AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Pachment's Thief. • mission de rang S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:52

Partie 1: Formation & Départ.
ft. Solo.


« Kirijin, je vous ai sélectionné pour une mission de la plus haute importance. Le seigneur féodal du pays de la neige s'est arrangé pour mettre la main sur un parchemin dont le contenu serait un regroupement d'Hijutsu de la nation. Ce parchemin perdure depuis des générations, il y a les secrets militaires et des informations importantes sur les techniques de clan, au final, nous devons le récupérer. Cependant, il n'y a nuls besoins d'engager les hostilités... Sauf si cela est nécessaire. Considérez cela comme une mission d'infiltration. »

Cette mission avait un but si important que je serai prêt à tout pour l'exécuter. Cet ordre de mission m'a été confié parce qu'on m'a jugé apte à la réaliser. Je n'étais pas prêt de les décevoir, depuis la Quatrième Grande Guerre je n'avais pas eu l'occasion de m'affirmer en tant que héros de la nation. Je ferai ce qu'il faut afin de préserver la reconstruction de mon village natal. Il est de mon devoir d'aider mon amie dans le soutient d'un projet que l'on a tous en commun au sein du village...

Revoir la lumière qui traverse le myste de notre nation, pouvoir sourire et être vraiment fier des jeunes générations puissent-elles assurer le futur des prochains jeunes shinobi. Il était de notre devoir de s'assurer que personne ne puisse nuire à notre village.  C'est aux portes du village que nous nous trouvions, j'avais pris les devants alors que les quatre de mon unité demeuraient présents et prêts à l'action. Nos secrets envolés... Pris par des nécessiteux.

Voilà qui faisait longuement réfléchir sur leurs intentions. Mais ils ne garderont pas ce soir assez longtemps, ils ne jouiront pas longtemps de cette action parce que nous allions récupérer ce qui nous revenait de droit ! Mon regard bleuâtre qui soulignait une certaine sévérité, s'orienta vers le village. C'était un réflexe habituel avant de partir en mission, car peu importe le niveau d'un shinobi, il y avait toujours un risque pour que l'on ne revienne pas indemne.

Mais je restais confiant, je connaissais mes limites et mon seuil de tolérance était loin d'être celui d'un novice. Je me suis entraîné pendant plus de vingt années, j'ai renouvelé des exploits que certains ne pure exercer. J'ai affronté de nombreuses difficultés sans jamais toutes les surmonter, mais j'ai toujours refusé de poser le genou sur le sol. Pour le temps qu'il me faudra afin de réaliser la mission, je ferai en sorte de me motiver ainsi que mes troupes, l'échec n'était pas une option quand je me chargeais des missions.

Alors que mes yeux se fermèrent lentement, j'ai profité une dernière fois de la brise du pays. Cette dernière s'engouffra dans mes narines, l'inspiration était vigoureuse et je gardais cette même "vie" lors de l'expiration. Mon écharpe était correctement ajustée autour de mon cou afin de garder cette partie du corps au chaud. Mon haori était encore ouvert et laissé mon kimono ébène visible. Je fermerai cela sur le chemin, lorsque nous ferons une halte pour camper.

« Nous allons procéder à la formation de l'équipe afin de voyager en toute sécurité. Le plus important est de déterminer qui prendra l'avant-poste.  Kõga, tes capacités sensorielles nous permettrons de désceller les pièges qui peuvent éventuellement nous être tendus, mais aussi localiser les potentiels ennemis. »

Il fallait que je reprenne mon souffle, la formation ne devait laisser aucune faiblesse et je devais alors faire preuve d'un esprit des plus stratégique.

« Je serai le second juste derrière Kõga, je pourrais ainsi donner des ordres rapidement en fonction de l'évolution de la situation. Et ceux derrière moi pourront suivre mes instructions en analysant les signes de ma main. Vient ensuite Yin, tu es vive, rapide... Tu es le centre idéal pour prêter main forte à l'arrière. Tu es donc notre kit de survie n°1 car le n°2 sera Jũho: ta force physique est un atout précieux au sein de la formation. Quant à notre dernier senseur, Ran étant donné que tu as des capacités non offensives mais médicales, tu prendras la queue de la formation. Tu boucleras notre sécurité, protègera nos arrières en nous prévenant et tu te hâteras quand l'un de nous sera blessé à l'avant. Nous garderons tous un mètre de distance entre chaque afin de procéder à une dispersion si besoin est. Vous avez compris ? On y va. »  

C'est alors que d'un saut groupé, nous nous éloignions du village pour rejoindre le dernier lieu où cet homme fut localisé grâce à notre unité de traque. Nous traversions la forêt brumeuse, petite fierté de la nation qui malheureusement a servi pour de nombreuses batailles entre nukenin ou bandits. Nous étions sortis de la forêt sans trop de problèmes alors la vallée qui s'étend jusqu'aux plaines. Nous allions continuer notre route, sans problèmes je l'espère.


Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:52

Partie 2: Première Nuit.
ft. Solo.


Le voyage avait duré déjà un bon moment. Nous ne perdions pas la notion du temps et à aucun moment nous avions perdu de vu notre objectif. J'avais sélectionné ceux que je jugeais les meilleurs et même pour une mission d'infiltration, nous devions prendre du recul et garantir notre sécurité. D'où la présence d'experts du combat. Mais nous étions tous reliés par une spécificité commune... La discrétion.

