintenant, ils devaient repartir de l'avant, sans oublier le passé mais sans y être attacher, tel un boulet qui nous empêchait d'avancer.

Maintenant que la situation semblait légèrement plus agréable, si elle pouvait l'air malgré des nouvelles aussi peu joyeuse, la noiraude ressentait un peu de fierté légitime. Elle avait réussi a éviter une situation épineuse, elle qui parlait peu, c'était un miracle. Elle fit par donner un fin sourire a ces aînés. C'est officiel, si il pleuvait pour le reste de la journée, c'était entièrement de sa faute. De nouveau mal a l'aise, elle fini par se faire craquer les doigts, tic qu'elle avait presque en permanence quand elle était nerveuse. Finalement elle craqua et rougit de nouveau en bafouillant encore quelques mots

Un jour moi aussi je protégerais le village, comme vous. Pas de façon maladroite comme pendant la guerre...


C'était toujours dur d'être devant des personnes qu'on admirait, on avait toujours peur de faire tache dans le tableau.


© Lilany - Pour Deamon


HRP:
 

avatar
Deamon Shiina
水 Rang C 水

水 Rang C 水


Messages : 33
Date d'inscription : 21/06/2014
Age : 22
Localisation IRP : Sur un toit en train de faire la sieste ~

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 645
Affaires obtenues:
Expérience:
0/1900  (0/1900)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki



Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas

Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Glace contre Lave | Meï Terumi & Itsuki Maki
» Itsuki Maki l Le phénix de glace[ réecriture ]
» meilleur pokemon contre type glace
» Chaussons de danse contre patins à glace ? [ Ana / Shelby ]
» Tactique gobelins contre nains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Sato :: Grande place-