Il n'y avait aucunes raisons de s'en faire quant à l'expérience et les exploits que pouvaient exaucés mes subalternes. Ce n'était pas la première fois de toute façon que je les emmenais avec moi en mission. Le fait est que nous allions simplement devoir nous abstenir d'utiliser des techniques de masse. J'allais de toute façon faire un briefing ce soir afin de déposer quelques informations. Je n'ai pas pu tout dire lors du départ étant donné que nous devions prendre la route. Et nos esprits stratégiques ne pouvaient se permettre d'avoir la moindre faille, nous avions rester concentrer et respecter les rôles que j'avais distribuer.

C'était là que mon esprit d'analyse commençait à se faire exploiter. Parvenant à résoudre les problématiques qui s'imposaient à moi, le début du voyage s'avéra simple et sans prises de tête. J'aurai au moin cru que nous fassions face à un brin de résistance venant du destin. Mais il semblerait que l'interprétation des faits était en sois un exercice si habituel pour mon équipe, que nous nous étions épargnés les premières difficultés. Au final, nous avions trouvé refuge dans un lieu assez discret et reculé.

Nous dormirons à l'abri de la neige car nous nous trouvions aux frontières du Pays de la Neige. Le chemin allait encore être long demain et c'est sans compter le fait que nous allions devoir emprunter un chemin assez risqué. Mais en vue des intempéries, les autres zones étaient trop dangereuses et nous ne pouvions pas nous risquer. Je ne veux pas que les effectifs diminuent avant même que la mission ne soit commencée. Les chemins que nous avions traversé précédemment en revanche, difficile de les oublier. Je me devais de surveiller chaque endroit de la formation tout en respectant le rôle que je m'étais approprié.

La transition de paysage entre les différents pays... Je l'avoue, il m'était parfois impossible de résister à l’attrait des montagnes, et à la fin de chaque plaine je me serai éclipsé dans les bois qui cachaient de hauts bambous aux troncs satinés. L'immensité de la forêt serait baignée d'une lumière verte et oblique. En sortant de celle-ci je m’éclipsais dans le bois des hauts bambous aux troncs satinés, baigné d’une lumière verte et oblique.

M’enfonçant dans la forêt de bambous afin de guetter cerfs et renards et d’entendre au dessus de ma tête le cri mélancolique des milans. Le retour à la réalité fut plus facile que je ne le pensais. Le feu que nous avions réussi à faire naitre grâce à une technique Katon de classe inférieure allait nous permettre de nous réchauffer au milieu  de cet environnement froid et certainement hostile. Tous regroupés avec nos vivres respectives autour des flammes, je me suis levé en annonçant d'un ton cérémonieux:

« Bien, notre formation semble toutes les deux heures ce sera le tour de Kõga, Ran, Yin et Jûho. »

Reprenant doucement mon souffle,  j'ai plongé ma main dans mon haori pour saisir une carte dans la poche intérieure. La sortant, je l'ai déplié aux yeux de mes frères d'armes. Cette carte représentait l'architecture et la fonction détaillée de chaque bâtiment du village "capital" du pays de la neige. J'ai pu me la procurer lors de ma mission d'ordre politique et économique il y a quelques temps aux côtés de l'ambassadrice Temari. L'exposant aux yeux de tous, j'ai repris la parole d'un ton assez serein:


« J'aimerai que nous soyons d'accord avant tout, tant que je n'ai pas autorisé l'utilisation de la force, je vous interdis d'en faire l'usage. Bien alors je vais vous donner des informations supplémentaires et le rôle que vous aurez une fois au village. Kõga, je te chargerai de localiser la signature de chakra sur le parchemin, normalement cette signature est originaire de notre Pays, cela sera simple à ressentir. Une fois localisé, Yin & moi nous nous chargerons d'aller récupérer le parchemin. Il faudra plonger le village dans la brume complète, en vous servant de l'humidité de la neige. Votre Kombi Jutsu : Kiri Gakure no Jutsu sera maintenu par Jûho & Ran. Tenez assez longtemps pour nous rendre discret, et que nous puissions prendre le parchemin et revenir. Une fois le parchemin récupéré, nous nous disperserons et je vous donnerai deux heures pour revenir ici-même. Bien... Reposez-vous. »

Après quoi, je repliais la carte soigneusement pour la ranger à nouveau dans mon grand kimono. Nous étions bien placés dans cette entrée de grotte, s'enfoncer plus loin était risqué car nous ne savions pas ce qu'il y avait à l'intérieur. Autant ne pas s'y risquer et garder un œil aussi sur les mouvements en pleine nature.

Tout était décidément plus sauvage en ces lieux, la nature elle-même semblait hostile. Cette impression émanait de cette tempête de neige qui s'abattait de plus en plus nous confirmant que nous allions entrer dans les terres enneigées de Yuki. Je me restais à la sortie de la grotte, la main endormie sur le manche d'un de mes sabres. Je percevais tout ce qui m'entourais avec une acuité certaine. La nuit venait tout simplement de tomber, et ma garde de commencer.  


Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:52

Partie 3: Dévotion.
ft. Solo.


Il n'était pas rare de remarquer mon absence dans mes appartements quand la nuit se levait. Allez savoir pourquoi, mais il semblerait que l'obscurité égaillée par la clarté d'une lune si veule, avait le don de remettre de l'ordre dans mon esprit. En mon fort intérieur, certaine nuit me semblait apaisante. C'était l'un des rares moments où je pouvais enfin réfléchir à mes décisions, sur mon avenir en tant que shinobi sans que personne ne puisse m'interrompre.

Dans ces moments je ne me laissais pas emporter par mes réminiscences plus anciennes qui avaient marqué un pan de ma vie. Mes pas m'avaient alors souvent mené jusqu'aux cours d'eaux du jardin de mon manoir. Quand mon regard transperçait l'eau, cela paraissait comme un ravissement. Celui de m'observer alors que dans les fines profondeurs demeuraient certains poissons à l'origine de ces mouvements discrets et élégants. Alors que l'astre nocturne faisait luire par moment leurs écailles, me forçant à fermer les yeux et ainsi me concentrant sur la raison de ma présence en ce lieu.

Mon inertie à la sortie de la grotte était semblable à celle que j'avais dans mes jardins. Depuis la guerre il y avait de quoi se remettre en question... Tout avait été remis en question, l'utilisation même de nos dons. Mais cela m'avait convaincu dans l'idée que nous étions tous unis, nous shinobi. C'est grâce à l'arc de la guerre que je me suis sentis encore plus proche des miens.. Quand mon regard d'hydre s'orienta vers mes équipiers, je réalisais enfin pourquoi je les avais choisi. Il n'était pas seulement question de leur expérience, ni de patriotisme...

Je ne saurai même pas le nommer. Cette guerre s'est vue comme une leçon, autant pour moi que pour ceux que j'ai choisi. Je les connaissais, ils avaient vécu des évènements compliqués tout au long de leur vie et je comprend mieux leur dévotion envers le règne de Meï. Jûho était un homme qui avait été exploité durant le règne de Yagura. Il était père de famille et pourtant Yagura en avait fait une arme en aiguisant ses capacités de shinobi. Il avait oublié la notion de l'affection et était devenu une véritable machine à tuer.

Je ne pouvais m'empêcher de ressentir de la peine à son égard, car la dictature avait banni ce qui faisait de lui un être attachant. Sa dévotion envers le Yondaime était forcée, il devait s'arrêter d'aimer pour servir. Le régime précédent lui avait mis des chaînes autour de ses pieds et de ses mains. Il était devenu une marionnette. Quand Meï est arrivée au pouvoir, ce fut comme une résurection pour lui. Je le revoyais sourire, profiter de sa famille. Il utilisait plus son amour que ses dons... Il ré-apprenait tout simplement à vivre.

Quant à Kõga, je l'assimilai assez à Jûho. Ses capacités sensorielles hors normes faisaient de lui un éclaireur confirmé. Toujours en première ligne, il risquait souvent sa vie afin de désceller les faiblesses des formations ennemies. Il pouvait échouer à tout moment, mais ça, le Yondaime en avait bien rien à faire. Kõga avait le même âge que moi, et avait eu une compagne à l'époque. Elle aussi sensorielle, elle avait été capturée par les forces ennemis. Kõga n'avait pas eu le droit de rester pour la sauver, la réussite de la mission primait avant tout.

Durant les derniers instants de sa belle, il avait ressenti son chakra s'estomper petit à petit jusqu'à ce qu'il ne puisse plus le sentir. Il avait ressenti son agonie, et dieu seul sait la douleur qu'il a dû encaisser durant les années qui ont suivi ce drame. Il a fallu que la démocratie arrive à Kiri pour qu'il porte son attention sur le dessein que visait sa compagne. Instruire, c'est ainsi qu'il s'est initié en tant qu'instructeur à l'académie. Mais le fait qu'il soit présent avec moi aujourd'hui vient du fait qu'il ait décidé de montrer l'exemple aux autres personnes.. Que le soutien entre frères d'armes valait plus que la réussite d'une mission.

J'admirais secrètement Ran, notre kunoichi médicale, pour son mental à toute épreuve. Je ne peux pas non plus en faire une éloge mais elle aurait pu se distinguer du lot. Elle a préféré enlacer la discrétion pour ne pas être dérangée. Mais je savais ce qu'elle avait traversé, et c'est bien pour faire preuve de respect à son égard que je ne lui en parlerai pas. Je refuse d'ouvrir cette faiblesse ouvertement, elle n'avait pas besoin de cela. Ses capacités médicales avaient servi à commettre des atrocités médicales qui relevaient de l'infamie. Je n'aurai jamais cru que l'on puisse forcer une de mes amies à faire cela.

Disséquer les cadavres ennemis était une chose, mais ceux des shinobi de Kiri en était une autre. Les traitres de Kiri, ceux qui s'opposaient au régime dictatorial, gardaient des informations en avalant des parchemins ou autres infimes objets susceptibles de rester leur organisme.

Elle n'avait jamais demandé que d'appliquer les premiers soins mais son Irõ Ninjutsu fut perfectionné pour lui permettre d'exécuter des opérations dans des situations précaires. Son mental en avait pris un coup..Elle reste discrète, mais je sais bien qu'elle se reconstruit au-delà de ce qu'elle montre. Elle cherchait à créer une distance respectable entre ce qu'elle ressent actuellement et ce qu'elle dû faire par le passé.

Si Yin est la plus rapide du groupe, ce n'est pas pour rien. On l'appelait La Messagère, lors du régime précédent. C'est une vie qu'elle préfère oublie ce pourquoi je ne lui en parlerai pas non plus. Elle utilisait sa célérité pour franchir les lignes ennemies avec d'autres personnes de son groupe afin d'affaiblir les autres premières lignes de défense. Elle a risqué sa vie à chaque mission, Yagura avait vraiment fait d'elle une pionne au sens littéral.

Elle faisait l'objet d'une manipulation flagrante mais elle ne pouvait pas trahir son supérieur hiérarchique. Hantée par la peur qui émanait des conséquences qui pouvaient retomber à tout moment sur elle. Chaque fois qu'elle était envoyée en tant que sacrifice aux adversaires afin de les déstabiliser. Je ne l'ai pas prise avec moi pour rien, du moins, lorsque nous serons au village. Je voulais clairement éveiller en elle quelque chose qui lui fera prendre conscience de ce qu'elle représente pour moi et pour Kiri.

Elle avait ouvert les bras tellement de fois à la mort qu'elle avait finit par se lasser des risques... Pour elle c'était banal, et elle attendait désespérément son tour. Au final, c'était la seule du groupe qui était encore fragilisée. J'éprouvais bien entendu de la peine, mais mon devoir de supérieur n'était pas que de lui donner des ordres, mais de veiller à son épanouissement.

Mes yeux ne fatiguaient pas mais eux avaient besoin de repos. Cependant mon tour de garde allait s'achever. Alors j'ai tourné les talons en tournant les talons, mes pas discrets et se dirigèrent vers Kõga. C'était à son tour de monter la garde. Un sourire amical lui fit adressé et je lui ai tendu une main amicale pour l'aider à se relever. C'était à moi de me glisser dans les bras de Morphée.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:53

Partie 4: Périple.
ft. Solo.


Ce champ chromatique était souvent mis en valeur dans les contes, mais aujourd'hui, sous forme de tempête, la neige démentait l'éloge qu'on faisait habituellement d'elle. Cette innocence résidait dans le caractère immaculé et absolu de la lumière blanche. Cette teinte qui évoquait aussi bien la pureté que la spiritualité. Mais cette force qui était présente dans la poussée du vent bannissait toute douceur.

Nichant mon visage dans mon écharpe et la tête baissée, nous longions la montagne de neige, derrière ces monts abruptes à la magnificence éclatante, se trouvant les terres en activité du pays. C'est là-bas que la mission allait avoir lieu. Nos pas étaient ralentis par le vent qui allait contre nous, mais à aucun moment nous devions nous laisser abattre. Ployer sur le chemin n'était pas quelque chose d'envisageable. Notre formation tenait toujours en place malgré cette lenteur.

Le froid nous affectait de plus en plus, mais si nous bougions plus vite, notre corps n'aurait pas à se plaindre de sa condition précaire et inconfortable. Nous avions déjà parlé pendant le sujet mais cette fois nous cherchions un moyen d'avancer plus vite. Il y avait un gouffre juste sur notre côté, une pente  basse remplie de neige. Plus loin, cette pente rejoignait une modeste forêt qui semblait protéger de la tempête. Malheureusement nous ne pouvions nous risquer à emprunter ce chemin.

Nous n'étions pas forcés de toute façon et il y a des risques pour briser la formation, il ne fallait pas se laisser tenter par le raccourci. D'un coup notre sensoriel s'arrêta net, il fit un geste montrant que nous devions tous aussi bien s'arrêter. Je fis suivre le mouvement aux personnes derrières moi. Je me suis approché de lui, ma main reposant sur son épaule. Et c'est quand je l'ai touché qu'il s'affirma en criant.


« Kõga - Des bandits ! Une embuscade ! »

« Dispersion ! »

Aussitôt une flopée de kunaï se plantèrent à nos pieds. Mais nous avions déjà sauté dans les airs, et malheureusement une explosion en chaîne retentit. Les flammes s'élevèrent et firent trembler la montagne. Nous traversions les flammes en pleine chute alors que tous, nous commencions à glisser sur la pente de neige. Concentrant du chakra dans la plante de nos pieds, nous gardions un équilibre alors que la descente rapide fut ponctuée par la descente d'une avalanche.

D'apparence menaçante, cette dernière avait un aspect gargantuesque. Nous devions en aucun cas se laisser happer par cette tombée de neige.. Je serpentais avec précision entre les buttes et les pierres de la descente. Nous allions devoir tourner du côté de la forêt. Ne pas louper l'entrée était quelque chose de primordial sinon c'était le second ravin assuré et sans rien pour poser les pieds. Levant la main, mon signe symbolisa le retour de Kõga en première ligne. Celui-ci effectua un saut spectaculaire et tourna en plein saut.

Ses pieds touchèrent le tronc d'un arbre et d'un coup il entra dans la forêt. Je fis de même de telle sorte à ce que les autres équipiers mîmes notre trajectoire. L'avalanche se laissa lourdement tomber dans le précipice tendit que nous restions spectateurs au loin de la chute de neige qui aurait pu nous tuer. Nous avions reformé bien vite la formation tout en restant un instant sur nos branches respectives. C'était moins une comme je l'aurai dis. Derrière nous, des ricanements hautains et presque grossiers.

C'est alors que nous nous sommes retournés pour voir une bande de brigands.. de seconde zone. Ils avaient l'air si stupides, leur effectif s'élevait à cinq. Un de plus que nous, ils étaient décidement inconscients. Kõga se mit en position mais se relâcha quand il me vit à côté de lui. Il savait que j'allais prendre les devants. Ils voulaient sûrement nos vivres tout comme notre argent mais leur plus grosse erreur fut d'être tombée sur moi et mon équipe. Ma main effleuré le manche de mon sabre alors que deux d'entre eux lancèrent une attaque frontale.. toute aussi vulgaire que leur égo.

Armés de kunaï, leur bras armé respectif ploya alors sous la caresse mortelle du métal de mon sabre. Le coup avait été expéditif, furtif, rapide et dans leur saut, ayant perdu leur bras, ils tombèrent lourdement sur la neige en bas. Le sang jaillit en abondance de la zone découpée. Les autres brigands eurent un mouvement de recul, comme s'ils avaient eu conscience de leur erreur.

Le sang ne paraissait pas sur la lame, le coup avait été si rapide que la substance vermillon n'eut le temps de s'imprégner sur le métal. Ils avaient décidé de rebrousser chemin, et j'ai attendu qu'ils soient hors de notre champ de vision pour demander à Kõga s'ils étaient bel et bien partis.


« Bien, reprenons la route. Nous devons y être avant la tombée de la nuit. »


Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:53

Partie 5: La Mission.
ft. Solo.


Nous y étions enfin arrivés. Le village où demeurait la résidence du seigneur féodal. C'est ici que la mission allait avoir lieu et que notre travail d'équipe à distance allait porter ses fruits. Nous avions profité des conditions météorologique pour fomenter notre stratégie.

Elle  allait devoir payer. L'envie de rendre plus violemment l'offense que nous a fait subir le pays de la neige était bien tentante... Mais il me fallait respecter le souhait de Meï. L'ordre de mission était bien clair et notre venue ne devait être qu'une rumeur... quand bien même, elle devait paraitre aussi discret qu'un flocon de neige qui se pose sur son berceau qu'est la terre.

Nous restions légèrement cachés alors que je devais leur rappeler les instructions, parce que l'échec ne saurait être toléré. Kõga toujours devant moi utilisa la technique de l'oeil de Kagura (Kagura Shingan) afin de localiser la signature de chakra du rouleau.

Nous devions attendre car ils avaient dû tenter de masquer cette source de chakra. Ce pourquoi Kõga utilisa le Kagura Shingan, la technique ultime de traque sensorielle. La tempête faisait encore rage mais cela ne semblait pas faire entrave à notre senseur. Je restais silencieux comme tous les autres d'ailleurs.

Chacun savait ce qu'il fallait faire apparemment. Yin restait stoïque et c'est pour cela que je lui ai demandé de venir à mes côtés. Elle ne devait pas rester dans son coin en attendant son signal. Ma main  tapotait le pommeau de mon sabre jusqu'à ce qu'il finisse par se prononcer.

« Kõga - J'ai trouvé l'objectif. Dans le château du seigneur féodal, troisième étage. La salle de confinement est gardée par deux soldats lambda.»

« Bien, Yin. On y va. Ran, Jûho.. Efforcez-vous de réaliser un Kirigakure combiné sur tout le village. Utilisez l'humidité de la neige pour rendre cela naturel et très opaque. Bonne chance. »

Après quoi les deux personnes à qui je venais d'adresser la parole joignirent leur main et prononcèrent à l'unissons le nom de la technique du brouillard. Fléchissant les jambes en même temps que Yin, nous nous élancions vers le village alors qu'un myste d'apparence naturel se mêla à la tempête de neige. C'était à peine si on discernait les maisons, mais moi je savais où me diriger.

Depuis la dernière fois où j'ai séjourné en ces lieux avec l'ambassadrice Temari, j'avais pu localiser facilement la demeure du Daimyõ où les négociations se sont déroulées. Nous courions tous les deux sur les toits tandis qu'on entendait aussi les multiples plaintes venant des habitants qui décidèrent de rentrer. Nos pas restaient néanmoins silencieux. Le chakra dans la plante des pieds, le bruit de nos pas pas était léger, presque imperceptible au milieu de la rumeur innombrable des terres enneigées.

Froissement des feuilles, bruit étouffé par la neige, s'éparpillant sous le vent du nord-ouest, battements d'ailes lointains des oiseaux s'envolant vers le sud, échos assourdissant du village blotti en contrebas. Au final c'est d'un saut dans les airs que nos pieds s'accrochèrent à la surface de la demeure. Nous montions sur les parties les plus dures afin de ne pas faire grincer le bois intérieurement. Prenant position sur le coin de l'étage.  Je tenais le manche de mon sabre tandis que Yin me regardait.

J'ai jeté un coup d'oeil discret à l'étage pour finalement me replaquer sûrement contre le mur. Les signes de la main que je lui ai adressé avaient pour but de lui faire prendre conscience de la situation intérieur. La brume nous voilait encore .. La nature était avec nous car la bâtisse semblait trembler à cause des rafales de vent. Les carreaux vibraient  et faisaient un boucan pas possible. J'allais profiter de cette occasion avec Yin pour la traverser furtivement tout en assomant simultanément les deux gardes.

C'est alors que nous avions effectué un shunshin afin de profiter du vacarme pour que le bruit du bois fragile qui éclata reste discret. Alors que nous pieds avaient touché le sol, j'ai frappé brutalement la gorge d'un des soldats avec le pommeau de mon sabre tandis que Yin lui adressa un coup sec à la nuque afin de l'endormir sur le coup. J'ouvrais dés lors le rideau de bois qui nous séparait de l'objectif pour discerner le grand parchemin qui était exposé comme un trophée. Nous n'étions pas les seules nations victimes de vol de ce genre.

Mais le simple fait que nous devions gardé l'anonymat signifiait qu'il n'y aura aucune répercution sur ces enflures.. Je ne toucherai pas au reste. Reprenant le rouleau que j'attachais avec sa sangle d'origine autour de mon épaule. Je posais un petit parchemin, sortir du kimono, à la place du rouleau de Kiri, exécutant des signes ce dernier fut happé dans un nuage de fumée qui se dissipa très vite. Une réplique parfaite avec des écrits militaires complètement erronés qui ne les ménèraient à rien. Ressortant d'un saut furtif à l'extérieur, Yin m'avait suivi en simultanée.

Je la regardais du coin d'œil et observait l'excellent travail d'équipe qu'avait exécuté mes subalternes. Ils avaient maintenu le Kiri Gakure alors que la tempête empirait. Les deux assomés n'avaient pas eu le temps de voir nos visages, quand bien même nous avions avant de partir en quête fait attention à ne rien porter qui puisse montrer notre appartenance à Kiri. Retournant sur les toits nous courrions le plus vite possible afin de rejoindre les notre.

Une fois rejoins je mis le rouleau entre les mains de Jûho. La dispersion était de mise, nous devions nous retrouver au dit lieu de rendez vous. Juste avant que Yin ne parte, je mis ma main sur son épaule alors que nos équipiers étaient déjà partis.

« Yin. Attends. »

« Yin - Non Ashitaka-taishõ. Je sais ce que vous avez en tête et... ne tentez rien. Je ne suis pas comme les autres de l'équipe, il y a des blessures dont on ne guérit pas.. Sachez-le.»

« ... »

« Yin - Ne culpabilisez pas, rentrons. »

Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Jeu 26 Juin - 23:54

Partie 6: La Fin.
ft. Solo.


Elle avait raison au final. Il n'y avait pas que des heureux en ce monde et tout le monde ne pouvait pas guérir. J'ai eu l'espoir qu'elle changerait, mais même si nous sommes liés... Elle n'arrivait pas à changer. J'assistais à la dépression d'une kunoichi qui ne doit son talent qu'au régime sanglant, pas moyen de se vanter de ses talents. Le mieux à faire pour elle était qu'elle se retire de l'armée, je pouvais lui permettre cela.

Elle avait le droit après tout, on lui a volé sa vie étant plus jeune... Pourquoi ne pourrait-elle pas la reconstruire sur des bases où elle aurait banni son statut de kunoichi ? C'était envisageable et je jugeais que cette mission exécutée était la dernière pour elle. Je pouvais m'arranger avec Meï et le conseil pour lui accorder une nouvelle vie. Après tout ce n'était pas la seule, beaucoup avaient réfléchi depuis la guerre et certains s'étaient retirés de l'armée mais participaient tout de même au bon développement de la nation en proposant de nombreux services.

Quoi qu'il en soit, il allait tout de même me falloir l'avis de Yin. Je ne voulais pas lui imposer cela mais à partir du moment où elle aurait dit oui, je mettrais toute mon énergie dans ce projet afin de l'aider à rebâtir sa vie. Depuis mon retour à Kiri il y a trois ans, je m'étais efforcé de partager mes richesses comme ma générosité, c'est ce qui alimentait ma réputation déjà assez grande dans le Pays de l'Eau. Nous avions tous emprunté un chemin différent mais dont la route menait obligatoirement à la zone où nous avions passé la nuit. C'est là-bas que l'on se retrouvera et que je donnerai une nouvelle formation pour le chemin du retour.

C'était quelque chose d'important à ne pas oublier, alors je me suis hâté sur la route en accélérant la marche. Je tenais aussi bien à faire bonne figure en arrivant le premier. La ponctualité était mon fort alors autant respecter les engagements que j'expose à moi-même et indirectement à mes équipiers. La mission semblait être un franc succès. Les conditions météorologiques ont joué en notre faveur et notre travail d'équipe a permi de leurrer tout le village qui était déjà plongé dans une cécité partielle à cause de cette tombée de neige blanche à l'aspect laiteuse.

Notre brume bien amplifiée, je devais avouer que c'est une bonne stratégie applicable que sur ce genre de terrain, donc à garder précieusement dans ma tête au cas où j'étais amené à revenir en ces lieux. Au bout du compte je suis arrivé en second, Yin était la première, une fois encore mais j'avais respecté pile poil le délais demandé hier.

Dérapant sur la roche, je me suis stabilisé et quelques secondes après moi apparurent les trois autres équipiers toujours sain et sauf en possession du rouleau que nous avions repris. Soufflant légèrement, un écran de fumée s'échappa sensuellement d'entre mes lèvres. Une fine chaleur réchauffa mon épiderme et voilà que j'ai libéré mes paroles:

« La mission est finalisée. Bravo à vous. Nous allons devoir rentrer à Kirigakure d'une seule traite, ce pourquoi je vais vous demander de respecter la formation que je vais élaborer. Kõga, tu occuperas encore la première ligne, et je te suivrais. Avec moi Jûho, tu portes le rouleau et tu bénéficieras de mon soutien. Je pourrais toujours faire passer les instructions aux deux derniers derrière nous. Ran, tu seras derrière moi et Jûho. Yin tu boucleras la formation en veillant sur nos arrières. J'aimerai avoir le temps de vous féliciter pour votre travail d'équipe mais j'aurai tout le temps de vous récompenser au village. Bien, formation établis, partons ! »

Spoiler:
 

fait par Blueberry

_________________


avatar
Ashitaka H. Saitõ



Messages : 55
Date d'inscription : 25/05/2014
Age : 23

Voir Prime et Missions accomplies
Ryos: 845
Affaires obtenues:
Expérience:
190/6500  (190/6500)

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S. Mar 1 Juil - 3:42

CORRECTION

Dans la globalité, je constate que tu as pris ta mission très à cœur. Notée de rang S, elle nécessitait de la vigueur, de la précision et une certaine attention. Je vois que tu as pris le temps de vouloir détailler au maximum tes posts. C’est dans l’ensemble, une lecture très fluide dans laquelle on comprend assez bien où tu veux en venir, et qui a une certaine qualité stylistique, avec des phrases courtes écrites à la première personne. Il était sans doute mieux de ne pas vouloir chercher à faire de longues phrases pour un topic de cette longueur.

En général, on gère moins bien la chose sur le long terme. Le pays de la neige est un pays bien loin de Kiri, et j’ai l’impression que tu as voulu nous représenter cette longue distance à travers de longues introspections sur ton personnage. Tu as donné vie à un scénario assez crédible sur le chemin qui les mène à destination, et tu as réussi à remplir les PNJ qui l’accompagne. Ce n’est pas quelque chose que l’on rencontre assez souvent en RP ; tu as pensé à leur créer un vrai background.

Toutefois, le post qui traite justement de leur vie est beaucoup trop long. Le périple l’était déjà assez, alors je pense que ce post (qui, comme tu le dis, ne fait pas avancer la mission) aurait dû être largement condensé. Au bout d’un certain moment, je me suis presque sentie un peu lassée que les choses n’avancent pas. Et puis, tu n’évoques qu’un tout petit parcours : au premier post, tu dis être déjà aux frontières du pays de la neige. Or, si on se fie  à la carte du monde du règlement, il te faut traverser Yu, Oto, Taki, Sora, puis Iwa. Cela fait encore plus de trajet.

Je pense que dans ces cas-là, il faut que tu apprennes à faire des ellipses, ou que tu y inclues plus de descriptions environnementales que celles du passé des personnages.  Enfin, tout cela pour te dire qu’en enlevant le trajet, il ne te reste plus grand chose pour le cœur de la mission… Ce n’est pas équilibré, en somme. La mission d’infiltration et le « vol » du parchemin accélère beaucoup le rythme de par l’action de ton équipe, mais le contraste est beaucoup trop grand par rapport à la lenteur d’origine de ton RP.  Quoi qu’il en soit, le chapitre 3 aurait pu être synthétisé en un ou deux paragraphes maximum.

Quant à la mission en elle-même, les consignes sont respectées bien que je ne m’attendais pas vraiment à ce que Saito assomme les ninja. Je veux dire par là que c’est une action qui risque de donner des doutes à leur village. Vous avez certes remplacé le parchemin, mais des ninja qui révèlent au Daimyô qu’ils ont été assommés en pleine nuit dans ce manoir sécurisé, cela ne passera certainement pas à la trappe.  J’aurais plutôt imaginé  que votre discrétion vous permette de passer inaperçus et d’aller simplement déjouer les pièges dangereux.

Le dernier point qui est un peu trop juste pour moi, est la manière dont tu as obtenu les plans de l’architecture et des bâtiments du village. Ce sont des informations trop confidentielles pour être livrées à des ambassadeurs lambda. Quand on est allié à un pays, on ne lui livre pas non plus tous les passages secrets de la bibliothèque municipale. N’importe quel pays garderait ces papiers importants pour soi. Du coup, je n’ai pas trouvé cela crédible.
Cependant, ne te braque pas, le restant de tes écrits est assez surprenant tant on se plonge bien dans la scène. On s’imagine assez aisément comment cela se déroule.

Je vais maintenant te parler du point le plus décevant à mes yeux : à chacun de tes paragraphes, quelque chose ne va pas dans ton orthographe, tes tournures, et les temps employés. Pourtant, je dois avouer que tu gères bien ton vocabulaire, et que tu essaies de le varier. Tu as saisi toutes les bases du rôle play, et tu sais séduire avec tes mots, ainsi que tes métaphores. Mais cela ne suffit pas, malheureusement.

« il n'y a nuls besoins d'engager les hostilités » => Pas de pluriel à nul besoin.
«  Il est de mon devoir d'aider mon amie dans le soutientd'un projet » => Le soutien tout court.

« tes capacités sensorielles nous permettrons de désceller » => nous permettront.

« Il n'y avait aucunes raisons de s'en faire » =>  Pas de pluriel, "aucune" est invariable.

« J'aimerai que nous soyons d'accord »
Je voudrais bien un thé, s’il te plait.

« Je me restais à la sortie de la grotte, »
Ce n’est pas plus simple de dire « je restais » ?

« En mon fort intérieur, certaine nuit me semblait apaisante »
Tu parles d’une nuit en particulier, ou de « certaines nuits » ?

«  j'ai renouvelé des exploits que certains ne pure exercer. »
Aïe !

« J'aurai au moin cru que nous fassions face à un brin de résistance venant du destin »
Ouille.

«  Mes pas m'avaient alors souvent mené jusqu'aux cours d'eaux du jardin de mon manoir. »
Tu as combien de cours d’eauX ?

«  Alors j'ai tourné les talons en tournant les talons, »
Je me suis mouchée avec un mouchoir.


« Je l'avoue, il m'était parfois impossible de résister à l’attrait des montagnes, et à la fin de chaque plaine je me serai éclipsé dans les bois qui cachaient de hauts bambous aux troncs satinés. L'immensité de la forêt serait baignée d'une lumière verte et oblique. En sortant de celle-ci je m’éclipsais dans le bois des hauts bambous aux troncs satinés, baigné d’une lumière verte et oblique. M’enfonçant dans la forêt de bambous […]»

On sait que tu aimes les bambous, mais quand même…

« Froissement des feuilles, bruit étouffé par la neige, s'éparpillant sous le vent du nord-ouest, battements d'ailes lointains des oiseaux s'envolant vers le sud, échos assourdissant du village blotti en contrebas. »

Oui, et donc ? Un verbe d’état ou d’action à  l’horizon ?

« Bien, notre formation semble toutes les deux heures ce sera le tour de Kõga, Ran, Yin et Jûho. »
Mauvais verbe ?

« C'était moins une comme je l'aurai dis. Derrière nous, des ricanements hautains et presque grossiers. »
Ils font quoi tes ricanements grossiers ? Où est la suite ?

« Kõga toujours devant moi utilisa la technique de l'oeil de Kagura (Kagura Shingan) afin de localiser la signature de chakra du rouleau.
Nous devions attendre car ils avaient dû tenter de masquer cette source de chakra. Ce pourquoi Kõga utilisa le Kagura Shingan, la technique ultime de traque sensorielle »

Oui, oui, j’avais compris qu’il utilisait Kagura.

Bref, je te donne une bonne quantité d’exemples pour te dire que tes RP, bien que joliment lyriques par moments, n’atteignent pas la qualité A attendue. Je me dois d’être sévère avec un joueur qui incarne le rang maximal. Et encore, je ne t’ai pas parlé de tes autres lacunes.

Tu mélanges tes temps, et la mixture est donc perturbante. Tu mets des temps du passé avec du présent :

« Je les connaissais, ils avaient vécu des évènements compliqués tout au long de leur vie et je comprend mieux leur dévotion envers le règne de Meï. » => Je comprenais

Aussi, ton passé composé se mélange mal avec ton passé simple… Il faut que tu saches situer tes actions. Le passé composé est plus proche du présent que du passé simple.

« Alors que mes yeux se fermèrent lentement, j'ai profité unedernière fois de la brise du pays. »  
A l’imparfait, cela donne : je profitais.

« Un sourire amical lui fit adressé et je lui ai tendu une main amicale pour l'aider à se relever. »
Erreur de conjugaison sur le verbe faire et un passé composé qui n’a pas lieu d’être. Ce serait plutôt :  « je lui tendis ».

Sinon,  quelques abominations :
« Mon haori était encore ouvert et laissé mon kimono ébène visible. »

« L'immensité de la forêt serait baignée d'une lumière verte et oblique »
La forêt est vraiment baignée, ou pas ? La suite laissait présager une description de son environnement, donc le conditionnel n’a pas sa place pour décrire une vérité.

« Ma main effleuré le manche de mon sabre alors que deux d'entre eux lancèrent une attaque frontale. »
Ouille bis.

Ta dernière lacune ?  La ponctuation.

« Pour le temps qu'il me faudra afin de réaliser la mission, je ferai en sorte de me motiver ainsi que mes troupes, l'échec n'était pas une option quand je me chargeais des missions. »
Tu aurais pu couper la phrase après le mot ‘troupes’, et entamer une nouvelle avec ‘l’échec’.

« Et nos esprits stratégiques ne pouvaient se permettre
d'avoir la moindre faille, nous avions rester concentrer et respecter les rôles que j'avais distribuer. »


Ici, nous avons des abominations « nous avions rester concentrer » « que j’avais distribuer », et une phrase  qui aurait pu être coupée au moins par un point-virgule.  Dans le cas de cette citation, ce serait avant le ‘nous avions’.

« Je n'étais pas prêt de les décevoir, depuis la Quatrième Grande Guerre je n'avais pas eu l'occasion de m'affirmer en tant que héros de la nation »

Une virgule après ‘Guerre’, s’il te plait.

« Le chemin allait encore être long demain et c'est sans compter le fait que nous allions devoir emprunter un chemin assez risqué. »
Virgule après « et ».

« M’enfonçant dans la forêt de bambous afin de guetter cerfs et renards et d’entendre au dessus de ma tête le cri mélancolique des milans. »

Une virgule ici aussi !

Je pourrais faire cela avec tout le restant du Rp, mais je vais m’en arrêter là.  Tu as largement de quoi prendre conscience de tes erreurs, qui ne sont pas vraiment pardonnables pour ton rang. Ce sera un rang B.

Tes gains :

480 Ryos + 100 Xp de mission + 90 Xp de qualité.

avatar
Correction



Messages : 16
Date d'inscription : 29/06/2014
Age : 84
Localisation IRP : Académie française
Présence /7 : Présent pour vous corriger !
Nbre Rps acceptés : Aucun.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Pachment's Thief. • mission de rang S.



Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas

Pachment's Thief. • mission de rang S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto New Era :: Zone RP :: Autres Pays :: Yuki no Kuni-